dimanche 20 décembre 2015

EDF et le filon de la transition énergétique

Par Michel Gay
Énergie
Publié le 20 décembre 2015

Les énergies renouvelables sont-elle viables sans subventions de l’État ?




Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF, déclare le 4 décembre 2015 dans « Vivre EDF l’Hebdo » :

« Il faut reléguer aux oubliettes le vieux débat sur l’énergie, focalisé sur l’antagonisme supposé du nucléaire et des renouvelables. Ce vieux débat n’a déjà plus lieu d’être en Asie. Il faut partout changer de logiciel, passer de l’antagonisme à la complémentarité. C’est pourquoi le projet CAP 2030 veut accélérer le déploiement des énergies renouvelables en doublant les capacités installées du Groupe dans le monde ».

Quant à l’étude de l’ADEME qui imagine qu’en 2050, l’électricité pourrait être d’origine 100 % renouvelable :

« Bien sûr, cela serait formidable si tous les pays pouvaient avoir 100 % d’énergies renouvelables. Aujourd’hui, il n’y a que quelques régions où c’est envisageable, où il y a beaucoup d’eau, beaucoup de vent » …

Le PDG d’EDF oublie d’évoquer une exigence de stockage immense, sans laquelle aucun système électrique ne peut fonctionner durablement de manière autonome.

Depuis la promulgation de la loi Cochet, au début des années 2000, EDF obéit à une politique énergétique partisane de sa tutelle, l’État ; cette politique est axée sur la promotion du renouvelable et sur un moratoire, plus ou moins larvé, du nucléaire.

L’entreprise EDF s’est laissé enfermer dans un piège diabolique, sournoisement tendu par une politique énergétique inique menée depuis quinze ans par les gouvernements successifs. Le PDG d’EDF est alors placé devant un dilemme :
  • Soit il continue à regarder ses comptes malmenés par une obligation d’achat, hors de prix, de l’électricité renouvelable (cette obligation n’a jamais été complètement compensée par la ressource de la taxe CSPE 1 ajoutée sur la facture d’électricité des Français),
  • Soit il s’invite aux agapes du juteux marché des renouvelables créé par l’État sur le dos de ses administrés et des consommateurs d’électricité.

Le choix d’EDF de céder à la tentation de « tondre la laine » sur le dos des Français en récupérant des subventions généreusement accordées est compréhensible.

Dans aucun pays au monde, la viabilité économique de l’éolien et du photovoltaïque ne peut se passer de subventions des États lorsqu’ils sont en concurrence avec les moyens classiques de production d’électricité.

La représentation nationale devrait alors poser d’urgence les questions suivantes au PDG d’EDF, qui lui doit des comptes:
-Quels arguments scientifiques, technologiques et économiques possédez-vous pour affirmer qu’un jour le renouvelable sera rentable sans subventions ?
-Quand la compétitivité de l’éolien et du photovoltaïque, sans assistance d’État, sera-t-elle une réalité ?
-Pensez-vous que les peuples et leurs gouvernants finiront par se lasser d’attendre cette réalité, et d’en payer indéfiniment le prix exorbitant ?
Enfin, 
-Qu’adviendra-t-il au groupe industriel EDF ENR si la non-compétitivité de l’éolien et du photovoltaïque industriels était définitivement avérée ?

Ce qu’il adviendrait alors n’est pas difficile à imaginer. Des fonctionnaires statutaires et des élus remembreront une industrie sinistrée, comme on remembre le cadastre, et ils géreront dans l’urgence, une fois de plus, les transferts de patrimoines qui s’imposeront, tandis que les Français se demanderont, comme toujours: « Comment a-t-on pu en arriver là ? »

1 CSPE : Contribution au service public de l’électricité

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire