mercredi 8 juin 2016

L’Allemagne veut limiter sa consommation d’énergie… et sa production renouvelable ?

http://www.connaissancedesenergies.org/
parue le 08 juin 2016


Commentaire: En 2001, le gouvernement français (Jospin, Voynet, Cochet et un certain... Baupin) prenait exemple sur l'Allemagne pour le développement des ENRi. Il serait bien qu'en 2016, SuperRoyal et consorts en face de même avant l'oraison funèbre de l'électricité 
française bon marché .
 
Marcel Boiteux (président d'EDF 1967-1978): Du monopole de la lumière

php


Entre 2008 et 2014, la consommation d’énergie de l’Allemagne a baissé de plus de 8%. Le gouvernement entend accentuer cette baisse grâce à plusieurs programmes d’efficacité énergétique. (©Pixabay)


En mai 2016, l’Allemagne a lancé plusieurs initiatives pour améliorer l’efficacité énergétique dans le cadre de sa transition énergétique. Ce pilier de l'« Energiewende » pourrait prendre le pas sur le développement des énergies renouvelables alors que le Conseil des ministres a présenté aujourd’hui un projet de loi pour mieux encadrer l'essor de ces dernières. Explications.

4 nouveaux programmes et une campagne d’information « pour une Allemagne efficace »

D’ici à 2050, l’Allemagne ambitionne de réduire de moitié sa consommation d’énergie(1). Concrètement, cela revient quasiment pour le pays à se passer d’une consommation équivalente à celles des pays du Benelux(2) et de l’Autriche réunies. Pour atteindre une diminution aussi drastique de ses besoins, Berlin mise en grande partie sur des progrès en matière d’efficacité énergétique.

Depuis début mai, l’Allemagne a lancé 4 nouveaux programmes dédiés : des aides pour réduire et valoriser la chaleur dite « fatale », un programme de promotion des technologies transversales « hautement efficaces », un appel d’offres pour des mesures d’efficacité dans le secteur électrique (baptisé « STEP up ! ») et un programme pilote « Compteurs d’économies d’énergie » visant à soutenir de nouveaux services en lien avec les compteurs communicants.

Le ministre allemand en charge de l’énergie Sigmar Gabriel a répété à l’occasion du lancement de ces programmes que l’énergie « la plus propre et la moins chère » est celle qu’on ne consomme pas, un message désormais bien connu, notamment porté par l’association négaWatt en France.

L’Allemagne entend ainsi investir dans l’efficacité énergétique mais également sensibiliser sa population (consommateurs privés mais aussi entreprises et institutions publiques), à davantage de sobriété à travers une grande campagne « pour une Allemagne efficace ». Au total, le Ministère fédéral en charge de l’économie et de l’énergie (BMWi) a annoncé avoir débloqué 17 milliards d’euros d’ici à 2020 pour soutenir ces mesures d’efficacité énergétique. Un accent particulier sera porté sur le secteur des bâtiments, notamment dans l'habitat résidentiel qui compte pour 25,6% de la consommation d'énergie allemande.


Production électrique : pour une Allemagne « renouvelable » ?
En 2015, les énergies renouvelables outre-Rhin ont généré 195,9 TWh d’électricité, soit 32,6% de la production électrique allemande(3). Elles ont connu une forte croissance à l’image de l’éolien dont la production a doublé au cours des 5 dernières années, en grande partie grâce au dispositif des tarifs de rachat garantis.

En 2015, près de 44% de la production électrique allemande reste toutefois générée par des centrales à charbon, un constat qui contraste avec les objectifs ambitieux du pays en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (- 80% à - 95% d'ici à 2050 par rapport au niveau de 1990). Pour rappel, le nucléaire, dont l’Allemagne entend « sortir » à l’horizon 2022, fournit encore encore près de 15% de la production électrique nationale.

L’essor rapide des renouvelables confronte l’Allemagne à différentes contraintes et défis, parmi lesquels la hausse des prix de l’électricité pour les ménages (les taxes et contributions constituent près de la moitié du prix final), la baisse des prix sur les marché de gros (entraînant d'importantes difficultés financières pour les exploitants de centrales « traditionnelles »), la gestion de l’intermittence des nouvelles unités de production renouvelables ou encore le besoin de développer des infrastructures de transport entre le nord du pays et le sud plus peuplé et plus industrialisé.

Pour faire face à cette situation, un nouveau projet de loi (EEG 2016)(4) a été présenté ce 8 juin en conseil des ministres pour faire évoluer les modalités de soutien au développement des renouvelables.À partir de 2017, des appels d’offres devraient être lancés avec des capacités supplémentaires limitées chaque année pour chaque filière (par exemple à 2 800 MW par an pour l’éolien terrestre entre 2017 et 2019) et concentrées dans les Länder aux plus forts besoins.

Le gouvernement allemand entend ainsi mieux encadrer le développement des énergies renouvelables et supprimer les subventions systématiques en leur faveur. Il maintient toutefois ses objectifs concernant ces filières, à savoir porter leur part dans le mix de production électrique national à 40% à 45% en 2025, puis 55% à 60% en 2030 et plus de 80% en 2050.



Évolution de la production électrique d'origine renouvelable de l'Allemagne (©Connaissance des Énergies)


Sources / Notes

 (1) La consommation allemande d’énergie primaire atteignait 317,7 Mtep en 2013 selon les    dernières données de l’AIE.
(2) Belgique, Luxembourg et Pays-Bas.
(3Statistiques sur les énergies renouvelables en Allemagne, Ministère fédéral en charge de  l'énergie
(4Projet de loi EEG 2016

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire