dimanche 10 janvier 2016

Photovoltaïque: Une arnaque de 60 millions d'euros révélée


Quels faits lui sont reprochés ? À la tête de la société DOM-TOM Défiscalisation (DTD), il multipliait la collecte de fonds auprès d'investisseurs entre 2007 et 2010. Le concept était clair : Il s'agissait d'investir dans la pose de panneaux solaires sur les toits de bâtiments à la Martinique. Les investisseurs apportaient ainsi 40 % du financement nécessaire à l'acquisition et à l'installation de centrales photovoltaïques sur l'île.

En retour, DTD promettait aux particuliers un rendement pouvant aller jusqu'à 65% de leur apport. Une réduction appliquée sur l'ensemble de l'investissement complété par des prêts bancaires et des subventions divers. D'après également une enquête de Challenges, en octobre 2015, «son holding Lynx Finances Group, enregistré à Hong-kong, était présent à toutes les étapes de l'opération via diverses entités : il fournissait les panneaux, les exploitait et vendait l'électricité à EDF».

Avec ce tel montage, les investissements auraient dû s'élever au total à 112 millions d'euros. Mais les investigations du juge financier René Grouman ont permis de montrer que «les investissements réalisés étaient fort éloignés de ce montant, et qu'une part importante des fonds apportés par les souscripteurs avait été utilisée à d'autres fins que celles prévues par la loi Girardin», précise l'ordonnance de renvoi recueillie par Challenges.


Seules 50 toitures photovoltaïques ont été équipées

Au total : 60 millions d'euros ont été investis. Toutefois, seules 50 toitures photovoltaïques ont été équipées et aucune n'était prête à être raccordée au réseau, alors que le montant théorique des investissements correspondait à 2.775 installations, conclut l'hebdomadaire. Des «retards» que l'homme d'affaires, a imputés, devant le magistrat, à des problèmes de matériel, des mouvements de grève ou des défaillances d'EDF. Par ailleurs, 8 autres millions ont servi à rémunérer les salariés et les intermédiaires… En attendant la condamnation, les 4.000 contribuables floués ont tous subi un redressement et perdu leur ristourne fiscale, ajoute Challenges.

Tout en précisant que «700 d'entre eux se sont regroupés au sein de l'Association des investisseurs en Girardin industriel photovoltaïque (Adigip), défendue par le cabinet Fidal dans l'optique d'obtenir un dédommagement». Des procédures civiles contre les nombreux conseillers en gestion de patrimoine qui ont commercialisé le produit DTD sont engagées.




php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire