vendredi 25 décembre 2015

Halluin : Une troisième éolienne prévue sur le «zoning» de Menin

Par Florent Steinling
Publié le 24/12/2015

Douche froide pour les riverains à la frontière entre Halluin* et Menin: Une troisième éolienne pourrait voir le jour de l’autre côté de la Lys, sur le « zoning » de Menin. Mais qui respecterait cette fois les distances réglementaires imposées en France




*Halluin est une commune française de la métropole lilloise
Les fêtes de Noël ne se ressemblent pas d’une année sur l’autre pour les Losfeld. L’an dernier, ils apprenaient, avec joie, que leur pétition contre l’implantation des deux éoliennes – opérationnelles depuis début 2013 – était jugée recevable par la commission des pétitions de l’Union Européenne. Cette année, c’est la douche froide. On leur a apporté une possible troisième éolienne sur la zone industrielle de Menin.

Petit coup de massue reçue ce mercredi lorsque les services de la ville d’Halluin ont informé Valérie Losfeld de ce projet d’implantation d’une nouvelle éolienne. Une enquête publique est en cours du côté de Menin et une réunion publique doit se tenir le 6 janvier. C’est la société Elicio nv qui porte ce projet. Il s’agit de la nouvelle entité du groupe Nethys qui a racheté le parc éolien d’Electrawinds, alors en difficultés financières.


À 800 mètres de la frontière

Régulièrement, il y avait des rumeurs de nouvelles implantations d’éoliennes dans le « zoning » industriel de Menin. Mais elles n’étaient jamais confirmée. Cette fois, il n’y a plus de doute. Rappelons que lors du projet initial, c’était cinq éoliennes et non deux qui voulaient implanter la société belge. À la différence de la première fois, où les riverains avaient été mis devant le fait accompli – personne n’avait eu vent de l’enquête publique en France –, cette fois, ils ont été informés en temps et en heure.

Mais pas sûr que cela soit suffisant. Car cette nouvelle éolienne serait installée au niveau de la société Veer. Soit à environ 600 mètres des premières et donc à près de 900 mètres des premières habitations françaises. Or, la réglementation française impose une distance minimale de 500 mètres. Reste les questions des nuisances visuelles, sonores et des éventuels risques pour la santé… « On connaît les réactions en France et on a voulu en tenir compte, explique-t-on au sein d’Elicio. C’est pour cela que nous voulons l’installer beaucoup plus loin et que nous ne la mettons sur une même ligne, le long de la frontière ».

En tout point identique aux deux premières, cette troisième éolienne sera la dernière sur le « zoning » de Menin. « La région flamande souhaite optimiser les parcs éoliens là où ils sont installés. Et après étude, pour Menin, l’idéal est d’avoir trois éoliennes », précise la société Elicio, qui table, s’il n’y a pas retard, sur l’année 2017 pour son installation.

Enquête publique en mairie de Menin jusqu’au 9 janvier ; réunion publique le 6 janvier à 20 h au centre culturel De Steiger, Waalvest 1 à Menin.



«Si on se manifeste on peut faire bouger les chose

Valérie Losfeld a bien conscience qu’il sera difficile pour les riverains français de s’opposer à cette troisième éolienne. Malgré tout, le combat continue, « et si on se manifeste on peut faire bouger les choses ». Surtout, l’objectif affiché par le collectif, c’est de rappeler qu’il est toujours là, toujours vigilant et que le dossier des deux premières éoliennes est loin d’être clos.

« Il faut que l’on se fasse entendre, explique Valérie Losfeld. Il faut que le maximum de riverains se rendent en mairie de Menin pour écrire sur le registre de l’enquête publique». Notamment pour manifester leur mécontentement face à l’installation des deux premières éoliennes. Le collectif va d’ailleurs distribuer un tract ce samedi dans les boîtes aux lettres des Halluinois pour les inciter à agir. De même, Valérie Losfeld espère que le plus grand nombre d’Halluinois viendront le mercredi 6 janvier à la réunion publique pour montrer que les Halluinois sont toujours là sur le dossier.


Côté mairie : Pas de commentaire

Si elle a bien conscience que l’Europe a certainement d’autres priorités, Valérie Losfeld regrette néanmoins que son dossier, jugé recevable pas la commission des pétitions, n’ait toujours pas été étudié « On les relance régulièrement mais on n’a pas de retour », déplore-t-elle. Mais il y a un an lorsqu’elle avait reçu la confirmation que son dossier serait traité, il avait été demandé « une enquête préliminaire sur les différents aspects du problème » et la commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire devait également être saisie. Un dossier qui avait déjà perdu du temps puisqu’il avait été perdu dans les méandres de la machine européenne.

Du côté de la mairie, pour le moment, on ne commente pas ce nouveau projet d’implantation d’éolienne tout en rappelant avoir transmis l’information au collectif pour que les riverains agissent en temps et en heure. Si un avis officiel de la municipalité, même consultatif, était demandé, « des réserves sur les risques pour l’environnement et la santé des habitants », seraient formulées, précise-t-on au cabinet du maire.



php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire