Peu importe « la faute à qui » , les résultats sont là, le dossier écologie-énergie initié par le Grenelle de l’Environnement (2007) débouche sur une impasse, il n’y a plus d’autre solution que de revoir totalement la copie.
Les bases scientifiques, techniques et industrielles n’étant pas solides, les traductions économiques et financières sont catastrophiques, poursuivre, colmater, improviser, mènent au désastre. Le gouvernement, les élus, les commentateurs se prennent régulièrement les pieds dans le tapis avec des incohérences, des raccourcis, des anathèmes, proprement confondants d’incompétence et d’arrogance. Que ce soit sur les énergies renouvelables, le diesel, les fossiles, le nucléaire, le véhicule électrique, le réchauffement climatique, le dérèglement climatique et surtout le sauvetage de la planète, on n’arrive plus à compter le nombre d’âneries véhiculées tous les jours par les uns et les autres.