jeudi 17 mars 2016

Éoliennes: Le scandale sanitaire dévoilé en Grande Bretagne

http://lemontchampot.blogspot.fr/
16 mars 2016



Commentaire: Les nuisances multiples des éoliennes sont acquises. Des centaines d'études à travers le Monde l'ont démontrées avec brio et indépendance.  C'est un fait. Non le problème malheureusement, est ailleurs: Le problème est POLITIQUE et SEULEMENT POLITIQUE! Incontestablement, le gouvernement actuel a choisi l'éolien. Aussi, nous devons pour préserver la Santé publique, pour sauvegarder l'Environnement, pour conserver l'attractivité touristique de nos pays, prendre en main notre destin. Nous devons, nous, associations sur le terrain, sympathisants, citoyens, établir un RAPPORT DE FORCE avec l'État afin de l'obliger à STOPPER CETTE TRAGÉDIE pour des milliers (demain millions?) de nos compatriotes. Nous devons nous regrouper par département, par région, au niveau national et en appeler à la désobéissance civique.

«Ils nous empêchent de rêver, on va les empêcher de dormir»
Slogan étudiant, 2016
php


En cause: La modulation d'amplitude excessive de leur son:Excessive Amplitude Modulation. (EAM) et notamment celle des basses fréquences et infrasons

Les souffrances de milliers de riverains d’éoliennes industrielles sont en effet rapportées dans de nombreuses études ou auditions telles que celle du sénat australien.



La cause en est connue depuis les années 80, avec les travaux de plus de 10 ans menés pour la NASA et le département US de l’énergie qui avaient déjà mis en accusation cette amplitude de modulation de leur son, particulièrement celui de leurs basses fréquences et infrasons .
Depuis un quart de siècle, pourtant, la quasi totalité des législations font semblant de l’ignorer.


En France, l’agence française (AFSSET), chargée de se prononcer par la saisine Saisine n° 2006/005 sur la pertinence des mesures de protection des riverains, considère, en conclusion, que « la plus totale ignorance est de règle quant à l'existence d'effets de seuil, de validité spectrale, d'application aux bruits impulsionnels, de validité en fonction de la durée d'exposition, et de limitations diverses… »
Mais non seulement cette modulation n’est pas prise en compte, mais depuis le 26 août 2011, les émergences spectrales des basses fréquences (125Hz), pourtant réglementées par le code de santé publique, ne sont même plus mesurées quand il s’agit d’éoliennes.
Et le problème sanitaire est occulté au prétexte que les normes de protection des riverains seraient rigoureuses.


La boite de Pandore vient de s’ouvrir en Angleterre où un groupe de travail indépendant“Independent Noise Working Group” (INWG) a été commandité par le parlementaire de Daventry Chris Heaton-Harris et la « National Alliance of Wind Action Groups » (NAWAG).
Ce groupe dispose des indispensables garanties d’indépendance, de multi disciplinarité et de qualification scientifique dans les domaines de l’acoustique, de la santé environnementale, du sommeil, des aspects juridiques, de la physique, de la météorologie, des statistiques et de l'analyse de données.


Son rapportINWG, Wind Turbine Amplitude Modulation & Planning Control Study, July 2015” vient d’être dévoilé.
Il est constitué d’une présentation et de 13 « Work Packages » qui représentent une somme considérable d’informations sur l’état des connaissances attestant du problème et en propose des méthodes de contrôle.


Il a été remis le 13 octobre au ministre d’État de l’énergie et du changement climatique (DECC).
Évoquant ce rapport, le porte parole du ministère a reconnu que le gouvernement était bien conscient que le bruit éolien pouvait être un problème pour les gens vivant à proximité et a ajouté qu’un audit avait été commandé pour conduire désormais à contrôler cette modulation à travers la planification de nouvelles dispositions.
DECC a reconnu que l’amplitude de modulation du bruit produit par les éoliennes peut être la cause de problèmes pour certains résidents. DECC a nommé un consultant indépendant pour compiler les preuves disponibles sur cette modulation d’amplitude (AM) afin de prescrire la façon de contrôler les modulations excessives à travers de nouvelles dispositions. La présente étude (INWG) sera prise en considération parallèlement aux autres preuves rassemblées dans ce rapport»).


Ce rapport INWG met en évidence le caractère particulièrement intrusif des EAM, sa présentation dénonce "le déni du problème par l’industrie éolienne qui rappelle une autre situation sanitaire équivalente. Par exemple celle de l’industrie du tabac et des effets néfastes de la consommation de cigarettes".


Il démontre la stricte incapacité de la législation anglaise actuelle (ETSU guidelines) de prendre en compte cette modulation d’amplitude excessive.
La presse anglaise annonce déjà la révision de la législation en parlant d'un scandale comparable à celui de Volkswagen.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire