lundi 11 juillet 2016

La Région Grand Est enregistre la plus faible croissance des régions de France métropolitaine


Par Fabrice Rosaci
2/06/2016

Commentaire: «(...) 
À l’inverse, la Haute-Marne, les Ardennes, la Meuse et les Vosges sont parmi les dix départements de France métropolitaine perdant en moyenne par an le plus d’habitants depuis dix ans. » Oui mais d'un autre côté, ces départements gagnent des centaines d'éoliennes par an. La population rurale disparaît, l'industrialisation massive la remplace. 
Vite, mettons ces élus (es), aux ordres des «corbeaux» noirs éoliens à la retraite en 2020!

Avant qu'il ne soit trop tard car le pire est à venir.




ZÉRO ÉOLIENNE et BASTA!

php





Une étude de l'INSEE publiée ce jeudi 2 juin présente la situation démographique 2014 en ACAL, aujourd'hui région Grand Est et confirme la faible croissance démographique de la région

Au 1er janvier 2015, la population de la région Grand Est est estimée à 5 560 400 habitants

Elle a progressé de 0,2 % en moyenne chaque année depuis 2005, ce qui représente en réalité la plus faible croissance des régions de France métropolitaine
L' augmentation repose essentiellement sur le nombre des naissances plus important que celui des décès

En 2014, 62 300 bébés sont nés dans la région. Avec 1,85 enfant par femme, la région Grand Est fait partie des régions les moins fécondes

Le nombre de décès s’établit à 49 000 en 2014, en baisse de 2,5 % par rapport à 2013 tandis que l’espérance de vie progresse au même rythme qu'en France métropolitaine. Mais elle reste moins longue que dans les autres régions.

Autre enseignement de cette étude, la part de jeunes et de personnes âgées dans la population totale est moindre que la moyenne nationale. En revanche l'indice de vieillissement est plus élevé qu'en France métropolitaine.

Quelques éléments :
Le Bas-Rhin et le Haut-Rhin portent la croissance démographique de la région ; sur la dernière décennie, la croissance démographique régionale est essentiellement portée par les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. Ils gagnent respectivement 46 900 et 31 500 habitants sur la période (soit + 0,4 % en moyenne par an), grâce notamment à leur excédent naturel.

À l’inverse, la Haute-Marne, les Ardennes, la Meuse et les Vosges sont parmi les dix départements de France métropolitaine perdant en moyenne par an le plus d’habitants depuis dix ans.




© INSEE Evolution sur une décennie



Lecture : Entre 2004 et 2014, la population du département de l'Aube augmente de 0,3 % en moyenne par an, soit 9 600 habitants supplémentaire
Sur la période, le solde naturel s'élève à 7 000 et le solde migratoire apparent à 2 600


La fécondité compte parmi les plus faibles de France métropolitaine : En 2014, 62 300 bébés sont nés en ACAL, soit 300 de moins qu’en 2013.

Le nombre de naissances diminue depuis 10 ans : - 0,4 % en moyenne par an. En France métropolitaine, il augmente légèrement (+ 0,2 %)

L’espérance de vie à la naissance est plus faible dans la région qu'en France métropolitaine : de 7 mois pour les hommes et de 10 mois pour les femmes.

Néanmoins, entre 2004 et 2014, les hommes gagnent en moyenne 3 mois par an d’espérance de vie et les femmes, 2 mois


© INSEE Evolution du nombre de décès et espérance de vie dans la région Grand Est depuis 2004

Lecture : En 2014, les femmes résidant en ACAL peuvent espérer vivre jusqu'à l'âge de 84,6 ans (échelle de droite). Le nombre de décès de femmes dans la région s'élève à 24 200, soit 1 100 décès de moins qu'en 2013 (échelle de gauche).

L’âge moyen des habitants de la région Grand Est est de 40 ans et 8 mois (40 ans et 5 mois en France métropolitaine).

Depuis 10 ans, l’âge moyen dans la région a progressé de 2 ans et 2 mois (1 an et 7 mois en France métropolitaine)

Les moins de 20 ans sont proportionnellement moins nombreux qu'ailleurs en France : En 2014, ils représentent 23,6 % de la population régionale, contre 24,4 % en France métropolitaine.

Les personnes âgées (65 ans ou plus) sont également moins nombreuses et représentent 18,3 % de la population, contre 18,6 % en France métropolitaine


Enfin, en 2014, 1 200 mariages ou Pacs ont été célébrés entre personnes de même sexe dans la région , soit 3,5 % du total des unions.

Les unions de personnes de même sexe progressent plus vite dans la région (+ 37,9 % par rapport à 2013) qu'en France métropolitaine (+ 24,8 %).

Ils concernent davantage les hommes (52,0 % en 2014) que les femmes.


La totalité de l'étude est disponible ici 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire