vendredi 20 avril 2018

ENRi : lettre ouverte du collectif STA à Monsieur le Président de la République

https://sciencetechaction.tumblr.com
 Philippe Charlez, Jean-Pierre Riou, Michel Simon pour le Collectif Science-Technologies-Actions

La Science face à l’utopie en politique
Il y a un an, l’Académie des Sciences publiait le « Libre point de vue d’académiciens »(1) rédigé par son Comité de prospective en énergie : « La question de la transition énergétique est-elle bien posée dans les débats actuels ? »
Les académiciens attiraient l’attention sur la difficulté à équilibrer un réseau électrique avec des énergies renouvelables mais intermittentes et mettaient en évidence la distance qui sépare le rêve de la réalité en rappelant que « les nuits sont partout longues à la même période en Europe et les anticyclones souvent simultanés chez nous et nos voisins. »



Ces scientifiques rappelaient la véritable rupture technologique nécessaire pour parvenir à stocker l’énergie pour un coût acceptable par la collectivité et faisaient comprendre le caractère utopique d’une telle politique à court ou moyen terme.
Les ruptures technologiques ne se décrètent pas. Pourtant nous assistons aujourd’hui à une fuite en avant du système électrique européen qui doit renforcer des interconnexions toujours plus lointaines afin de répondre à des déséquilibres en progression rapide.
La même année, l’Académie des Sciences publiait un rapport (2) dénonçant les difficiles questions posées par l’intermittence des énergies renouvelables sans que cette position fondée et argumentée ne vienne troubler la tranquillité d’élus qui, enfermés dans leur idéologie, adoptèrent in fine la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV).
Loi considérée dès à présent comme inapplicable sur plusieurs points.

Revitalisation des centres-villes : le Sénat fait valoir un "Pacte" plus ambitieux que le plan du Gouvernement

http://www.senat.fr
Jeudi 19 avril 2018

Commentaire : s'opposer à l'"invasion" éolienne de notre ruralité, c'est aussi participer, en quelque sorte, au sauvetage et à la revitalisation de nos centres-villes comme... Langres. C'est laisser une chance au projet de réussir.
Où les éoliennes passent, les communes trépassent!
php


Les rapporteurs du groupe de travail sur la revitalisation des centres-villes et des centres-bourgs, Rémy Pointereau (Les Républicains - Cher) et Martial Bourquin (Socialiste et républicain - Doubs), ont rendu publique leur proposition de loi portant Pacte national pour la revitalisation des centres-villes et des centres-bourgs. Fruit d’un travail transpartisan associant la délégation aux collectivités territoriales présidée par Jean-Marie Bockel (Union centriste - Haut-Rhin), la délégation aux entreprises présidée par Élisabeth Lamure (Les Républicains - Rhône) et six commissions permanentes, ce Pacte doit lutter contre le fléau de la dévitalisation qui meurtrit de nombreuses villes moyennes en France.

jeudi 19 avril 2018

Suisse : Toujours plus de cigognes, mais certaines ne migrent plus

http://www.journaldujura.ch

Commentaire : Quoi, les pales d'éoliennes sont dangereuses pour les cigognes? On nous aurait menti? Ah non, c'est en Suisse! Ouf!

php

Plus d'un millier de cigognes vivent en Suisse, un record, de mémoire d'homme, d'autant plus remarquable qu'il y a 70 ans, l'espèce y était considérée comme quasi éteinte. Il faut d'abord voir dans cette évolution les efforts des passionnés de cet oiseau emblématique.
(ats) Dès l'après-guerre sous la houlette de Max Bloesch, des cigognes algériennes ont été réintroduites en Suisse. Peu à peu, d'autres amateurs du migrateur ont créé les conditions propices à son installation. Mais cela n'explique pas une telle croissance de leur population.
Leur mortalité a également diminué, ce que certains spécialistes expliquent par un changement dans le comportement migratoire de l'oiseau, devenu plus flexible. Certains n'entreprennent carrément plus leur grand voyage vers le sud à l'approche de l'hiver, tandis que d'autres en réduisent la distance.
Il est aujourd'hui très rare qu'une cigogne passant l'été en Suisse migre jusque dans le Sahel africain, sa zone de villégiature originelle. Celles qui partent ne volent pas plus loin que dans le sud de l'Espagne ou au Portugal.

La Cour des comptes alerte sur le coût des EnR

http://huet.blog.lemonde.fr
Sylvestre Huet

Commentaire : un nouveau scandale financier d’État? Et en même temps, MM.Hulot et Lecornu persistent et signent.

php

Voulez vous frémir ? Devant une somme d’argent faramineuse. D’argent public. Dont la finalité est fortement controversée ? En voici une, piochée dans le dernier rapport de la Cour des comptes. Un rapport sur «le soutien aux énergies renouvelables». Ce chiffre ? 121 milliards d’euros. Il est inéluctable. Il représente en effet uniquement le montant du soutien public auquel s’est engagé l’Etat par les contrats signés avant 2017 au bénéfice des producteurs d’électricité d’origine éolienne et photovoltaïque (plus un chouïa de biométhane).



Les dépenses publiques inéluctables de soutien aux EnR dues aux contrats signés avant 2017 : 121 milliards d’euros (valeur 2018).

Ces 121 milliards seront distribués à un rythme annuel qui va passer par un pic à 7,179 milliards en 2025. Ils proviennent, selon les magistrats de la Cour des comptes dont le vocabulaire est fort poli, de «mécanismes de soutien dont les conséquences financières ont été mal appréciées». Une autre de leurs formules en réalité assassines : «Des charges importantes, durables et mal évaluées». C’est un titre de chapitre, en gros caractères et en gras, histoire de bien enfoncer le clou.

Haute-Marne : les orientations 2018-2021 de la politique départementale

http://haute-marne.fr
mars 2018

L'association Les Vues imprenables adhère dans son ensemble aux propositions avancées par le Conseil départemental lors du séminaire du 29 mars 2018, afin de rendre plus attractif le département. Et de fait, escompter stopper la perte d'habitants, la fuite des jeunes cerveaux, le vieillissement de la population.

En revanche, elle s'insurge que la question majeur de l'éolien n'ait apparemment pas été le thème principal d'une des neuf tables rondes organisées.

La Haute-Marne fait parti, comme d'autres départements, de ce que les géographes nomment : "La diagonale du vide ou diagonale de faible densité" allant de la Meuse aux Landes https://fr.wikipedia.org/wiki/Diagonale_du_vide . Or, il est avéré que si l'invasion* éolienne se perpétuerait, voire s'amplifierait, cela aurait des répercussions dramatiques sur le quotidien de la population (déjà le cas actuellement), sur l' Environnement et sur l'avenir de ce territoire. En même temps, nous assisterions alors à un véritable  "tsunami" paysager et environnemental sans précédent, qui redessinerait à jamais l'horizon du département.

Aussi, l'association affirme que l'heure est grave et que cela mériterait bien plus d'attention de la part de celles et ceux qui, élus, sont en charge de l'avenir de nos enfants.
Mais, ont-il bien pris la mesure de l'ampleur du "phénomène" éolien? Ont-ils  bien conscience que demain, se joue aujourd'hui? Veulent-ils lire un jour futur, sur un mur : "L'éolien m'a tué"?
*Pour rappel, 151 machines sont en service actuellement et plus de 250 sont dans les "starting-blocks".

La création de cette gigantesque zone industrielle serait synonyme de :
- probables problèmes de Santé publique sur le long terme pour la population locale, dus essentiellement au bruit et aux infrasons engendrés par ces machines,
-probables problèmes financiers pour les communes et les privés, à la fin des baux (~15 ans), pour honorer l'obligation de remettre dans son état primitif, débarrassé de tous déchets, les terrains utilisés. Cette mesure concerne, normalement, que le socle de béton. Actuellement, le coût de l'opération est facturé aux alentours de 250 000€HT / socle,
-transformation de centaines d'hectares de terres agricoles en terres industrielles, 
-de pollution potentielle des nappes phréatiques avec les m3 de béton enfouis dans les sols, avec la perte d'huile des machines (600 litres / éolienne), les kilomètres de câbles (220 000 volts) enterrés, etc.  
-fin de l'"unité territoriale" du Sud haut-marnais, schématiquement coupé en deux, dans le sens de la longueur, avec pour ville "frontière" Langres :
  • à l'ouest : le Parc national, zone protégée, sans éoliennes ou très peu, 
  • À l'est :  le territoire sacrifié ou s'effectuera l'essentiel des implantations, jusqu'au nord du département de la Côte d'Or. 
-territoire [Sud haut-marnais] à deux vitesses
  • à l'ouest : bon vivre, nouveaux arrivants, dynamisme touristique, reprise d'activités, création d'emplois, attractivité immobilière, etc.
  • à l'est : le désert avance... Qui voudrait vivre ou s'installer, sans y être obligé, avec une ou plusieurs éoliennes comme proches voisines (rayon de 3 km**)? Quel touriste, amoureux de la Nature, du Patrimoine architectural et culturel, souhaiterait séjourner dans de telles conditions? Quel touriste, pour préparer sa retraite, se projetterait à acheter une maison dans nos villages cernés, sous le joug du bruit et des infrasons?


modification : Les Vues imprenables / capture d'écran@.forets-champagne-bourgogne.fr
**Au vu du nombre d'éoliennes envisagées rapporté à la superficie totale concernée.

Aussi, nous pouvons légitimement nous poser deux questions qui n'en font qu'une :  
-Dans ces conditions, à quoi bon définir des orientations pour inverser la courbe de la désertification et pour rendre notre Haute-Marne plus attractive? 
-N'est-ce pas mettre la charrue avant les bœufs?


Et si, Monsieur le Président et Mesdames et Messieurs les Conseillers départementaux, vous commenciez par le début? En votant, un moratoire pour STOPPER immédiatement toutes implantations d'éoliennes sur l'ensemble du département!

Sinon, il est fort probable que vos désidérata et vos efforts pour sauver le soldat Haute-Marne, resteront vains.

La vie est plus saine sans éolienne!
php

Lire

mercredi 18 avril 2018

Éoliennes offshore entre Yeu et Noirmoutier : une enquête publique déjà discréditée !

Louis Marin
L’enquête publique sur le projet de centrale éolienne entre Yeu et Noirmoutier a été ouverte le 4 avril pour durer jusqu’au 23 mai. Les permanences sont à peine ouvertes depuis quelques jours que les retours des participants montrent que cette enquête publique est déjà totalement discréditée.
Tout d’abord le contexte ; cette enquête est ouverte alors que le Premier ministre devrait annoncer dans les prochains jours le souhait officiel du gouvernement de renégocier l’ensemble des six centrales éoliennes côtières dont celle entre Yeu et Noirmoutier. En effet, depuis quelques semaines, ce sont plusieurs rencontres interministérielles qui ont été organisées pour prendre à bras-le-corps cette affaire d’État, que nous avions dénoncée dans ces pages et qui pèse plusieurs dizaines de milliards d’euros pour le consommateur et le contribuable.
Plus localement, cette enquête publique débute alors qu’il est établi qu’un certain nombre d’acteurs locaux (collectivités territoriales ou associations locales) ont perçu sous des prétextes parfois culturels ou sportifs de l’argent du consortium industriel, et cela depuis parfois plusieurs années. À cet égard, des plaintes contre x ont été déposées pour corruption.

Plus de 95% de la population mondiale respire un air pollué

Par Fiona Harvey
The Guardian
translated by Mathilde Mortier
17 avr. 2018

 Langues : English

En moyenne, les zones les plus touchées seraient 11 fois plus polluées que les régions les moins touchées, contre six fois en 1990. [testing/ Shutterstock]
Plus de 95 % de la population mondiale respire un air ambiant pollué, selon un nouveau rapport du Health Effects Institute. Les communautés les plus pauvres seraient les plus touchées. Un article de notre partenaire, The Guardian.

Les villes hébergent une majorité croissante de la population mondiale, exposant des milliards de personnes à la pollution atmosphérique, notamment dans les pays en développement. Cependant, dans les zones rurales, la combustion d’énergies fossiles pollue souvent l’air à l’intérieur des habitations.
Le Health Effects Institute, une organisation qui étude la qualité de l’air, a publié un rapport en se basant sur de nouvelles découvertes, telles que des données satellite et un meilleur contrôle, pour estimer le nombre de personnes exposées à un air pollué au-dessus des limites fixées par l’Organisation mondiale de la santé.
Une personne sur trois dans le monde est touchée par la pollution atmosphérique intérieure et extérieure, qui est la quatrième cause de décès, après l’hypertension artérielle, l’alimentation et le tabac. En 2017, six millions de personnes sont décédées à cause de la pollution de l’air, qui contribue aux risques d’AVC, de crise cardiaque, de cancer du poumon et de maladie pulmonaire chronique. Plus de la moitié des personnes décédées vivaient en Chine ou en Inde.

mardi 17 avril 2018

Haute-Marne, Poulangy : le retour de l'éolien

jhm.fr

Est-ce la loi des séries?  Ou est-ce l'ouverture de la saison de la pêche? Ca me fait penser à une anecdote. Mon grand-père avait l'habitude de me dire il y a très longtemps : "À la pêche au cons, ça mord toujours!" Va savoir Charles...
Fort est de constater, tout de même, que tels les fleurs au printemps, les projets de zones industrielles d'aérogénérateurs fleurissent sur notre territoire.

Donc, voici la nouvelle commune candidate : Poulangy. En fait... pas vraiment nouvelle!
En effet, un projet avait déjà fait l'objet d'une première demande sur les communes de Poulangy et de Louvières. Mais, le permis de construire des 3 futures éoliennes avait été refusé par la préfecture : Arrêté n°1471 du 01 juin 2016. Or, comme huit fois sur dix, la société déboutée a déposé un recours au tribunal administratif. À suivre...

Habitants de Poulangy, de Louvières et des communes voisines les plus proches :
 -Foulain, 2.5 km,
-Luzy-sur-Marne, 5 km
-Marnay-sur-Marne, 4 km,
-Sarcey, 4 km,
- Vesaignes-sur-Marne, 4 km.
 et des autres, le combat n'est pas terminé!

Lieu de l'action

capture d'écran@Googleearthpro
À noter les zones industrielles existantes  à Biesles et Ageville (visibles des remparts nord de Langres). En attendant, le projet en cours concernant Mandres-la-Côte à 6 km.

M. Gérald Boutsoque a été élu maire de Poulangy en mai 2014. Suite à sa démission, depuis conseiller municipal, il a été remplacé par Olivier Billiard, seul candidat à sa succession.
-16 juillet 2016.http://www.mairie-poulangy.fr/medias/files/14cr-du-16-juillet-2016.pdf

Prenant en compte l'âge de monsieur le maire, 55 ans, nous sommes en droit de penser, que  d'ici au minimum 25 à 30 ans, si le projet voit le jour, celui-ci ne sera plus en place pour assumer financièrement le démantèlement des usines éoliennes.

Toujours la même chose avec nos élus actuels : majoritairement à l'initiative des projets mais, plus personne quand il faudra payer l'addition!

Haute-Marne : le lac du Der se "marie" avec la forêt d'Orient (Aube)

jhm.fr

Bravo pour ce rapprochement avec le voisin aubois. Un point positif, sans aucun doute, pour l'attractivité touristique et pas que, de la Haute-Marne. Maintenant, nous attendons le même "mariage" entre le Lac du Der au nord du département et les quatre lacs dont le lac de la Liez, au sud. Entre hauts-marnais, on devraient pouvoir se comprendre, non?


capture d'écran@jhm.fr
 php