samedi 16 décembre 2017

Andalousie : la "mer de plastique" et le fantôme de Juan Goytisolo

https://www.revue-ballast.fr
Par Louis Raymond et Ramiro González Coppari *

Commentaire : et soudain l'achat de vos légumes d'Espagne dans votre supermarché préféré prend un autre sens, n'est ce pas? Bon appétit!
php

Deux noms : Almería et Goytisolo. Une cité portuaire au sud de l’Espagne et un écrivain du même pays décédé en juin dernier. 40 000 hectares de serres recouvrent les terres de la première afin d’approvisionner l’Europe du Nord en légumes, l’hiver venu ; des romans, des essais et des reportages constituent l’œuvre du second, dont la mère fut tuée lors des bombardements franquistes. Une centaine de milliers d’immigrés travaillent, sans papiers pour une partie d’entre eux, dans la région ; Goytisolo dénonça le traitement réservé à ces hommes qui occupent « des postes qu’aucun Espagnol ne veut occuper ». Deux noms pour un reportage — parcourir la ville dans l’ombre du romancier disparu.



« Il avait un pied sur sa gorge tandis que les voisins, qui le connaissaient, criaient : Arrêtez, cet homme est malade ! Vous allez le tuer ! » Le 18 mars 2017, la mort d’un travailleur agricole marocain dans la petite ville de San Isidro, à quelques kilomètres à l’est d’Almería, a rappelé ces confins orientaux de l’Andalousie à d’autres souvenirs que le tournage de western spaghetti. Le contrôle effectué par la Guardia Civil au domicile de M. Hamid a dégénéré. Sous le stress, la victime, atteinte de la maladie de Parkinson, a fait un accident cardio-vasculaire dont elle est décédée presque instantanément. La version officielle fait état d’une résistance opposée aux forces de l’ordre intervenues en raison d’un appel pour « violences conjugales ». Mais, dès le lendemain, famille, amis, associations et ONG ont défilé pour contester cette version. Selon eux, celle-ci avait été écrite pour disculper le garde civil — d’autant que la fille de M. Hamid affirme avoir appelé uniquement les secours. Les manifestants, plusieurs centaines de personnes, exigeaient davantage d’humanité dans le traitement quotidien infligé aux travailleurs migrants dans la région1.

Notre alimentation influence notre humeur

https://lareleveetlapeste.fr
par Maureen Gilmant
15 décembre 2017

Les aliments au cœur de notre équilibre
On le savait, notre santé en dépend. Mais si nos humeurs étaient aussi influencées par notre assiette ? Notre humeur est bien évidemment liée à notre cerveau. Celui-ci est composé de cellules, de synapses, de zones d’échanges entre les neurones, des neurotransmetteurs et des molécules. Toutes ces parties de notre cerveau sont issues de, ou nécessitent, des acides gras, des acides aminés, des vitamines, des graisses et du cholestérol.

Tous ces nutriments sont également présents dans notre assiette et notre cerveau en a donc besoin pour se régénérer. Mais quels sont les aliments qui impactent notre bien-être mental ?

Nouveau et nuisible : le gouvernement surtaxe la nature

Baptiste Giraud (Reporterre)
15 décembre 2017 /



Le projet de loi de finances pour 2018 va nuire à l’ensemble des espaces naturels, estime le spécialiste Guillaume Sainteny. Le projet prévoit en effet de taxer leurs propriétaires de manière nettement supérieure à celle des détenteurs des autres capitaux. Poussant ainsi à la vente des champs et bois pour la construction immobilière. L’Assemblée nationale risque de l’adopter vendredi 15 décembre.

La chose est passée complètement inaperçue. Alors qu’elle pourrait avoir des conséquences importantes sur les espaces naturels français.

Le principal changement introduit par le projet de loi de finances (PLF) pour 2018, présenté le 27 septembre devant l’Assemblée nationale et critiqué par les ONG environnementales, consiste en la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), remplacé par un nouvel impôt sur la fortune immobilière (IFI), qui concernera uniquement les biens immobiliers (bâtis et non bâtis), et un prélèvement forfaitaire unique (appelé « flat tax ») pour les biens mobiliers (placements, actions, dividendes, etc.).

Nicolas Hulot possède six voitures et plusieurs maisons

https://reporterre.net

 Commentaire : et maintenant ministre de la République. Comme quoi, être un saltimbanque* même à tout, y compris au meilleur.
*Artiste d'agilité exécutant des tours d'adresse. http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/saltimbanque/70752
php


 

La Haute autorité sur la transparence de la vie publique (HATV) a publié le 15 décembre les déclarations de patrimoine des membres du gouvernement. On y apprend que Nicolas Hulot possède six automobiles, dont une BMW électrique (BMWi3). Il possède aussi une maison, et est copropriétaire de trois autres maisons et d’un appartement.
La valeur totale des véhicules à moteur de Nicolas Hulot atteint 105.000 euros, et la somme de 83.000 euros pour ses six voitures.

La fin de la mare et ses grenouilles

Puy Chérifel Nature
Grignols, France

Commentaire :" Pendant qu'on nous impose des éoliennes de 183 m de haut par dizaines et à 500 m des maisons, des habitants sont obligés de combler une mare qui figure déjà sur des cadastres depuis plus de 100 ans, parce que leurs nouveaux voisins ont porté plainte contre le chant des grenouilles (pendant quelques semaines par an!!!). Alors que les espèces sont protégées, et que le rebouchage de la mare est passible de 200 000 euros d'amende, le tribunal impose ce rebouchage!!!!!!"LM
Assurément les voies de la Justice sont impénétrables comme celles de Dieu.... 
php
 Grignols
source : http://visites.aquitaine.fr/grignols-281

16 déc. 2017 — Après un long combat le verdict est tombé.

EDF, le géant entravé

http://www.ifrap.org
Philippe François
N° 184 • 15 décembre 2017 •


Commentaire : "Remarquable analyse du désastre annoncé par la politique court-termiste et électoraliste de l'Etat actionnaire d'EDF". JP.Riou.

En qualifiant d’insincère et de mystification l’objectif de réduire à 50 % la part du nucléaire dans la production électrique en 2025, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, a relancé le débat sur la stratégie énergétique du Gouvernement et le rôle d’EDF. En parallèle, le ministre a affirmé sa volonté de mettre la pression sur EDF, éventuellement en scindant cette entreprise en deux (nucléaire/renouvelables), pour être seul maître de la transition énergétique.
Une démarche inquiétante, alors que les résultats de l’incursion directe de l’État dans la politique industrielle de l’énergie (Areva, Alstom, EDF, éolien, solaire, agrocarburants) devraient inciter les gouvernements à se concentrer sur la fixation d’objectifs et non pas sur la façon dont les acteurs les atteignent. Deuxième producteur mondial d’électricité, EDF est une entreprise prestigieuse, mais le niveau de son cours de bourse, 8 à 10 euros contre 32 en 2005 à l’ouverture de son capital, donne la mesure de son affaiblissement. Une situation d’autant plus inquiétante que le paysage énergétique est bouleversé : fin probable des tarifs réglementés, liberté de choix des consommateurs, concurrents français et étrangers, nouveaux modes de production, contestation du nucléaire et des éoliennes, surcoût des énergies renouvelables. Et des doutes existent sur le fondement même de la transition énergétique, le dernier bilan prévisionnel du gestionnaire du réseau de transport électrique (RTE) présentant des scénarios où la consommation d’électricité augmenterait au lieu de diminuer comme décidé dans la loi de 2015.

Le coût exorbitant des énergies renouvelables


https://fr.irefeurope.org
par Philbert Carbon,
le 13 décembre 2017

Commentaire : le "bon sens près de chez nous" suffira t-il à convaincre? Pour en être sûr, intensifions la lutte jusqu'au bout.
ZERO EOLIENNE et BASTA!
php




Moins d’un mois après la COP23 qui s’est achevée à Bonn le 18 novembre dernier, Emmanuel Macron reçoit une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement à Paris pour le One Planet Summit. Sans doute, le premier d’une longue série.

Pourquoi un tel rassemblement ? Pour trouver de l’argent, que diable. Car, on oublie trop souvent de préciser que remplacer les énergies carbonées par des énergies renouvelables coûte énormément d’argent. D’ailleurs, dans le JDD du 10 décembre 2017, quatre ministres – Bruno Le Maire, Nicolas Hulot, Jean-Yves Le Drian et Frédérique Vidal – lançaient un appel afin que la taxe française sur les transactions financières soit étendue à l’échelle de l’Europe.

Rappelons également que le projet de loi de finances pour 2018 prévoit l’augmentation de la fiscalité sur les carburants, mais aussi sur le fioul domestique par l’intermédiaire de la hausse de la taxe carbone.
Sommaire
- L’énergie est deux fois plus chère en Allemagne qu’en France
- Quel coût pour une énergie à 100 % renouvelable ?
- 30 % du budget des ménages consacré à l’électricité

Les déchets électroniques poursuivent leur croissance folle

Par : Stéphanie Senet |
 Journal de l'environnement

Parlons climat : (III) Pognon, GIEC et Politiques publiques

 https://www.contrepoints.org
Article écrit en commun par Nathalie MP et h16

C’est officiel et c’est merveilleux : depuis le début de la semaine, Paris est la capitale mondiale de la conscience climatique, Nicolas Hulot en est le chevalier vert et le pétulant Macron est le nouveau sauveur du monde.

« La planète brûle toujours » confiait avec sa prudence légendaire Laurent Fabius au Figaro, en concédant toutefois que « nous ne regardons plus ailleurs » et qu’il ne reste donc plus qu’une chose à faire : trouver de l’argent, beaucoup d’argent, des masses énormes d’argent, des centaines de piscines olympiques remplies d’argent frais pour accélérer vigoureusement notre entrée dans un monde d’autant moins chaud plus cool qu’il sera furieusement décarboné.

Oui, la planète brûle, c’est horrible et vous le savez car vous avez lu nos deux articles précédents (I & II) qui montrent le réchauffement colossal de la planète (une augmentation titanesque de 0,6° C au XXème siècle suivie d’une très violente stabilité depuis). Le coupable est sans aucun doute possible le CO2 dont la teneur dans l’atmosphère a vertigineusement augmenté de 0,032 % à 0,04 % entre 1960 et aujourd’hui.

Oui, la planète brûle et il nous faut donc agir : les conséquences matérielles et humaines de ce réchauffement climatique anthropique (RCA) sont déjà désastreuses (par exemple, il y avait plus de 5.000 ours polaires en 1960 alors qu’ils ne sont plus que 25.000 aujourd’hui). Mais surtout, si le pire n’est pas certain, il n’en reste pas moins « devant nous » et quoi qu’on fasse, « on n’en fera jamais assez » – dixit Nicolas Hulot.

Oui, la planète brûle et Emmanuel Macron est formel :
Si on décide de ne pas agir et de ne pas changer la manière dont nous produisons, dont nous investissons, dont nous nous comportons, nous serons responsables de milliards de victimes. (CBS, 12 décembre 2017)

Des miyards, qu’on vous dit !… De dollars, surtout, que nos réchauffistes entendent bien s’accaparer.

vendredi 15 décembre 2017

Conseil régional Bourgogne – Franche-Comté : quand les élus brassent du vent…

http://www.infos-dijon.com
Alain Bollery

Commentaire : qui sont ces élus. es récitant avec conviction le bréviaire du lobby éolien?
-Denis Hameau  : (...) " Âgé de 48 ans, Denis Hameau est ancien élève de l’ IEP de Lyon et titulaire d’une maîtrise de droit public. Il a ensuite poursuivi sa formation de manager à l’ ESSEC puis de dirigeant à l’ ESCP. [...] Il a exercé différentes fonctions au sein du Groupe La Poste : audit, expertise territoriale, management de réseau commercial, dirigeant opérationnel en Bourgogne et en Ile-de-France, représentation du Groupe dans le Val d’ Oise puis Adjoint de la Direction de Communication du Groupe La Poste." http://fr.s3cparis.com/speakers/denis-hameau/
-Sophie Fouquernie : (...) "Agricultrice dans le Doubs dans une petite ferme laitière basée à Solemont, âgée de 52 ans et mère de 4 enfants,  j’ai exercé de nombreuses responsabilités syndicales et consulaires  pour le monde agricole en Franche-Comté" https://jeparticipe.bourgognefranchecomte.fr/portrait/sophie-fonquernie/
-Sylvain Mathieu : (...) "41 ans, ingénieur forestier, employé pendant quinze ans à l’ ONF, gérant d’un groupement forestier privé [...] L’homme était en effet président de l’Union des groupes ménétriers du Morvan et vice-président de la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne. Il est par ailleurs toujours président de Ski en Morvan. http://www.lejdc.fr/nevers/politique/2016/01/07/sylvain-mathieu-lunique-vice-president-nivernais-de-bourgogne-franche-comte_11729041.html
Et comme toujours, le meilleur pour la fin :
-Marie-Guite Dufay : (...) "Marie-Marguerite Dufay, plus connue sous le nom de Marie-Guite Dufay, née le à Paris; [...] membre du Parti socialiste (PS). De 1995 à 2008, elle fut conseillère municipale puis adjointe au maire de Besançon.Elle exerce de 2008 à 2015, la responsabilité de présidente du conseil régional de Franche-Comté. Alors seule femme exerçant cette responsabilité, elle succède à Ségolène Royal comme vice-présidente de la Banque publique d'investissement le .[...]Marie-Guite Dufay est Vice-Présidente de l’Association des régions de France, et y préside la commission « Économie sociale et solidaire ». Elle est également membre du Conseil d’administration de la Banque publique d'investissement, et membre du Conseil de la Simplification pour les entreprises créé en 2014.
Elle a été nommée en 2015 membre préfiguration de la future agence de développement économique des territoires voulue par François Hollande, et a reçu une lettre de mission du Premier ministre pour co-piloter les travaux de préfiguration d'une telle agence qui devrait voir le jour au début de l'année 2016.
Elle soutient Emmanuel Macron, candidat En marche ! à l'élection présidentielle de 2017.
 https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Guite_Dufay

 Mais ce tableau ne serait pas complet sans y ajouter le journaliste responsable de l'article. Il a bien mérité, il sera récompensé.
-Alain Bollery : Bourgogne-Infos.com, société à responsabilité limitée est en activité depuis 11 ans. Située à Marmagne (71710), elle est spécialisée dans le secteur d'activité de l'édition de journaux. Son effectif est compris entre 1 et 2 salariés.  Sur l'année 2013 elle réalise un chiffre d'affaires de 207 800,00 €. Le total du bilan a augmenté de 8,51 % entre 2012 et 2013. Société.com recense 1 établissement actif et le dernier événement notable de cette entreprise date du 04-01-2008.
Alain  Bollery, est gérant de l'entreprise Bourgogne-Infos.com
https://www.societe.com/societe/bourgogne-infos-com-491099552.html
php



La question de l’éolien s’est invitée dans le débat sur le schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire



Les élus frontistes ont fait souffler un vent contraire… Marie-Guite Dufay les a renvoyés dans les cordes.
C’est un sujet qui peut être considéré comme techno, sauf qu’il va engager le territoire de la Bourgogne – Franche-Comté pour plusieurs décennies. Le SRADDET, très précisément schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires, est un exercice imposé par la loi aux Régions.
Il était donc à l’ordre du jour ce vendredi matin au Conseil Régional de Bourgogne – Franche – Comté, où il a été présenté par Eric Houley. Une présentation saluée par François Sauvadet qui a cependant demandé que les habitants soient associés, par le biais d’une plateforme participative. «Nous avons les cafés débat» lui ont suggéré avec le sourire la Présidente et quelques autres élus. «Non, pas les cafés, car on y trouve toujours les mêmes», lui a rétorqué François Sauvadet, toujours avec le sourire.

Julien Odoul pour le FN allait briser la relative bonne ambiance, après les débats enflammés de jeudi sur le budget. Avec un discours pas vraiment conformiste et une attaque en règle contre les éoliennes. Une attaque prolongée par Jacques Ricciardetti, dénonçant la pollution des paysages et des projets contestés par les riverains. L’élu FN contesta aussi avec force le principe du schéma régional, estimant qu’il ne répond pas aux aspirations des habitants.
«Pourquoi vous êtes-vous fait élire ? Car quand on se fait élire, on croit en l’action publique et collective. Pourquoi vous siégez sur ces bancs ?», lui lança sèchement Marie-Guite Dufay.
«J’ai été élu par la volonté du peuple. Vous avez une opposition qui conteste votre politique», réplique Jacques Ricciardetti.