vendredi 21 octobre 2016

La Cour des comptes alerte sur les dépenses de Bpifrance

 http://www.lesechos.fr
Sharon Wajsbrot
20/10/2016


Commentaire:  A noter que depuis sa création
sous la forme de Bpifrance, gouvernement Ayrault par la loi du   http://www.bpifrance.fr/Bpifrance/Notre-organisation
(...) "Si pour la Cour des comptes « les augmentations des rémunérations de certains cadres dirigeants paraissent tout particulièrement contestables dans leur principe"(...). Comment pourrait-il en être autrement dans un Monde où l'argent est roi? Eve n'est plus la seule à vouloir "croquer" dans la pomme.

php
 
 
Certains cadres dirigeants de la banque publique ont vu leur rémunération progresser de 40% entre 2012 et 2015. - AFP

Dans un rapport à paraître mi-novembre, la Cour des comptes pointe les frais de fonctionnement de la banque. Certains cadres de la banque ont vu leur salaire augmenter de 40% entre 2012 et 2015.

 
C'est un coup de semonce pour la banque publique d'investissement Bpifrance. Selon nos informations, dans un rapport à paraître mi-novembre, la Cour des comptes alerte sur les frais de fonctionnement de l'établissement et sur les coût potentiels de son modèle économique pour L’État. Actuellement soumis aux actionnaires de l'établissement - la Caisse des Dépôts et l’État - pour qu'ils répondent aux observations de la Cour, ce rapport encore provisoire doit être rendu public mi-novembre. « La procédure contradictoire n'est pas achevée. (...). La Cour arrêtera ses observations définitives au terme de cette procédure », précisent les sages de rue Cambon dans un communiqué.

Dans le détail, les magistrats considèrent que la banque joue son rôle de soutien aux PME et ETI françaises, mais ils pointent sa grille salariale. Depuis 2012 - date à laquelle Bpifrance a été créée grâce à la fusion de trois entités (la banque des PME Oséo, le fonds stratégique d'investissement FSI, et la structure de capital investissement CDC Entreprises) - la masse salariale de la banque a progressé de 25%. Certains cadres dirigeants de Bpifrance en ont particulièrement profité puisqu'ils ont vu leur salaire augmenter de 40% entre 2012 et 2015. Selon la Cour, au sein de Bpifrance investissement, les rémunérations annuelles moyennes de 28 cadres dirigeants ont par ailleurs augmenté de 23% pour la seule année 2015.


Si pour la Cour des comptes « les augmentations des rémunérations de certains cadres dirigeants paraissent tout particulièrement contestables dans leur principe », Bpifrance les justifie par la nécessaire harmonisation des rémunérations entre les salariés de CDC Entreprises et celles du fonds stratégique d'investissement. La banque les justifie également par sa politique de promotions internes. « Le salaire moyen du comité exécutif de Bpifrance est passé de 318.000 euros en 2013 à 291.000 euros en 2016, notamment grâce au départ de certains cadres dirigeants. Les augmentations de salaires de 40% constatées par la Cour concernent des cadres qui ont été promus au comité exécutif de la banque et qui ont en conséquence bénéficié d'un rattrapage de salaire », explique la banque publique. « Le comité exécutif est en moyenne moins rémunéré que celui de la SNCF, La Poste et EDF », affirme la banque qui précise que Nicolas Dufourcq est le seul à disposer d'un salaire au plafond de 450.000 euros fixé pour les patrons d'entreprises publiques.
Quel avenir ?


La Cour pointe aussi la multiplication des locaux de Bpifrance, qui va bientôt investir un nouvel immeuble dans le 9ème arrondissement de Paris pour accueillir les équipes de garantie export de Coface . Loué dès le mois de mai 2016, celui-ci devait accueillir ces équipes en septembre. Mais elles ne viendront finalement qu'en janvier. Les frais de taxis engagés par les directeurs exécutifs de la banque ont aussi été passé au crible. Selon des informations du « Point » confirmées aux « Échos », ils s'élèvent à en moyenne 530 euros par directeur et par mois alors que la banque octroie par ailleurs des véhicules de fonction à certains d'entre eux. «Les collaborateurs se déplacent énormément, y compris le week-end pour l'étranger. Ces déplacements imposent parfois l'usage de taxi pour des montants en fait raisonnables », rétorque Bpifrance.


Au-delà de ces questions de gestion, la Cour se penche sur le modèle économique de la banque et sur son avenir . Ses activités de financement de l'innovation, de garantie des prêts octroyés par les banques privés ou de prêts sans garantie doivent être financés par l'Etat. Et si la banque veut continuer sur sa lancée, elle pourrait bientôt avoir besoin de nouvelles dotations publiques. « Nos fonds de garantie dédiés aux prêts des banques privés sont alimentés jusqu'en 2017. Au-delà, ils nécessiteront un milliard d'euros pour continuer à fonctionner jusqu'en 2019 », détaille la banque publique. Outil voulu par François Hollande, ce sera à la prochaine majorité présidentielle de décider du poids financier qu'elle voudra lui donner.












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire