mercredi 17 décembre 2014

Du gros sel et des bananes







Nelly tire sa révérence



Ici, beaucoup de jeunes font leur travail de fin d'études sur les éoliennes de la région. Du coup je suis souvent sollicitée pour répondre à leurs questions, comme d'autres habitants du village. Je vous livre le dernier interview clés en main, histoire qu'il ne finisse pas bêtement dans un classeur que personne ne lit. Parce que même si ils sont nombreux à utiliser ces machines pour boucler leurs études, la connaissance du sujet au-delà de 10km d'un parc est nulle. Il n'y a qu'à voir les réflexions et les décisions de nos politiciens pour s'en convaincre.


Tramelan, commune du Jura bernois: Le candidat socialiste qui devait logiquement succéder à la mairesse-promoteuse-gnangnan du même parti s'est fait devancer par un candidat de droite. Lucide, le grand perdant déclarait après ses mauvais résultats déjà au premier tour que le poids des éoliennes avait joué gros dans sa défaite. Comme tout bon socialiste qui se respecte (donc qui ne respecte plus les principes de la gauche) il a fait campagne ouvertement pour la construction d'un parc de 5 éoliennes sur la commune. Son concurrent était beaucoup plus réservé sur le sujet et il a fait un tabac. Il sera le prochain maire dès 2015.


Après la râclée du 2ème tour cependant, dans les rangs socialistes plus personne ne parle de la responsabilité du projet éolien dans les résultats. Le lendemain, en assemblée communale, les vieux élus sur le départ ont tiré leurs dernières cartouches. L'assemblée s'est prononcée en majorité en faveur de la construction de ce parc. Bornés, bêtes et méchants ou la vengeance d'une blonde? Une goutte d'eau de la maire qui pourrait bien faire déborder le vase...


Chers citoyens de Tramelan, bon courage. Avec les éoliennes la première chose que l'on découvre ce sont nos élus et la chute n'en finit plus.


Place à l'interview, donc. À force de taper sur le clou on espère toujours réveiller quelques esprits et voir grandir la résistance.




1; Êtes-vous favorable à l’énergie éolienne ?


Je ne suis pas favorable à l’industrie éolienne, une nuance de taille.

2 ; Pensez-vous que le village est autonome en énergie électrique avec ses 2 éoliennes ?


Le courant produit par les deux éoliennes de Saint-Brais appartient à la société ADEV. Il est injecté sur le réseau national. Le village de Saint-Brais n’a aucun droit sur ce courant. C’est la société ADEV qui choisit à qui elle le revend. La commune reçoit une location pour les terres et une participation de 2% du revenu brut de l’électricité produite. Au minimum fr. 5 000 par année par éolienne (une somme rarement dépassée dans les comptes communaux). L’autonomie énergétique est une phrase qui ne correspond à aucune réalité. En cas de pénurie de courant, la commune ne sera pas prioritaire pour utiliser celui issu des éoliennes. Elles n’apportent donc aucune autonomie concrète à notre région.

3; Que pensez-vous des effets sur la vie sociale découlant de ces éoliennes ?


Pour nous qui sommes contre, les effets ont été dramatiques. Mais nous ne sommes pas les seuls. Dans le monde entier, autour des parcs éoliens les nuisances sociales sont graves et tristes. En général les opposants sont accusés d’en être responsables. Dans tous les conflits sociaux les lésés qui se rebellent, même très légalement, sont considérés comme des fautifs. C’est une manière de les maintenir en minorité : l’être humain se rallie instinctivement à la majorité, peu ont envie de se distancer et de dénoncer des choses qui dérangent l’ordre établi. On le voit d’ailleurs dans notre société, les lanceurs d’alerte sont condamnés. Au Mexique, des villages entiers se rebellent contre les parcs éoliens qui envahissent leurs terres (pour des multinationales) chaque jour je reçois des alertes de leur région. Il y a déjà eu des morts. En Grèce les multinationales de l’industrie des nouvelles énergies s’installent dans les montagnes de la Crète. Les populations se mobilisent et se disent prêtes à tout pour empêcher la poursuite du développement des éoliennes, des champs solaires et des barrages sur leur terre. Non seulement l’autonomie énergétique est un mensonge (l’électricité de ces parcs est vendue sur le marché américain au Mexique et européen en Grèce) mais en plus les surfaces des campagnes sont squattées par des installations industrielles et mettent en péril l’autonomie alimentaire.


4; Connaissez-vous le montant de la redevance des éoliennes ?


En 2015 la RPC sera de 1,1ct du kWh (avant 0,5ct kWh). Son montant est fixé chaque année par le conseil Fédéral. Elle augmentera avec le nombre de parcs éolien. C’est une évasion de l’argent public vers des sociétés privées. Si le citoyen suisse veut acheter cette électricité verte qu’il subventionne, il doit en plus la payer plus cher. Lorsque les pays suppriment la subvention (en Espagne par exemple) cela engendre d’autres catastrophes économiques parce que les prix de l’électricité prennent l’ascenseur. Il y a autour de la transition énergétique une nouvelle forme de pauvreté que l’on appelle la précarité énergétique. Ils sont des dizaines milliers en France, en Allemagne, en Espagne, au Portugal en Grèce, à ne plus pouvoir payer leur facture d’électricité. L’électricité des éoliennes est une électricité faite pour les plus riches qui peuvent se l’offrir, et qui appauvri les plus pauvres qui doivent en payer le prix même s'ils ne la consomment pas.


5; Ont-elles donné du travail aux entrepreneurs de la région ?

Les bureaux d’études fleurissent autour de ces parcs pour réaliser les études d’impacts. Ils sont surtout là pour trouver des solutions pour faire accepter les machines. Sinon, les cimenteries se font pas mal d’argent aussi : construction des socles mais aussi de toutes les routes nécessaires pour acheminer les machines. Par contre la maintenance vient d’Allemagne. Une personne touche peut-être fr. 1000.—par année pour surveiller le parc, une fois les éoliennes construites il ne reste donc pas d’autre d’emploi que celui-là.


6 ; Que pensez-vous de l’impact sur le paysage de ces deux éoliennes ?


Le paysage est un élément très important pour le développement de la perception de la liberté. Dans un paysage libre d’impact industriel, l’homme peut ressentir le mot liberté. C’est un sentiment majeur qui nous aide à nous renforcer en tant qu’individu. L’homme est capable de prendre des risques incroyables pour se retrouver sur des sites vierge de la présence humaine. En multipliant les sites industriels dans des régions rurales et naturelles, l’espace se rétrécit autour de nous et avec lui notre capacité à réagir individuellement et à puiser une source d’énergie neutre et indépendante. Nous sommes façonnés par notre environnement. À mon sens les éoliennes sont les nouveaux barbelés de nos horizons. C’est une manière de contrôler les gens.


7 ; Pensez-vous que l’implantation a été judicieuse ?


Extrêmement dommageable. Aussi bien du point de vue visuel que social et environnementale. Chaque fois que j’arrive au village avec des personnes de l’extérieur elles sont choquées par l’impact visuel de ces deux machines sur notre communauté. Autrefois c’était la beauté du lieu qui les faisaient réagir à la sortie du tunnel de la Roche. Les Franches-Montagnes ont perdu d’un coup leur caractéristique. Elles furent l’ouverture au pire et le pire suivra parce que rien n’arrêtera cette industrie tant qu’elle aura la possibilité d’encaisser des subventions que nous lui versons et que les citoyens ne comprendront pas ce qu’ils sont en train de perdre.


8 ; Les trouvez-vous bruyantes


Le mot bruit est galvaudé par les promoteurs pour nous discréditer. Elles sont bruyantes si l’on considère que ce bruit envahi l’espace 24h sur 24 parfois pendant des jours sans répi. Mais pour une personne qui est de passage au village, elles ne seront pas bruyantes. Le bruit des éoliennes est vicieux et ne correspond à aucun autre. C’est une présence sonore qui peut passer inaperçue si l’on n’y prête pas attention. Mais elle nous vide de l’intérieur au fil des heures. Après deux jours vous vous réveillez le matin avec un cœur qui bat au-dessus de sa moyenne, comme pris dans une accélération que le tempo des éoliennes dirige. La troisième nuit, vous vous réveillez souvent et quelque chose d’extrêmement triste s’est installé en vous. D’après les études faites à la NASA, les éoliennes produisent des infrasons, ce sont eux qui sont responsables de ces effets. Les oreilles qui sifflent, la pression dans les oreilles et le nez qui saigne, les maux de têtes et la désorganisation sont aussi des symptômes très remarqués autour des parcs. Les autres sont plus subtiles et demande une certaine connaissance de soi pour les localiser et surtout de la confiance en soi pour oser les attribuer à ces éoliennes parce que les promoteurs ont mille études à présenter aux autorités et aux médias pour démentir notre vécu. L’industrie est très douée pour cela. Et les citoyens très dociles.


9 ; L’effet stroboscopique vous dérange-t-il ?


Au début oui parce qu’il envahissait toute ma maison à l’intérieur. Mais depuis mes réclamations, ADEV arrête les machines aux heures où cela se produisait.


10 ; Avez-vous été surpris par leur grandeur et par leur proximité ?


J’ai fondu en larme la première fois que je les ai vue. J’ai su instantanément que les Franches-Montagnes étaient en danger et que ces projets étaient entourés de mensonges.


11 ; Si l’on convertissait ces éoliennes en panneaux solaires, quelle surface faudrait-il en panneaux solaires?


Cela dépend de l’exposition des panneaux et de leur qualité !

12 ; Êtes-vous fiers d’avoir des éoliennes dans le village ?


J’ai honte de les avoir laissé s’installer sans rien avoir vu venir.


13 ; Seriez-vous favorable à l’implantation dans chaque village pouvant en acquérir ?


Ce serait le plus grande bêtise que pourrait faire la région. La libéralisation du marché de l’électricité va rendre l’électricité nationale complètement libre sur le marché européen. Ce courant sera vendu à la bourse, nous n’aurons rien à dire sur son prix de vente mais devrons toujours payer son prix réel qui est exorbitant. Les allemand voient le courant de leurs éoliennes vendu à perte en Europe et eux paient le prix réel de sa production ! Notre richesse, ce sont nos paysages ! Ils deviendront rares et recherchés.


14 ; Pensez-vous que la Suisse soit un pays favorable à l’énergie éolienne ?


Absolument pas. Les BKW le disent eux-même sur leur site internet. Mais pour de l’argent on ne s’embarrasse pas de ce genre de considération. La rentabilité des parcs éoliens est garantie par la rétribution à prix coûtant, de ce point de vue la suisse est un pays favorable à l’éolien.


15 ; Connaissez-vous la durée de vie d'une éolienne?


Sur le papier 20 ans. Dans les faits très rapidement son rendement diminue. Au début elle produit 25% de sa production installée (les jours sans vent sont plus nombreux que ceux avec), cela descend jusqu’à 13% après quelques années de service. Une étude au Royaume Uni a dévoilé une perte de plus de 10% de productivité après moins de 10 ans de service. En général après 15 ans elles posent de nombreux problèmes techniques.


16 ; Les éoliennes ont-elles eu un impact sur votre santé?


Oui très clairement. Comme je l’ai expliqué plus haut. J’ai aussi enlevé une tumeur cancéreuse il y a un an et je pense que les nuisances sociales que nous vivons ici ont joué un rôle sur le développement de cette tumeur. De nombreux articles médicaux attestent de ce genre de cause à effet. Quand cela vous arrive on vous dit : Mais non ce n’est pas possible. C’est drôle non ?


17 ; Pensez-vous que les éoliennes ont un impact sur le marché immobilier du village ?


Oui bien entendu. Ce ne sont pas les mêmes personnes qui achèteront une maison à Saint-Brais maintenant. Les prix devront s’adapter. En règle général il est constaté une perte de la valeur immobilière de 15 à 40% selon les région. Aux États Unis, en Australie, des maisons ont été abandonnées par leur habitants après la construction de parc éolien. Impossible de les revendre et impossible de vivre à côté.


18 ; Êtes-vous sensible à l'économie d'énergie?


Très sensible. Même si je pense que ce sont de belles promesses mais que là aussi, il y a beaucoup trop d’argent en jeu pour que cela se fasse autant que cela devrait se faire.


19 ; Pensez-vous que l'on puisse remplacer les centrales nucléaires en Suisse et compenser cette lacune uniquement par des éoliennes?


Mais non ! c’est impossible voyons. Les éoliennes ne fonctionnent que lorsqu’il y a du vent. Chaque fois que l’on construit une éolienne on doit construire la même capacité de production sous une autre forme : Gaz et charbon notamment. L’Allemagne championne des éoliennes, utilise toujours du nucléaire et construit des dizaines de centrales à charbon qui polluent terriblement et sont responsables de millions de morts à travers le monde (670 000 morts rien qu'en chine en 2012). On choisit le gaz ou le charbon parce que ces centrales démarrent rapidement lorsque le vent s’arrête. Cela peut arriver d’un coup et mettre le réseau en grand danger.


20; Si la Suisse arrêtait toutes ses centrales nucléaires, aurions-nous besoin de l'énergie éolienne?


La Suisse vient de prolonger la durée de vie de ses centrales nucléaires. La question que nous devons nous poser est de savoir si vraiment il y a une volonté de sortir du nucléaire et si le sacrifice de nos régions est justifié dans le contexte de la libéralisation du marché de l’électricité. En décuplant les centrales de production solaires et éoliennes actuelles la planète ne produira pas plus de 4% de sa demande en énergie d’ici 2040, prévoient les experts de l’OPEP, qui connaissent bien le terrain réel de ce marché. Il faut arrêter de rêver et voir les choses en face. Les éoliennes et les panneaux solaires sont ruineux et déjà dépassés. Le progrès avance, selon cet article on parle de plus en plus des turbines silencieuses ou urbaines, des piles à combustible zéro carbone, des stockages mixtes solaire hydrogène, etc. L’avenir n’est plus dans ces machines monstrueuses, ruineuses et destructrices. Et la Suisse n’est pas une île !


21; Selon vous, quelle devrait être la distance minimale d'une éolienne a une habitation ?


Au minimum 2km. Certains pays commencent à réclamer cette distance minimum après avoir fait l’expérience du développement de l’éolien industriel.

22; Connaissez-vous votre consommation d'électricité annuel d'énergie en kw/h


Non pas du tout. Mais je me demande plutôt combien d’énergie est utilisée pour construire des produits de consommation parfaitement inutile qui inondent le marché. Ma consommation personnelle est réfléchie.

image: http://humoure.centerblog.net/3-la-blonde

Publié par voisine d'éoliennes industrielles

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire