vendredi 22 juillet 2016

La consommation électrique a diminué en France en 2015

https://reporterre.net/
20 juillet 2016 

Commentaire: Apparemment, la tendance serait à la baisse de la consommation électrique en France pour les années à venir. En y ajoutant*que: 

  • la France est le 1er pays exportateur mondial d'électricité sur ces 12 derniers mois (source douanes française)
  • (...), l'Allemagne, après 7 ans de promotion intense des renouvelables (2006-2013), le secteur de l'énergies allemand, à consommation égale émet 3% de gaz à effet de serre en plus. L'échec de la transition énergétique allemande (l'Energiewende), est évident (...),
  • (...), Pour l'Union Européenne, la politique de promotion des énergies renouvelables a impact peu probant sur le réchauffement climatique. (...),
  • (...), L'apport des énergies renouvelables n'a pas amélioré l'indépendance énergétique de l'Union Européenne (...),
  • (...), Ainsi, les trois buts principaux de la promotion des énergies renouvelables: lutte contre le réchauffement climatique, indépendance énergétique, et maîtrise des prix, ne sont pas réalisés. (...).
  • (...), En conclusion : Devant des résultats peu probants, un impact de plus en plus important sur les prix aux consommateurs et les dysfonctionnements du marché de l’électricité européen, l’Autorité de Concurrence européenne a décidé de peser de tout son poids sur la politique d’aides aux énergies renouvelables (ENR). Pour ces dernières l’épreuve de vérité concernant leur compétitivité, coûts directs et indirects, s’approche. Leur avenir est en jeu.


Pourquoi nous battons-nous encore aujourd'hui contre les projets éoliens?

php
Avec une prévision de consommation passant de 479 TWh (terawatt-heures) en 2015 à 471 TWh en 2021 (-1,5%), les mesures d’efficacité énergétique, en particulier dans les foyers et le secteur tertiaire, entraînent pour la première fois une diminution de la consommation électrique en France, en dépit de l’essor de nouveaux usages et d’un contexte économique plus favorable, indique Réseau de transport d’électricité (RTE) le 13 juillet 2016.


Ces nouveaux résultats constituent une petite révolution, observe Philippe Collet, d’Actu-Environnement. En 2015, RTE anticipait encore une hausse de la consommation qui la porterait à 483,7 TWh en 2020.
Après correction, une stabilisation de la consommation électrique de la France continentale est observée depuis 2011, en rupture avec la tendance de la décennie précédente, constate RTE, précisant que cette consommation se situe légèrement en dessous 480 TWh depuis 5 ans.
D’une hausse moyenne de plus de 7 % par an entre 1950 et 1960, la progression de la demande électrique a ralenti, décennie après décennie, pour atteindre +2,4 % entre 1991 et 2000, +1,1 % entre 2001 et 2010 et +0,5 % entre 2011 et 2015. Quatre facteurs expliquent cette baisse : la maîtrise de la demande (et en particulier l’efficacité énergétique des bâtiments et des équipements), le ralentissement tendanciel de la croissance économique française, la tertiarisation de l’activité économique (les services sont moins consommateurs d’électricité que l’industrie) et les délocalisations industrielles couplées au recentrage sur une industrie de haute technologie.
Parmi les principaux déterminants de la consommation future (croissance économique, démographie, nouveau usages de l’électricité, etc.), RTE insiste sur « l’influence grandissante » de l’efficacité énergétique, et en particulier dans les foyers et le tertiaire. Son impact devient tel que RTE a complètement révisé ses anticipations pour les deux secteurs qui totalisent plus de 60 % de la consommation française.
- Source : Actu Environnement

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire