jeudi 5 mars 2015

Parce que nous ignorons beaucoup, nous acceptons tout.







Est-ce que projeter un documentaire à des élèves sans y apporter la lumière critique qu'il demande relève de l'incompétence ou d'une volonté consciente?

Cette question je l'ai posé hier soir à une historienne spécialiste de la première guerre mondiale dans le cadre d'une conférence au musée jurassien d'Art et d'Histoire. Sa réponse, bien que concernant un tout autre sujet, m'a directement amené face au malaise que je ressens lorsque je lis la propagande distribuée dans les écoles au sujet de la transition énergétique: La connaissance approfondie d'un sujet complexe demande un tel investissement de temps, englobe tellement de paramètres, que la majorité des individus ne peut plus prétendre le maîtriser pour l'enseigner. Si l'histoire se reconstruit bien souvent autour d'interprétations diverses, abandonnant au fil des ans les éléments fondamentaux des événements au profit d'un scénario orienté, il en est de même pour la transition énergétique et les enjeux écologiques récupérés à des fins économiques ou idéologiques.


Abonnée depuis des années aux publications d'Education 21, dont je saluais la démarche, j'ai été extrêmement déçue en lisant leur numéro 01/2015. Première page, titre en vert: Les nouvelles énergies, une aventure enthousiasmante. Il y a dans ce journal beaucoup de bonnes intentions et malheureusement beaucoup de mensonges. Ici plus question d'enseignement, mais de propagande orchestrée directement par les entreprises et les bénéficiaires économiques de la transition énergétique telle qu'elle est envisagée par un système qui ne s'adresse qu'aux riches. Je constate à quel point il est facile de tromper les enfants et de leur donner l'illusion qu'un monde propre naîtra de cette transition énergétique. Je ne dis pas qu'il faut désillusionner les plus jeunes, mais je suis pour montrer les choses comme elles sont et leur apprendre à faire face plutôt que de les emmener dans un monde de niais déguisés en sauveur du climat dans le seul but de leur faire accepter toutes les saloperies qui découleront de ces mensonges.
à lire ici: http://www.education21.ch/fr/node/1942





Un rapport sur les émissions sonores des éoliennes au Danemark a conduit à un ralentissement spectaculaire du rythme d'expansion



Pendant que la France chipote sur l'augmentation de la distance entre habitations et éoliennes, que la Suisse se bouche tous les trous pour garder ses 300m de distances légales sans avoir à s'inspirer de ceux qui se sont trompés et le disent, le Danemark, lui, a peur des conséquences de ses éoliennes sur la santé de son peuple et arrête le développement de ses parcs... Je voudrais bien dire enfin! Mais je dirai plutôt jusqu'à quand? Depuis quand l'économie se soucie de la santé des hommes? Ils seraient bien les premiers. En attendant, l'article qui nous l'apprend se lit ici.


Je vous conseille de suivre les travaux de Mme Stéfanie Prezioso sur la première guerre mondiale, rien à voir avec les éoliennes, mais cet éclairage sur les arrangements conscients de la réalité nous concerne chaque jour face à l'information que nous recevons.

À lire aussi le dernier numéro de "Moins", il y a quelques articles de haut vol, à qui j'emprunte cette dernière phrase:


"Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend"

Publié par voisine d'éoliennes industrielles


Commentaire: «Le principal fléau de l' Humanité n'est pas l'ignorance, mais le refus de savoir». Simone de Beauvoir



php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire