lundi 31 août 2015

Les effets néfastes de fermes éoliennes sur la santé sont réels

Source: http://wcfn.org/
Traduction: Google et php




Dr Sarah Laurie, chef de la direction de la Fondation Waubra



Le Dr Laurie a passé 5 ans à faire du travail bénévole pour aider les victimes de parcs éoliens, et d'autres touchés par d'autres sources de bruit industriel en Australie rurale, où elle vit avec sa famille. Aussi, en tant que PDG de la Fondation Waubra, elle a fait la promotion de la recherche sur les effets des infrasons, bruit de basse fréquence, et les vibrations émis par les éoliennes et d'autres sources.Elle est reconnue mondialement comme un expert de premier plan dans le préjudice causé par les éoliennes aux personnes, et a été invité à témoigner dans de le cadre d'enquêtes parlementaires, devant des cours et  des tribunaux sur les différents continents.





Hypersensibilité à infrasons provoque la privation de sommeil,
maux de tête, nausées, etc.



En raison de son travail acharné fait sans compromis, elle a le respect de toutes les personnes qui, partout dans le monde, font du bénévolat pour aider les victimes des éoliennes. Mais son engagement à mettre sur le devant de la scène les questions des infrasons et des basses fréquences (ILFN) émis par les éoliennes, a fait d'elle une «cible» parmi ceux qui vivent de l'entreprise d'énergie éolienne et les militants associés. L'un d'eux est un employé australien travaillant chez 
Vestas, le fabricant danois d'éoliennes, Ken McAlpine, auteur en Mars 2014, d'un tweet diffamatoire qui prétendait, à tort, que le Dr Laurie avait été radiée de l'ordre des médecins à la suite de quelques fautes professionnelles. Un employé d'IBM, basée au Canada, Mike Barnard, est l'auteur d'un document publié par l'Institut de l'énergie et de la politique en 2014, qui diffame un certain nombre de spécialistes de la santé et de l'acoustique, y compris le Dr Laurie. Simon Chapman,un sociologue, professeur de santé publique (sic) à l'Université de Sydney, est également sur ​​la liste. Il a ridiculisé et dénigré les riverains d'éoliennes qui se plaignaient de maux et d'épuisement. Il a attaqué personnellement les médecins et les professionnels de l'acoustique pendant plus de cinq ans. Parmi d'autres exemples, nous pourrions citer le journaliste de Fairfax Media, et un employé de Infigen Energy (anciennement Babcock et Brown), propriétaire et exploitant de l'évolution de l'énergie éolienne en Australie et aux États-Unis.



Simon Chapman, sociologue, professeur de santé publique (sic)



Chapman a essayé de discréditer le Dr Laurie et son travail pendant des années, permettant ainsi à l'industrie éolienne de continuer à vendre leurs produits dangereux. Maintes et maintes fois, il a nié les effets néfastes sur la santé que sont le bruit et les infrasons. Il a été le principal promoteur de l'accusation grotesque que le Dr Laurie et les personnes riveraines d'aérogénérateurs parlaient de problèmes de santé, là où il n'y avait qu'un «effet nocebo» et que leur ton «alarmiste» ne se justifiait pas. Mais la roue a tourné. Les travaux du Dr Laurie ont été validés. D'abord par le Sénat australien. Dans son rapport publié le 3 Août 2015, à la fin de l'enquête au sujet de parcs éoliens, nous trouvons ceci:




«2.21 Le comité souligne le fait que le professeur Chapman est pas qualifié, enregistré, ni connu en tant que médecin, psychiatre, psychologue, acousticien, audiologiste, physicien ou ingénieur ». De plus:


-Il n'a pas évalué 
médicalement une seule personne souffrant d'impacts néfastes sur sa santé à cause des éoliennes,
-Son travail de recherche s'est effectué sans études de terrain, 
-Ses conclusions ont été fortement critiquées par plusieurs experts médicaux et acoustiques indépendants de la communauté internationale,
-Et beaucoup de ses affirmations ne résistent pas à des analyses de «contrôle».


S'en suit un certain nombres de paragraphes où les allégations de Chapman sont réfutées une à une: 

Lire la suite:
le Comité spécial de Sénat sur ​​les éoliennes







Le sénateur Madigan a commenté: «(Chapman) est une personne qui n'est pas légalement autorisée à mener toute forme de recherche médicale ou d'études sur la santé humaine».
Et: «(Ses) des qualifications de premier cycle en sociologie et son doctorat portaient sur la relation entre la fumée de cigarette et la publicité ». * Cliquez ici pour plus d'*




Le sénateur australien John Madigan



Dénoncé par le Sénat, le professeur de santé publique est maintenant sur ​​la sellette. Il a dû faire des excuses publiques. D'abord par un tweet: «Je présente mes sincères excuses à Sarah Laurie pour avoir retweeting la fausse déclaration qu'elle avait été radiée et qu'elle n'était plus médecin». Puis, par lettre: «Je présente mes sincères excuses à Sarah Laurie pour le préjudice, l'embarras et la détresse causés par mes allégations, que je retire sans réserve ».Lire la suite: Simon Chapman excuses au Dr Sarah Laurie . Pourtant, comme l'a souligné récent l'article de Graham Lloyd dans l'Australian, le Dr Laurie est médecin, même si elle a préféré ne pas utiliser ce titre pour son travail avec la Fondation Waubra. En conclusion, Simon Chapman, n'aura pas été un atout, bien au contraire, pour l'industrie éolienne, pour son employeur - l'Université de Sydney, ou pour l'une des organisations qui ont soutenu sans réserve son positionnement pro «effet nocebo», comme l'Association pour la santé publique australienne, et l'Alliance pour le climat et la santé. 


Le Conseil mondial pour la nature saisit cette occasion pour féliciter le Dr Sarah Laurie pour son travail exceptionnel, son courage et son abnégation. Peu de gens dans le monde d'aujourd'hui méritent d'être honorés autant comme elle le fait.


Commentaire: À quand le tweet et la lettre d'excuse de nos élus et de toux ceux qui soutiennent sans réserve l'éolien industriel? Faudra t-il attendre qu'ils entendent sonner le glas?

En attendant,

RÉSISTANCE. Merci de signer la pétition:




php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire