Etats-Unis d'Amérique, zéro carbone : un remake de "Sunset boulevard" avec les EnR?

  Où il se confirme que les EnR sont INDISCUTABLEMENT voraces en métaux, en grands espaces et en pognon! Le tout pour une efficacité zéro-carbone toute relative. Combien de temps encore les dirigeants de la planète vont-ils refuser de voir la réalité?
  Et si celles-ci, tant vantées par les écolos anti-nucléaire, comme la martingale gagnante pour sauver le climat des énergies fossiles, n'étaient pas la solution?😯
Va savoir, Charles!

php

***

 Les États-Unis auront besoin de beaucoup de terres pour une économie zéro carbone

 Dave Merrill

  Lors de son sommet international sur le climat la semaine dernière, le président Joe Biden s'est engagé à réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre des États-Unis d'ici à 2030. Cet objectif nécessitera des changements radicaux dans les secteurs de la production d'électricité, des transports et de la fabrication. Il nécessitera également une énorme superficie de terrain.
  Les parcs éoliens, les installations solaires et les autres formes d'énergie propre occupent beaucoup plus d'espace par W que leurs homologues utilisant des combustibles fossiles. Pour un parc éolien de 200 MW, par exemple, il faudrait répartir les turbines sur 49 kilomètres carrés. Une centrale au gaz naturel ayant la même capacité de production pourrait tenir sur un seul pâté de maisons.
  Pour atteindre l'objectif de M. Biden, il faudra construire de manière agressive davantage de parcs éoliens et solaires, souvent associés à des batteries géantes. Pour réaliser sa vision d'un réseau sans émissions d'ici 2035, les États-Unis doivent augmenter leur capacité sans carbone d'au moins 150 %.  Selon les estimations de Bloomberg et de l'université de Princeton, une augmentation de 10 % par an de l'énergie éolienne et solaire jusqu'en 2030 nécessiterait une superficie équivalente à celle de l'État du Dakota du Sud. D'ici 2050, date à laquelle M. Biden souhaite que l'ensemble de l'économie soit sans carbone, les États-Unis auront besoin de quatre Dakota du Sud supplémentaires pour développer suffisamment d'énergie propre pour faire fonctionner tous les véhicules électriques, les usines et autres.


 Pour alimenter une TV écran plat de 100 watts pendant un an, il faut occuper en moyenne une surface au sol de 

  • 300m² avec un barrage hydraulique, 
  • 37m² avec l'éolien, 
  • 14m² avec le solaire,
  • 0.3m² avec le nucléaire.

  Pour être clair, le plan de Biden n'a pas besoin de reposer entièrement sur l'éolien et le solaire.  L'énergie nucléaire, qui nécessite beaucoup moins d'espace, est également sans émissions. Idem pour l'énergie hydroélectrique. De plus, les parcs éoliens peuvent être installés en mer. Les panneaux solaires fonctionnent à merveille sur les toits. Et de nombreuses entreprises font le pari que les centrales à combustibles fossiles peuvent être réaménagées pour brûler de l'hydrogène ou équipées de systèmes permettant de capter leurs émissions de dioxyde de carbone.
  Mais quelle que soit la manière dont on aborde la question, les États-Unis devront consacrer davantage de terres à la production d'énergie dans un avenir sans émissions. Voici comment les chercheurs du projet Net-Zero America de l'université de Princeton estiment qu'il est possible d'y parvenir.


  Aujourd'hui, les États-Unis utilisent 81 millions d'hectares pour alimenter leur économie.

Note : La carte des biocarburants liquides représente les cultures de soja et de maïs. Un point équivaut à 10 000 acres [~4 100ha] de cultures. Environ un tiers des cultures de maïs et de soja du pays sont utilisées pour les biocarburants.

Cadre d'utilisation des terres pour l'énergie
  81 millions d'acres [~3 300 000ha]

Remarque : l'empreinte directe de l'énergie éolienne ne comprend que les bases des turbines et les routes d'accès. Voir la méthodologie ci-dessous pour une comptabilité complète des estimations de l'utilisation des sols.

  Deux tiers de l'empreinte énergétique totale de l'Amérique sont consacrés aux carburants de transport produits à partir de cultures agricoles, principalement le maïs cultivé pour l'éthanol. L'éthanol nécessite plus de terres que toutes les autres sources d'énergie réunies, mais ne fournit que 5 % de l'énergie du pays, ce qui en fait la source de carburant la plus gourmande en terres.

Voici à quoi ressemblent 81 millions d'acres d'énergie regroupés sur une carte des États-Unis. Notre empreinte énergétique actuelle correspond à la taille de l'Iowa et du Missouri réunis, soit environ 4 % des États américains contigus.Le projet Net-Zero America de l'université de Princeton trace différentes voies pour parvenir à une Amérique sans carbone d'ici 2050. Chaque voie présente des défis uniques en matière d'utilisation des sols, qu'il s'agisse de choisir l'emplacement de centaines de nouveaux réacteurs nucléaires ou de trouver des logements pour un million d'éoliennes.


  Le plan le plus gourmand en terres élimine tous les combustibles fossiles et les centrales nucléaires.  Le vent et le soleil fournissent 98 % de l'énergie électrique en 2050. L'empreinte énergétique des États-Unis quadruple de taille. Les parcs éoliens occupent des surfaces équivalentes à celles de l'Arkansas, de l'Iowa, du Kansas, du Missouri, du Nebraska et de l'Oklahoma. Dans cette économie hautement électrifiée, l'éolien et le solaire fournissent quatre fois la capacité de production d'électricité du réseau américain de 2020. L'électricité alimente tous les véhicules, chauffe les maisons et alimente de nombreux processus industriels. Lorsque la demande atteint des sommets et que le réseau a besoin d'un coup de pouce supplémentaire, celui-ci provient d'un mélange de batteries, d'hydroélectricité et de turbines à combustion brûlant des carburants synthétiques sans carbone et de l'hydrogène. Y a-t-il seulement assez de terres ouvertes pour construire 250 millions d'acres [~102 500 000 millions ha] de nouveaux parcs éoliens ?

  La réponse courte est oui, selon les estimations du ministère américain de l'agriculture.

- Cropland = terres cultivées
- Miscellaneous = Divers

Les États-Unis contigus abritent 654 millions d'acres [~268 millions ha] de pâturages et 391 millions d'acres [~160 millions ha] de terres agricoles. Dans de nombreux cas, les éoliennes peuvent être intégrées dans ces zones et avoir un impact limité.

  De nombreux propriétaires de ranchs et d'exploitations agricoles aux États-Unis louent déjà des terres moyennant le paiement de redevances annuelles, pour un total de 820 millions de dollars l'année dernière. L'étude de Princeton estime que 11 % de l'énergie électrique pourrait provenir de parcs éoliens en mer d'ici 2050. Un autre 3 % de la capacité de production pourrait provenir de l'énergie solaire en toiture. Dans les régions les plus ensoleillées, comme la Californie, l'énergie solaire en toiture pourrait générer 74 % de l'électricité, selon le National Renewable Energy Laboratory des États-Unis.

  Si les États-Unis veulent avoir une économie sans carbone d'ici 2050 en utilisant le moins de terres possible, ils devront compter beaucoup moins sur l'éolien et le solaire et construire à la place des centaines de centrales nucléaires et de centrales au gaz naturel équipées de systèmes permettant de capturer le dioxyde de carbone avant qu'il ne s'échappe dans l'atmosphère.

  Dans ce modèle, le rythme actuel de développement de l'énergie éolienne et solaire reste constant, mais le captage du carbone et l'énergie nucléaire connaissent une croissance sans précédent.

  L'énergie éolienne et solaire contribueraient à 44 % de la production d'électricité, et 50 % proviendraient de centrales nucléaires et au gaz naturel sans émissions, dotées d'une technologie de capture du carbone. Le méthane, une émission particulièrement puissante qui est un composant central du gaz naturel, serait réduit de manière agressive par une meilleure surveillance des pipelines et autres équipements. Les fuites éventuelles seraient compensées par des systèmes qui filtrent les gaz à effet de serre présents dans l'air, des méthodes agricoles améliorées et d'autres moyens. Dans ce scénario, les États-Unis devraient construire 250 centrales nucléaires d'une capacité d'au moins 1 gigawatt, ou plusieurs milliers de réacteurs modulaires plus petits. Le gaz naturel et l'énergie nucléaire sont des sources d'énergie très compactes. Un réacteur conventionnel de 1 gigawatt fonctionnant sur 1 000 acres [~410ha] produit la même énergie qu'un parc éolien s'étendant sur 100 000 acres [~410 000ha].

  Il va sans dire que l'expansion de l'énergie nucléaire posera de sérieux problèmes d'utilisation des sols. Si personne ne veut d'une centrale dans son jardin, nombreux sont ceux qui ne veulent pas d'énergie nucléaire sur leur planète.




  Pour que 300 nouvelles centrales électriques alimentées au gaz naturel ne produisent pas d'émissions, il faudrait construire un réseau de pipelines de capture du carbone et des installations de stockage. Cela nécessiterait des servitudes foncières totalisant 500 000 acres [~205 000ha], soit environ la moitié de la superficie du Rhode Island. Pour faire baisser les coûts, Princeton estime qu'il faudra environ 100 milliards de dollars d'investissements privés et publics dans des projets de démonstration de captage du CO2 au cours de la prochaine décennie.

  Le défi le plus difficile à relever en matière d'utilisation des terres, quel que soit le scénario, pourrait être la construction de lignes de transport d'électricité. Par exemple, en 2011, l'ancien président Barack Obama a créé l'équipe de réponse rapide pour la transmission afin d'accélérer l'octroi de permis pour cinq projets de lignes de transmission occidentales. Un seul est en cours de construction à ce jour. Trois font encore face à des retards d'autorisation. Le cinquième a été annulé. La capacité des lignes de transport d'électricité devrait plus que tripler dans le cadre du scénario à forte intensité de ressources renouvelables élaboré par les chercheurs de Princeton. Sans cela, de nombreux nouveaux projets éoliens et solaires seraient abandonnés.

Rédacteurs : Joe Ryan et Alex Tribou
Avec l'aide de Christopher Cannon

Sources 

1. Projet Net-Zero America de l'Université de Princeton, Jesse Jenkins, Eric Larson ; John van Zalk, Paul Behrens, Université de Leiden ; National Renewable Energy Laboratory (NREL) ; Strata : L'empreinte de l'énergie : Land Use Of U.S. Electricity Production

2. Méthodologie : les estimations d'efficacité énergétique présentées dans cet article reposent sur des études du National Renewable Energy Laboratory, du groupe politique Strata et de "The spatial extent of renewable and non-renewable power generation" de John van Zalk, Paul Behrens, Université de Leiden. Bloomberg a choisi les estimations les plus appropriées en fonction des différentes hypothèses et méthodologies présentées par chaque étude.

3. Estimations de l'utilisation des terres

  • Production de gaz naturel et de pétrole à terre : La superficie des puits pour les plateformes de forage conventionnelles et les routes d'accès a été estimée à 1,5 acre [~0.7ha] par puits, 7 acres [~3ha] pour les puits fracturés, ce qui suppose des plateformes de puits plus grandes, un trafic supplémentaire, des pipelines de liquides. 58 000 acres [~23 750ha] pour les mines de sable de fracturation ont été inclus selon les estimations de Strata. 110 000 acres [~45 000ha] pour les usines de traitement du gaz et 2,9 millions d'acres [~1 190 000ha] pour les servitudes de gazoducs, 75 pieds de large [~25 mètres] 
  • Les exportations nettes d'énergie ont représenté 3,7 % de la production totale d'énergie des États-Unis en 2020, selon l'Energy Information Administration. Les exportations de gaz naturel représentaient 8,5 % de la production totale des États-Unis. Les exportations nettes de produits pétroliers étaient négligeables. Il est peu probable que des puits ou des installations de production de gaz naturel spécifiques ne servent que des clients exportateurs d'énergie, de sorte qu'aucun ajustement de l'utilisation des terres n'a été effectué pour les exportations de gaz. 
  • Le pétrole brut et les produits pétroliers, tels que l'essence, le total de l'utilisation des terres comprend : 639 000 acres [~262 000ha] pour les puits conventionnels, 536 000 [~219 000ha] pour les puits fracturés, 236 000 acres [~97 000ha] pour les raffineries et 2 millions d'acres [~820 000ha] pour les servitudes de pipelines.

4. 

  • Centrales électriques à combustibles fossiles : Les empreintes des centrales au charbon et au gaz naturel sont présentées séparément, car ce total est utilisé dans les scénarios de Princeton pour l'implantation des futures centrales nucléaires et de captage du carbone. 
  • Les puits offshore représentaient 0,15 % du total des puits de gaz en production aux États-Unis et 0,7 % des puits de pétrole américains. Aucune superficie d'utilisation des terres n'a été ajoutée pour les installations offshore. 
  • Les pipelines et les puits terrestres de l'Alaska n'ont pas été inclus dans les totaux car les comparaisons de données sont relatives à la superficie de 1,9 milliard d'hectares de l'État contigu des États-Unis. La production pétrolière de l'Alaska a représenté 3,8 % du total des États-Unis en 2019. 
  • Charbon : le fret ferroviaire du charbon représente 31,4 % de l'ensemble du tonnage ferroviaire, seul ce pourcentage du kilométrage total du fret ferroviaire américain a été pris en compte et ajouté à l'empreinte du charbon. La largeur des servitudes a été calculée à 100 pieds [~30m] pour 43 960 miles de voies [~71 000kms]. Les exportations de charbon représentaient 16 % de la production américaine. La superficie représentative des terres consacrées au charbon exporté a été soustraite de l'empreinte foncière des mines de charbon nationales. Le stockage des déchets de charbon sur 73 000 acres [~30 000ha], selon l'estimation de Strata, est inclus dans l'empreinte du charbon. 
  • Énergie nucléaire : la plupart de l'uranium des centrales nucléaires est extrait à l'étranger. Les chiffres relatifs à l'utilisation des terres sont les mêmes que si l'uranium était extrait et traité dans le pays. La superficie des centrales actives a été estimée à 832 acres/GW de capacité [~342ha] par Strata. Le stockage des déchets a été ajouté pour les centrales désaffectées et quatre sites de stockage de déchets spéciaux selon les estimations de Strata.
  • Energie solaire : la moyenne pondérée de la capacité solaire à l'échelle des services publics est de 7,3 acres/MW [~3ha], selon NREL. Les panneaux solaires résidentiels montés sur les toits n'ont pas été ajoutés aux totaux d'utilisation des terres
  • Énergie éolienne : l'impact direct sur l'utilisation des terres de la fondation d'une seule éolienne et de la route d'accès est estimé à 1 acre [~0.41ha] par le NREL. L'impact indirect ou les exigences d'espacement d'un parc éolien - avec plusieurs turbines - nécessitent 60 acres [~25ha] supplémentaires/MW de capacité de turbine selon les estimations de l' American Clean Power Association.
  • Stockage par batterie : dans le scénario hautement électrifié de Princeton pour 2050, l'empreinte du stockage par batterie est minime et n'est pas représentée. Pour 186 GW de capacité de stockage par batterie en 2050, Bloomberg estime l'empreinte à 2 000 acres [~820ha].
  • Lignes électriques : les terres défrichées pour les servitudes de transmission des lignes électriques sont totalisées et représentées séparément et ne sont pas distribuées à chaque source de combustible. La largeur des servitudes a été calculée à 88 pieds [~27m] pour 450 000 miles de lignes électriques à haute tension [~725 000kms]
  • Hydroélectricité : l'hydroélectricité nécessite en moyenne 305 acres/MW [~125ha] de capacité selon les estimations de Strata. Les réservoirs et les postes de sectionnement occupent en moyenne 238 acres/MW [~~97ha] de capacité et les carrières et gravières - qui produisent des granulats pour le béton utilisé dans la construction des barrages - utilisent 67 acres [~28ha]. La capacité américaine d'hydroélectricité en 2019 était de 28 549MW, soit un total de 8,7 millions d'acres [~3 567 000ha] nécessaires à l'hydroélectricité.
  • Biomasse et biocarburants : les estimations des superficies de maïs pour l'éthanol et de soja pour le biodiesel proviennent du World Agricultural Supply and Demand Estimates de février 2021 de l' United States Department of Agriculture (USDA) [Département de l'Agriculture]
  • Biomasse ligneuse et déchets : ils n'ont pas été analysés dans le cadre de cette étude en raison du double usage des terres associé à la biomasse ligneuse et du potentiel de croissance limité de l'énergie des déchets.
  • Géothermie : produit moins de 0,3% de l'énergie américaine et n'a pas été inclus.
  • Matières premières, processus de production et déchets : the Footprint of Energy, de Strata, examine l'utilisation des sols liée à la production de ressources d'infrastructure et au stockage des déchets. Le stockage des déchets de charbon et la production de sable de fracturation, qui augmentent chaque année, ont été ajoutés aux totaux. La fabrication d'éoliennes et de panneaux solaires, ainsi que les processus d'extraction des matières premières ont contribué de manière significative à l'utilisation des terres par MW de capacité. Mais si elles sont réparties sur le cycle de vie moyen des centrales électriques, elles représentent moins de 1 % de l'utilisation totale des terres et n'ont pas été incluses.












Haute-Marne : l'agriculture en danger face à l'essor infernal de l'éolien, de la méthanisation et du solaire

  En poussant le raisonnement jusqu'à l'absurde, pourrait-on imaginer, dans un futur proche, un exploitant agricole haut-marnais gagnant principalement sa vie avec les loyers provenant de l'éolien, méthaniseur et photovoltaïque? Il conserverait juste une petite activité agricole classique pour ne pas perdre son titre de "nourrisseur du monde" et, les aides qui vont avec.
  Exagération? Pas tant que cela! Les autorités "compétentes", l'Etat, le préfet, et la Chambre d'agriculture, la FDSEA52, semble convaincus que le danger rôde puisque une charte pour "cadrer ce développement" est en cours de rédaction.
  Cela ne viendrait pas à l'idée de cette minorité de Haut-Marnais de purement et simplement mettre un terme définitif à cette colonisation industrielle qui détruit petit à petit tous les vies et les atouts de notre département : environnement, histoire, culture, patrimoine, etc.?
  Une chose est sûre : la vie de la majorité des Haut-Marnais qui sont ni propriétaires de terres et ni exploitants agricoles, va se trouver fortement impactée par la multiplication, encadrées ou non, des zones industrielles d'énergies dit "vertes" qui ne sont rentables que grâce aux subventions d'argent public, via le contribuable et le consommateur. Le pire est avenir!
  Pour qui sonne le glas...

jhm 2021 04 30


 php

Voiture électrique, batterie : quand le lithium viendra à manquer...

  Comme le tonneau ne peut donner que le vin qu'on lui a confié, l'exploitation du lithium se trouvera limitée par le temps qu'il faut donner au temps ou la revanche de la lenteur sur un monde où tout va de plus en plus vite.
php

***

  Maxence Cordiez

  Selon le cabinet Rystad Energy, une pénurie de lithium est à anticiper vers la fin de la décennie, la demande augmentant plus vite que les extractions prévisibles au vu des projets miniers.  



  Notons que dans le cas du lithium, il ne s'agit pas d'un problème de disponibilité géologique, réserves, mais de nombre de projets miniers et d'investissement dans les projets miniers. Le recyclage ne peut pas suffire à alimenter le marché en période de hausse de la demande. En effet, la faiblesse du coût des batteries, dans un marché du lithium actuellement bien alimenté, ne suffit pas à susciter une croissance forte du nombre de nouveaux projets miniers. Cette tendance a été renforcée avec le Covid, qui a dynamisé les ventes de véhicules électriques tout en ralentissant l'industrie minière.Si le coût des batteries diminue grâce aux économies d'échelle et aux progrès technologiques dans un marché bien alimenté en lithium, ça ne doit pas faire oublier l'importance du coût des matières premières dans l'équation. Ouvrir une mine de lithium nécessite entre 5 et 10 ans. Ainsi, c'est maintenant que se joue l'adéquation offre/demande de lithium en fin de décennie.
  Cette conclusion est partagée par le cabinet benchmark minerals, qui rappelle que "Battery costs and prices will not continue to decline because they have declined in the past."[Les coûts et les prix des batteries ne vont pas continuer à baisser parce qu'ils ont baissé dans le passé]


  Une telle insuffisance de l'offre de lithium pourrait avoir de nombreuses conséquences.:

  • augmentation du prix du lithium donc... des batteries 
  • impact sur la demande pétrolière, en freinant l'électrification des véhicules
  • ralentissement de la décarbonation de l'électricité, pour les pays comptant significativement sur du stockage par batteries. 
  • etc.
  L'avenir n'est pas qu'une simple extrapolation du passé. La prospective doit aussi prendre en compte des paramètres qui ne semblent pas avoir d'importance aujourd'hui mais peuvent en avoir demain !

Haute-Marne : à quoi ressemble le transport de pales géantes d'éoliennes? C'est ICI

  Spectacle généralisé très bientôt dans chacun de nos villages et territoires si toi, citoyen, continue de laisser agir à sa guise les "chasseurs de primes" éoliens & Cie : propriétaires, exploitants agricoles, élus, Etat, etc.

Position typique d'un Haut-Marnais moyen à l'annonce d'un projet éolien...😲

  "Si l'obéissance est le résultat de l'instinct des masses, la révolte est celui de la réflexion."
Napoléon Ier

 php

 ***

Questembert. Le spectaculaire périple des pales des éoliennes

Les infos du Pays Gallo
2021 04 28

  Assurément c’est un spectacle que les Questembertois commencent à connaître. Les pales des éoliennes des Landes de Cambocaires traversent la commune pour êtres acheminés à Noyal-Muzillac. Leur voyage commence au Petit Kerguche, sur la route de La Vraie-Croix, c’est là que sont entreposées les trois éoliennes en pièces détachées. La pale qui nous intéresse a été déposé sur sa remorque ce matin. « Départ à 13 h 30 », nous dit une responsable du site.
  La remorque, c’est un plateau de 42 roues sur lequel est posé la pâle de 18 tonnes. Et surprise, il n’y a pas de chauffeur, pas de volant, ce sont deux personnes, une devant et une derrière qui dirige cet impressionnant convoi. L’un dirige les roues, l’autre règle la hauteur de la pâle, à l’aide de manettes, comme un jeu vidéo. À plat, les 61 mètres de la pale auraient été trop longs pour amorcer le moindre virage.
  Après presque deux heures de voyage, elle apparaît enfin à Questembert. Du moins la pointe de la pale apparait tel un dinosaure dans Jurassic park. Spectacle impressionnant que de nombreux habitants viennent constater. Routes fermées, déviations, bouchons, bien sûr ce transport particulier engendre quelques désagréments dans la commune.


Haute-Marne, Voisey : l'opposition farouche au projet éolien est en marche

   En février 2020, nous avions été informés par voie de presse que le conseil municipal avait trouvé un nom à ce funeste projet éolien : " Les grandes bornes "
...Les premières discussions ont été initiées en 2016, avec les élus locaux dans un premier temps, puis avec les propriétaires fonciers et les exploitants agricoles dans un second temps... "

Source

  À l'époque, Les Vues imprenables et PHP invitaient les habitants de Voisey à profiter des élections municipales 2020 pour faire connaître leur éventuel désaccord avec ce projet en élisant des représentants non favorables. Quel a été le verdict des urnes? Comme on peut le voir ci-dessous, le conseil municipal a été très largement renouvelé. Mais, il ne faut pas se mentir, ce résultat est du essentiellement au fait que nombres d'élus sortants ne se sont pas représentés. La nouvelle équipe changera-t-elle la donne par rapport au projet éolien? L'avenir nous le dira...

Conseil municipal 2020-2026
- Nelly Elsan, ouvriers qualifiés de type industriel,
- Jany Garot, maire, agriculteur propriétaire exploitant,
- Lionel Denizet, anciens ouvriers,
- Michel Martin, anciennes professions intermédiaires,
- Béatrice Cardeur, professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises,
- Dominique Gougnot, anciens cadres,
- Gilles Dievart, anciens cadres,
- Christian Lorrain, employés civils et agents de service de la fonction publique,
- Hervé Mennetrier, ouvriers qualifiés de type industriel,
- Marc Savary, ouvrier du secteur privé.
- Daniel Meulle, anciens employés,
- Sauvan Soltani, ouvriers agricoles.
En gras, les réélus 2020,

- inscrits : 264 ; 278 en 2014,
- abstentions : 70 ; 55 en 2014,
- votants : 194 ; 223 en 2014,
- blancs : 2 ; 0 en 2014,
- nuls : 3 ; 3 en 2014,
- exprimés : 189 ; 220 en 2014.
  Source : Résultats des élections municipales et communautaires

Situation démographique et financière
  Dans les histoires d'éoliennes, nous savons qu'il y a belle lurette que les conseils municipaux ont fait passer par-dessus bord l'argument du "sauvetage de la planète", s'il a vraiment été un jour un argument, pour mieux vendre à leurs administrés, le plus "tendance" aspect financier de l'entreprise. Celui-ci synonyme de ressources pour leurs communes. Dans le cas présent, attendons de voir.
  - population permanente : 297 habitants / totale : 388. Remarquons, qu’apparemment, au minimum 53 habitants, voire plus, 388, ne sont pas inscrits sur les listes électorales. 
   - note par rapport aux dépenses : 7/20 : mairie raisonnable avec une forte tendance dépensière...
   - montant des dépenses par habitant, 2019 : 553 €.
   - la médiane des communes de même taille : 501€.
  Pour plus de détails, c'est ICI

   Ce projet n'est malheureusement pas le seul porté par une commune de la Communauté des Savoir-Faire. Cette Collectivité est à l'éolien, pour le sud Haute-Marne, ce qu'est l'Agglo de Chaumont, pour le nord.
  Les projets déclarés en préfecture représentent plus de 60 machines potentielles! Le tout dans un rayon de... 13KM! Auxquelles, il convient d' ajouter les projets non déclarés.

  • en rouge : les communes concernées par un projet de ZI d'éoliennes
  • en fuchsia : les ZI construites ou en activité
  • Voisey se trouve hors carte, au-dessus de Chauvirey-le-Châtel, 3km à vol d'oiseau

 

Crédit : association Les Vues imprenables. @calcmaps.com


  Est-ce que mon village sera plus beau et plus attractif encerclé par des dizaines et des dizaines de ces machines industrielles?
  Est-ce que mes fins de mois seront plus faciles quand j'aurai payé toujours plus les propriétaires des terrains loués et les exploitants de ces machines industrielles, à travers mes impôts et ma facture
d'électricité?

  

Village d' Herchenhain, Vogelsberg, Hesse, en Allemagne. Ceci n'est pas un photomontage, mais la réalité ! Demain, chez nous! Source : Paysage Libre, Fribourg

  Aussi devant le péril industriel, il convient de soutenir l'association "A contre vent" comme toutes les autres qui luttent pour préserver un territoire, une histoire, une population, un environnement, une culture et un patrimoine.

 jhm 2021 04 29

http://

 



php

Etats-Unis d'Amérique, Californie : quand l'électricité est en passe de devenir un produit de luxe

  Les énergies renouvelables, plus leur coût est réputé descendre et plus la facture monte pour le consommateur. La Californie n'y fait pas exception. Et la France non plus serait-on tenté de dire
   "...Les nouvelles pistes comprennent des tarifs basés sur le revenu, des infrastructures financées par l'État, l'esprit d'entreprise des services publics et une assurance contre les incendies financée par les clients..."
  Restez à l'écoute, il est déjà trop tard.
  Pour être complet : Électricité en Californie

php

 ***

 Le dilemme de la Californie : comment contrôler la montée en flèche des tarifs électriques tout en construisant le réseau de l'avenir ?

2021 04 26

  Les nouvelles pistes comprennent des tarifs basés sur le revenu, des infrastructures financées par l'État, l'esprit d'entreprise des services publics et une assurance contre les incendies financée par les clients.
   Marybel Batjer, présidente de la California Public Utilities Commission (CPUC), affirme que l'État ne laissera pas la montée en flèche des tarifs d'électricité menacer la fiabilité ou les objectifs politiques de l'État.
   Mais le financement est une préoccupation croissante alors que la Californie travaille à la mise en place d'un "réseau du futur" et d'un nouveau système électrique dynamique pour faire face à la crise climatique et aux phénomènes météorologiques extrêmes qui en découlent, affirment les compagnies et la CPUC. Les tarifs augmentant bien plus vite que l'inflation mettent à rude épreuve les budgets des clients vulnérables et il est urgent d'adopter de nouvelles approches qui protègent les objectifs politiques et les factures des clients, conviennent-ils.
   Selon un rapport publié par la CPUC en février, la protection des contribuables pendant la transition de la Californie vers les ressources énergétiques distribuées (DER) et l'électrification de l'ensemble de l'économie "nécessitera des actions agressives".
   Lors d'une audience d'une journée de la CPUC, les services publics californiens ont proposé de réduire les coûts liés aux incendies de forêt et d'augmenter les revenus en dehors des tarifs. Les parties prenantes ont proposé de transférer les coûts de soutien des DER et des véhicules électriques (VE) des tarifs vers d'autres sources de revenus. D'autres ont proposé des conceptions tarifaires novatrices qui pourraient rendre la gestion des coûts plus équitable.


Le rapport de la CPUC constate une hausse des taux
  La pression à la hausse sur les tarifs pourrait forcer les décideurs politiques à faire des choix malvenus, notamment pour protéger les clients à revenu faible ou modéré (LMI), selon ce même rapport .
  Sous l'impulsion des mandats d'énergie propre et d'électrification, ainsi que des investissements des services publics dans la modernisation des systèmes, les tarifs résidentiels dans toute la Californie ont augmenté plus rapidement que l'inflation depuis 2013, a constaté la CPUC. Et à cause de la facturation nette de l'énergie (NEM) et d'autres incitations DER, les impacts ont été pires pour les clients LMI, a-t-elle dit.
  D'ici 2030, les tarifs résidentiels de Pacific Gas and Electric (PG&E) seront 40 % plus élevés que s'ils avaient suivi l'inflation, a prévu la CPUC. Les tarifs de Southern California Edison (SCE) seront 20 % plus élevés et ceux de San Diego Gas and Electric(SDG&E) 70 % plus élevés.
  Les clients LMI sont "comme des canaris dans une mine de charbon", a déclaré Jennifer Dowdell, analyste des politiques énergétiques pour le groupe de défense des clients The Utility Reform Network (TURN). "Les tarifs augmentent tellement plus vite que les salaires que même la classe moyenne pourrait bientôt avoir besoin d'un allégement tarifaire."
  L'augmentation des tarifs est influencée par d'autres facteurs, a indiqué la CPUC.
  "Les investissements en capital basés sur les tarifs dans la transmission et la distribution s'accélèrent et les coûts d'atténuation des incendies de forêt ont un impact important sur les tarifs, selon l'enquête. Le rapport prévoit que les coûts d'atténuation des incendies de 2021 à 2030 coûteront 23,7 milliards de dollars [~20 milliards€] à PG&E, 17,2 milliards à SCE [~14 milliards€] et 3,9 milliards à SDG&E [~3.5 milliards€]. https://www.cpuc.ca.gov/wildfiresinfo/
  Un autre facteur est le coût du programme NEM 2.0, mandaté par l'État, qui rémunère les propriétaires de DER pour l'électricité envoyée vers leurs réseaux électriques. La production par comptage net représentait plus de 15 % de la consommation d'électricité résidentielle de PG&E, SCE et SDG&E en 2019, selon des recherches récentes.
  Une évaluation indépendante du programme NEM 2.0 de 2017 à 2019 a révélé que la politique menée "augmente les factures des non-participants", a rapporté la CPUC. Au cours de cette période, une   évaluation globale du système a trouvé des avantages totaux de 7,96 milliards de dollars et des coûts totaux de 9,46 milliards de dollars. Une évaluation distincte de l'impact sur les factures des clients a révélé des avantages totaux de 7,58 milliards de dollars et des coûts totaux de 20,58 milliards de dollars.


Permission accordée par la CPUC Public Advocates Office.

  L'électrification des transports et des bâtiments "peut entraîner une baisse des coûts énergétiques des ménages" lorsque le coût de l'électricité est inférieur au prix de l'essence ou du gaz naturel, mais les coûts initiaux élevés des VE et des DER constituent un "obstacle à la participation" des clients LMI, selon l'enquête. Cela leur inflige des "coûts supplémentaires", car les revenus couvrant les coûts du système des clients plus riches qui adoptent les DER, diminuent.
  En outre, la CPUC a constaté que la réduction de l'objectif de l'État en matière d'émissions du secteur de l'électricité de 46 Millions metric ton (MMT)  [millions de tonnes métriques ; aux États-Unis et dans certains domaines techniques, elle est appelée « tonne métrique ». Elle équivaut à 2 204,622 621 849 livres impériales (lbs)] en 2030 à l'objectif proposé de 38 MMT ajouterait 0,006 $/kWh à 0,008 $/kWh aux tarifs de tous les clients parce que des réductions d'émissions supplémentaires ajouteraient de nouveaux coûts de transition du système et accéléreraient les tendances actuelles.
  Les solutions nécessaires à la modernisation du réseau de transport exercent également une forte pression à la hausse sur les tarifs, selon la CPUC. De 2016 à 2021, les besoins des trois compagnies augmenteront de 38,1 %, selon l' étude. Et "chaque dollar investi dans la base tarifaire du transport coûte aux contribuables plus de 3,50 $ sur la durée de vie d'un actif de transport". Les frais d'utilisation du réseau de transport font également augmenter les tarifs.
  Les préoccupations concernant les tarifs sont importantes, mais les investissements dans les DER offrent des "avantages nets pour l'économie californienne"que le rapport a négligé, ont répondu les acteurs concernés.
  Le passage à un scénario d'électrification élevée des foyers ajouterait 4,7 % à 5,8 % au total des besoins en revenus des services publics en 2030, car des investissements seraient nécessaires pour moderniser les systèmes de distribution afin de gérer la nouvelle charge. Mais l'augmentation de 8,5 % des ventes d'électricité des services publics en 2030 pourrait faire baisser les tarifs moyens, a reconnu la CPUC. Et la possession d'un véhicule électrique, avec ou sans programmes de recharge gérés, réduit les coûts de conduite.
  Mais les conditions de financement sont menacées, et "il est difficile d'identifier les endroits où nous devrions réduire nos dépenses", a déclaré Edward Randolph, directeur exécutif adjoint de la CPUC pour la politique énergétique et climatique. L'atténuation des incendies de forêt et le développement de la transmission sont essentiels pour éviter les pannes, "et les investissements dans l'énergie propre sont nécessaires pour répondre aux politiques de l'État, ont un impact minime sur les factures et pourraient permettre d'économiser de l'argent au fil du temps", a-t-il ajouté.
  Les compagnies ont proposé deux modèles de tarification changeant de paradigme pour répondre aux préoccupations de la CPUC.


Permission accordée par le CPUC Public Advocates Office.

Une solution pour les frais volumétriques
  Les propositions de conception tarifaire de celles-ci portent sur la charge fixe et la charge volumétrique par kWh d'une facture de service public, mais de manière différente.
  Avec la baisse des ventes d'électricité due à "l'efficacité énergétique, aux économies d'énergie et à la production des clients, les frais fixes de la facture ne couvrent pas les coûts fixes", a déclaré le rapport. Des tarifs volumétriques plus élevés ont été approuvés pour couvrir les coûts fixes de l'infrastructure, les subventions aux DER et aux LMI, les programmes d'efficacité énergétique et l'atténuation des incendies de forêt.
  L'Advanced Residential Rate Design du Regulatory Assistance Project (RAP) propose des tarifs variables dans le temps pour couvrir les coûts non couverts par les frais fixes, a déclaré Mark LeBel, associé du RAP. Ces tarifs sont plus précis que les tarifs en fonction du temps d'utilisation (TOU) actuellement en vigueur en Californie et "incitent à utiliser l'électricité lorsqu'elle coûte le moins cher et à l'exporter lorsque les coûts sont les plus élevés, car elle est la plus précieuse pour le système", a-t-il ajouté.
  L'étude NEM 2.0 de la société de conseil Verdant a montré que les tarifs en fonction de l'heure de consommation en Californie créaient des inégalités, et une étude d'Energy and Environmental Economics commandée par la CPUC a proposé des frais fixes élevés comme alternative, a déclaré M. LeBel. La conception tarifaire du RAP "permet l'équité et encourage l'électrification". Elle comprend également une "charge de réseau de distribution bidirectionnelle" unique qui "garantit que les besoins en revenus des services publics sont satisfaits", a-t-il ajouté.
  La charge bidirectionnelle du PAR est une charge par kWh sur les importations et les exportations qui correspond aux flux d'énergie bidirectionnels du réseau en évolution, a déclaré M. LeBel. Elle varierait en fonction de la compensation et d'autres options. Elle pourrait également être mise en œuvre de manière progressive, avec des périodes de plus en plus nuancées et des segments de clientèle plus sophistiqués.
  Ce type de tarification n'est nécessaire que dans des endroits comme la Californie et Hawaï où la pénétration des DER est élevée et où les coûts sont transférés,  a-t-il ajouté. "Elle ne résout pas tous les défis, mais elle peut faire partie d'un ensemble de stratégies de solution."


Permission accordée par le projet Assistance Règlementaire.

Une solution aux frais fixes
  La proposition de RAP ne résout pas le problème des coûts fixes en Californie, a déclaré Severin Borenstein, directeur de l' Energy Institute de l' UC Berkeley et professeur d'administration des affaires et de politique publique.
  Le fait d'intégrer des objectifs politiques dans la partie volumétrique des tarifs des services publics ou d'augmenter les charges fixes de tous les clients est "régressif", a ajouté M. Borenstein, qui est également membre du conseil d'administration du California Independent System Operator.
  Le prix de l'électricité devrait refléter et couvrir le "coût marginal social"  de chaque unité d'électricité, a-t-il déclaré. Il s'agit du coût de la production, de la transmission, de la distribution et des émissions de gaz à effet de serre d'une unité d'électricité, auquel s'ajoutent les conséquences sociétales de la pollution due à la production d'électricité, qui ne sont toujours pas évaluées.
  Les tarifs californiens sont "bien supérieurs à cela" parce que les coûts fixes, y compris ceux de l'infrastructure, de l'atténuation des incendies de forêt, de LMI et du DER, sont payés par les charges volumétriques, a-t-il déclaré lors d'une audience de la CPUC le 24 février. Un tarif plus "progressif" permettrait de récupérer les coûts fixes à partir d'une redevance fixe basée sur le revenu qui serait faible pour les clients LMI et plus élevée pour les plus aisés. 
  L'innovation de la charge fixe est une conception tarifaire plus compliquée parce qu'elle nécessite des informations sur le revenu, et la vie privée des clients nécessiterait des protections, a reconnu Borenstein. Mais l'autorité fiscale de la Californie et ses services publics pourraient résoudre ces obstacles.
  Les données de Borenstein montrent que la structure tarifaire actuelle est régressive, a reconnu LeBel. Mais sa conception des tarifs comporte des défis de mise en œuvre, comme la vérification des revenus, qui ne valent probablement la peine d'être relevés qu'à des niveaux élevés de pénétration des DER, a-t-il dit. De plus, il "augmente les tarifs des clients à revenu élevé, ce qui incite les personnes qui peuvent le plus facilement se permettre de se détacher du réseau à le faire".
  Des recherches récentes montrent qu'une charge volumétrique élevée pourrait augmenter les défections du réseau dans les marchés à forte pénétration, a déclaré Borenstein. "Mais il s'agit d'une augmentation de la charge fixe. Les clients les plus riches pourraient être confrontés à une charge fixe de 1 800 $ par an, mais ils auraient une charge volumétrique de 0,10 $/kWh. C'est une raison de moins de se défausser que la charge volumétrique de 0,40 $/kWh prévue pour la Californie."
  Il existe une approche plus simple, selon M. Borenstein. La Californie pourrait ajouter l'électricité aux programmes qu'elle offre, par le biais du budget de l'État, pour aider les citoyens LMI à se nourrir et à se soigner, mais cela serait "politiquement difficile" car cela aurait des répercussions fiscales. "Il n'y a pas de solution facile", a-t-il déclaré. Une redevance fixe basée sur le revenu "est la meilleure alternative".
  Mais l'audience de la CPUC a produit d'autres alternatives, y compris des propositions des services publics pour réduire les coûts et augmenter les revenus, ainsi que des propositions des compagnies exploitantes pour un financement alternatif.



Permission accordée par Next 10

Alternatives à la refonte des tarifs
  L'augmentation rapide des tarifs californiens https://www.cpuc.ca.gov/General.aspx?id=6442467709 rend la recherche de solutions urgente, selon les services publics et les parties prenantes.
  "Nous traversons actuellement une crise tarifaire, les coûts de l'électricité augmentant plus vite que l'inflation, les inégalités se creusant et les coûts des incendies de forêt se profilant à l'horizon", a déclaré Mike Campbell, directeur de la branche "Electricity Pricing and Customer Programs" du CPUC Public Advocates Office.
  "Le changement climatique est le problème existentiel de notre époque, mais l'approche adoptée jusqu'à présent par la Commission est comparable à celle d'un aveugle face à un éléphant, qui ne voit qu'une partie du problème au lieu de l'ensemble", a ajouté Jim Caldwell, consultant technique principal du Center for Energy Efficiency and Renewable Technologies (CEERT).
  PG&E travaille sur des moyens de réduire les coûts et de générer d'autres sources de revenus, a déclaré Robert Kenney, vice-président de PG&E chargé de la réglementation et des affaires extérieures.  Des "efficacités opérationnelles" pourraient permettre d'économiser près d'un milliard de dollars par an jusqu'en 2025, et des revenus de 973 millions de dollars sont attendus des accords avec le fournisseur de services sans fil SBA Communications pour l'utilisation future des tours de transmission de PG&E a-t-il déclaré.
  En outre, l'auto-assurance contre les incendies financée par les clients "peut être une solution à court terme jusqu'à ce que de meilleures technologies de lutte contre les incendies fassent baisser les primes", a déclaré Carla Peterman, première vice-présidente de la stratégie et des affaires réglementaires de Southern California Edison (SCE).
  La " colonne d'assurance " de la SCE pour répondre à la couverture d'un milliard de dollars maintenant exigée par la loi californienne peut inclure des couches d'assurance commerciale, des obligations et des réassurances, et " les primes de certaines couches pourraient dépasser les pertes des services publics ", a déclaré M. Peterman, ancien commissaire de la CPUC. "L'auto-assurance pourrait être plus abordable".
  L'auto-assurance élimine les coûts administratifs et les bénéfices des compagnies d'assurance, et "si les demandes d'indemnisation sont faibles, les nouvelles primes seront minimes", a-t-elle ajouté. Les économies pourraient se chiffrer "en centaines de millions de dollars sur une période de plusieurs années".
  Les mesures d'atténuation des incendies de forêt prises par SDG&E constituent la norme du secteur et l'entreprise investit dans de nouvelles technologies pour améliorer ses capacités, a déclaré Scott Crider, directeur de la clientèle du service public. Et l'équilibre "risque-dépense" des investissements vise à réduire la nécessité de dépenses d'investissement futures pour l'atténuation des incendies de forêt.
  Selon certaines parties prenantes, les obstacles politiques mentionnés par M. Borenstein à la mobilisation des recettes publiques pour des programmes publics tels que l'atténuation des incendies de forêt et l'électrification des bâtiments et des transports ne sont peut-être pas impossibles à surmonter.
  "De nombreux coûts liés aux tarifs visent à obtenir des avantages pour la société", a déclaré M. Dowdell de TURN. "La tarification traditionnelle des services publics est l'un des moyens les plus coûteux et les plus régressifs d'obtenir ces avantages."
  Lorsque les tarifs des services publics californiens étaient relativement bas, ils pouvaient être utilisés pour des objectifs politiques, "mais l'État n'a plus ce luxe", a déclaré M. Dowdell. Un meilleur concept pourrait être la propriété californienne d'actifs tels que le stockage à grande échelle et de longue durée, la nouvelle transmission et l'infrastructure de chargement des VE nécessaires pour atteindre les objectifs de l'État. D'autres ont estimé que cette idée avait des chances de succès variables car elle pourrait augmenter la charge fiscale.
  "Il n'y a pas une stratégie magique", a ajouté M. Dowdell. "Les recettes fiscales pour payer ces investissements pourraient provenir du fonds général de la Californie ou l'État et les municipalités pourraient utiliser leur autorité de cautionnement pour des projets d'infrastructure spécifiques."
  À la fin de l'audience, M. Randolph, du CPUC, a félicité les propositions des partenaires, mais a également mis en garde contre les conséquences "inattendues" au moment où les commissaires examinent les propositions à mettre en œuvre.
  D'autre part, "la commission doit reconnaître que même les bons investissements exerceront une pression à la hausse sur les tarifs, mais elle doit également examiner les conséquences de l'absence d'investissement", a déclaré Caldwell du CEERT.



Chine : le charbon pour aider les pays en voie de développement

  Sans aucun doute que Monsieur le président de la République, Madame le ministre de la Transition écologique, et le parti EELV vont condamner cette entreprise néfaste pour la planète comme ils le font pour le nucléaire français?
   Bah, c'est-à-dire que c'est ...la Chine et Heu, comment dire? Vous savez la réalpolitique, etc.
  Ne me dites pas que c'est pas vrai.
   Pour rappel :
 
 
 
 
  Avec de tels amis, le climat n'a pas besoin d'ennemis!
php

***

La Chine ne renonce pas à investir dans les centrales à charbon à l'étranger, malgré ses objectifs climatiques 

Pauline Fricot  avec AFP
  Pas simple de se passer du charbon. La Chine a annoncé mardi 27 avril que les entreprises chinoises continueraient à financer des centrales à charbon dans les pays en voie de développement, justifiant la démarche par un "manque d'alternatives" face à la demande croissante en énergie. L'annonce est dénoncée par des militants écologistes, qui n'ont pas manqué de rappeler les objectifs climatiques du pays. La Chine est elle-même plus que jamais dépendante du charbon et continue à investir dans le secteur.

Chargement de charbon à Samarinda, en Indonésie. @vidiawan/Istock

  Les engagements climatiques chinois font grise mine. Si le président Xi Jinping a annoncé en septembre que le pays réduirait ses émissions de CO2 "avant 2030" pour atteindre la neutralité carbone en 2060, le pays a revendiqué mardi qu'il continuerait à soutenir la construction de centrales à charbon dans les pays en développement.
  Les entreprises chinoises en financent aujourd'hui des dizaines, du Zimbabwe à l'Indonésie, dans le cadre des "Nouvelles routes de la soie". Cette initiative lancée par Pékin en 2013 vise à construire des infrastructures à l'étranger pour y accroître l'influence chinoise. Des militants écologistes ont relevé ce qui apparaît à leurs yeux comme une contradiction : la Chine, via ses entreprises publiques, est
également le premier investisseur mondial dans des centrales à charbon.

Un "manque d’alternatives"
  Alors que l'énergie issue du secteur est responsable d'environ 40 % des émissions planétaires de CO2, la Chine a justifié son action par une absence d’alternatives face à une demande croissante en énergie. "Beaucoup de pays en développement ne produisent pas assez d'électricité. Dans ce contexte, comment en produire sans centrale à charbon ? Les énergies renouvelables sont-elles suffisantes ?", s'est interrogé Li Gao, chef du service changement climatique au ministère de l'Environnement chinois.
  "On ne peut pas simplement arrêter de soutenir les pays en développement dans leur construction de centrales au charbon. La lutte contre le changement climatique doit également permettre aux habitants d'avoir de meilleures conditions de vie", a-t-il plaidé devant la presse. Les centrales à charbon "répondent pleinement aux besoins concrets de ces pays" et seront construites selon "des normes très élevées", a souligné le chef de service. 

Un défi ambitieux y compris sur le sol chinois
  Sur la question de la dépendance au charbon, le pays sait cependant de quoi il parle : le combustible représente un peu moins de 60 % du bilan énergétique en Chine. Si sa part dans la consommation d’énergie totale du pays est en baisse constante, dans un contexte où la demande ne cesse d’augmenter, le secteur du charbon continue lui aussi à croître.
  Si bien que la Chine va également poursuivre la construction de centrales à charbon sur son sol afin d'assurer un approvisionnement électrique stable. Li Gao a toutefois promis des centrales de taille plus modestes avec des "émissions moins élevées" que les structures traditionnelles. Dans l’étude "Un nouveau boom du charbon en Chine", publiée en juin 2020, le Global Energy Monitor et le Centre for Research on Energy and Clean Air (CREA) mentionnent toutefois que le pays envisage d’augmenter de 21 % les capacités de ses centrales à charbon. Du côté des énergies renouvelables, dans son nouveau plan quinquennal, 2021-2025, la Chine fixe à "20 % environ" la part que les énergies non-fossiles, éolien, solaire, hydroélectricité, devraient atteindre d'ici 2025.

Haute-Marne, Langres : ça pue grave au quartier Saint-Gilles

 "- Quelle pestilence et quel brouillard! Mais où sommes-nous donc?
- Votre seigneurie est arrivée la gare, dans le quartier Saint-Gilles
- Je ne savais pas qu'ils eussent installé un méthaniseur
- Non, Monseigneur, il ne s'agit point de cela. C'est une fabrique d'engrais, de compost, etc.
- Comme on est tout de suite mal à l'aise avec cette odeur pestilente et ce brouillard, Oh! Ce brouillard!
- Ce que Monseigneur doit savoir, c'est que cette entreprise contribue toutefois à la transition énergétique. Sa seigneurie s'en trouve-t-elle rassurée?
- Ne peut-on pas faire engouffrer du vent pour chasser cela?
- Le train entre en gare, Monseigneur
- Bien. Quittons au plus vite cet endroit immonde et faîtes-moi penser à en informer son Éminence dès mon retour à l'évêché.
"
 
 
Quartier Saint-Gilles, sous les vents dominants, ouest/ sud-ouest et sud.@Tourisme-Langres 



jhm 2021 04 28



 php

Pollution de l'air : 7 millions de morts chaque année dus aux énergies fossiles

Ici, on parle de 7 millions de morts chaque année, qui sont dus en grande partie aux énergies fossiles. Tout cela en rythme de croisière, sans même une catastrophe exceptionnelle! Le nucléaire qui pourrait aider à sauver des milliers de vies est pourtant mis au pilori par les écolos au même titre que ce tueur silencieux qu'est le charbon et confrères! Normal, me direz-vous, c'est une énergie "boomer"

  
             

Affiche de campagne pour les régionales 2021 d' EELV.

php

***

Neuf personnes sur 10 respirent un air pollué dans le monde

Communiqué de presse
Genève
2018 05 02

  Les niveaux de pollution de l’air restent dangereusement élevés dans de nombreuses parties du monde. De nouvelles données de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) montrent que 9 personnes sur 10 respirent un air contenant des niveaux élevés de polluants. Les dernières estimations révèlent que 7 millions de personnes meurent chaque année à cause de la pollution de l’air ambiant, extérieur, et à cause de la pollution de l’air à l’intérieur des habitations ; c’est un chiffre préoccupant.
  «La pollution de l’air est une menace pour nous tous, mais les populations les plus pauvres et les plus marginalisées sont les premières ; à en souffrir», explique le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. «On ne peut pas accepter que plus de 3 milliards de personnes – surtout des femmes et des enfants – continuent de respirer tous les jours des fumées mortelles émises par des fourneaux et des combustibles polluants à l’intérieur de leurs habitations. Si nous n’agissons pas très vite, le développement durable restera une chimère.»

 

 OMS/Y. Shimizu


Sept millions de décès chaque année
  L’OMS estime à 7 millions environ le nombre de personnes qui meurent chaque année à cause de l’exposition aux particules fines contenues dans l’air pollué. Ces particules pénètrent profondément dans les poumons et dans le système cardiovasculaire, ce qui cause des affections comme les accidents vasculaires cérébraux, les cardiopathies, les cancers du poumon, les bronchopneumopathies chroniques obstructives et les infections respiratoires, notamment la pneumonie.
  La pollution de l’air ambiant est responsable à elle seule d’environ 4,2 millions de décès en 2016, alors que la pollution de l’air à l’intérieur des habitations due à l’utilisation de combustibles et de technologies polluantes a causé environ 3,8 millions de décès pendant la même période.
  Plus de 90% des décès dus à la pollution de l’air se produisent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, principalement en Asie et en Afrique, suivis des pays à revenu faible ou intermédiaire des Régions de la Méditerranée orientale, de l’Europe et des Amériques.
   Environ 3 milliards de personnes – plus de 40% de la population mondiale – n’ont toujours pas accès à des combustibles et à des technologies de cuisson propres à leur domicile, alors qu’il s’agit là de la principale source de pollution de l’air à l’intérieur des habitations. L’OMS fait un suivi de la pollution de l’air à l’intérieur des habitations depuis plus de 10 ans et, si le taux d’accès à des combustibles et à des technologies propres augmente partout, les améliorations restent plus lentes que la croissance de la population dans de nombreuses parties du monde, en particulier en Afrique subsaharienne. L’OMS reconnaît que la pollution de l’air est un facteur de risque critique pour les maladies non transmissibles (MNT) causant, selon les estimations, un quart (24%) des décès d’adultes imputables à des cardiopathies, 25 % des décès imputables aux accidents vasculaires cérébraux, 43% des décès imputables à la bronchopneumopathie chronique obstructive et 29% des décès imputables au cancer du poumon.
  Les pays sont de plus en plus nombreux à agir Plus de 4300 villes de 108 pays sont maintenant inscrites dans la base de données de l’OMS sur la qualité de l’air ambiant, ce qui en fait la base de données la plus complète sur la question. Depuis 2016, plus d’un millier de villes supplémentaires ont rejoint la base de données de l’OMS, ce qui montre que les pays sont plus nombreux que jamais à mesurer la pollution de l’air et à prendre des mesures pour la réduire.
  La base de données collecte les concentrations moyennes annuelles de particules fines, PM10 et PM2,5. Les PM2,5 comprennent le sulfate, les nitrates et le carbone noir, qui sont les polluants les plus dangereux pour la santé humaine. Les recommandations de l’OMS relatives à la qualité de l’air appellent les pays à réduire la pollution de l’air pour atteindre des valeurs annuelles moyennes de 20 μg/m3, pour les PM10, et de 10 μg/m3, pour les PM2,5.
«De nombreuses mégalopoles du monde entier présentent des résultats 5 fois supérieurs aux niveaux fixés par les lignes directrices de l’OMS pour la qualité de l'air, ce qui représente un risque majeur pour la santé des populations», explique la Dre Maria Neira, Directrice du Département Santé publique, déterminants sociaux et environnementaux de la santé à l’OMS. « L’intérêt montré par le monde politique à l’égard de ce défi mondial pour la santé publique est de plus en plus important.
   L’augmentation du nombre de villes enregistrant des données sur la pollution de l’air est le reflet de l’engagement en faveur de l’évaluation et du suivi de la qualité de l’air. Ce sont surtout les pays à revenu élevé qui sont concernés par cette augmentation, mais nous espérons que les efforts de suivi connaîtront une progression semblable à l’échelle mondiale.
»
   Si les dernières données montrent que les niveaux de pollution de l’air ambiant restent dangereusement élevés dans la plupart des régions du monde, les progrès n’en sont pas moins encourageants. Les pays prennent des mesures pour lutter contre la pollution de l’air due aux particules fines et pour réduire cette pollution. Par exemple, en 2 ans à peine, le dispositif Pradhan Mantri Ujjwala Yojana mis en place en Inde a connecté gratuitement au réseau GPL environ 37 millions de femmes vivant sous le seuil de pauvreté afin de les aider à changer de source d’énergie domestique pour utiliser un combustible plus propre.
  Mexico s’est engagée à rendre plus écologiques les normes s’appliquant aux véhicules, notamment en optant pour des bus n’émettant pas de suie et en interdisant les voitures diesel appartenant aux particuliers d’ici à 2025.
  Les principales sources de pollution de l’air due aux particules fines comprennent l’utilisation inefficace de l’énergie par les ménages, les secteurs de l’industrie, de l’agriculture et des transports, ainsi que les centrales électriques au charbon. Dans certaines régions, le sable et les poussières provenant du désert, l’incinération des déchets et la déforestation sont d’autres sources de pollution de l’air. La qualité de l’air peut également être influencée par des éléments naturels comme les facteurs géographiques, météorologiques et saisonniers.
  La pollution de l’air ne connaît pas de frontières. L’amélioration de la qualité de l’air exige des mesures gouvernementales pérennes et coordonnées à tous les niveaux. Les pays doivent collaborer afin de trouver des solutions en matière de transports durables, de production et d’utilisation d’énergies plus efficaces et renouvelables, ainsi que de gestion des déchets. L’OMS collabore avec de nombreux secteurs, notamment les transports, l’énergie, l’aménagement urbain et le développement rural afin d’aider les pays à s’attaquer à ce fléau.

Principales conclusions
  L’OMS estime qu’à peu près 90% des habitants de la planète respirent un air pollué. Au cours des 6 dernières années, les niveaux de pollution de l’air ambiant sont restés élevés et plus ou moins stables, avec des concentrations en baisse dans certaines régions d’Europe et des Amériques.
  Les niveaux les plus élevés de pollution de l’air ambiant sont enregistrés dans les Régions de la Méditerranée orientale et de l’Asie du Sud-Est, avec des niveaux annuels moyens dépassant souvent plus de 5 fois les limites fixées par l’OMS. Ce sont ensuite les villes à revenu faible ou intermédiaire d’Afrique et du Pacifique occidental qui sont les plus concernées.
  Le manque de données relatives à la pollution de l’air est criant en Afrique et dans une partie du Pacifique occidental. En ce qui concerne l’Afrique, les villes transmettant à la base de données des mesures relatives aux particules fines sont plus de deux fois plus nombreuses que dans les versions précédentes, mais ces données ne couvrent que 8 des 47 pays de la région.
  C'est l’Europe qui concentre le nombre le plus important de villes notifiant des données.
  En général, ce sont les pays à revenu élevé qui présentent les niveaux de pollution de l’air ambiant les plus faibles, en particulier dans les régions de l’Europe, des Amériques et du Pacifique occidental. Dans les villes des pays européens à revenu élevé, il a été prouvé que la pollution de l’air diminuait l’espérance de vie moyenne de 2 à 24 mois, en fonction des niveaux de pollution.
  «Les responsables politiques à tous les niveaux de gouvernement, y compris les maires, commencent à s’intéresser à ce problème et à prendre des mesures», ajoute le Dr Tedros. «La bonne nouvelle est que les gouvernements sont toujours plus nombreux à s’engager davantage pour la surveillance et la réduction de la pollution de l’air, et que des secteurs comme la santé, les transports, le logement et l’énergie agissent davantage à l’échelle mondiale.»
  Cette année, l’OMS organisera la première conférence mondiale sur la pollution de l’air et la santé, du 30 octobre au 1er novembre 2018, afin de réunir les gouvernements et les partenaires dans le cadre d’une mobilisation mondiale visant à améliorer la qualité de l’air et à lutter contre le changement climatique.

Note aux rédactions

Base de données de l’OMS sur la qualité de l’air ambiant
   La base de données s’appuie principalement sur des systèmes publics de surveillance de la qualité de l’air bien établis, qui sont une source de données fiables provenant de différentes parties du monde. Les données sont principalement issues des notifications officielles transmises par les gouvernements. Parmi les autres sources, on peut citer Clean Air Asia et la base de données Air Quality e-Reporting de l’Agence européenne pour l’environnement, les mesures au sol compilées pour le projet Global Burden of Disease, ainsi que les articles de revues à comité de lecture.
  La base de données, de même que la synthèse des résultats, la méthodologie utilisée pour compiler les données et les regroupements de pays OMS sont à disposition à l’adresse suivante: http://www.who.int/phe/health_topics/outdoorair/databases/cities/en/
  Base de données de l’OMS sur l’énergie domestique L’OMS alimente une base de données sur les technologies et les combustibles utilisés pour les principales activités domestiques nécessitant de l’énergie, par exemple la cuisine, le chauffage, l’éclairage, à partir de plus de 1100 enquêtes et recensements représentatifs au niveau national. Ces données sont régulièrement mises à jour et utilisées afin d’orienter les activités de suivi de l’accès à l’énergie domestique et de ses conséquences sanitaires, c’est-à-dire les ODD 3 et 7.
Plus d’informations sur la base de données- en anglais

Les objectifs de développement durable et l’environnement
   L’OMS est garante de l’indicateur relatif aux objectifs de développement durable visant à réduire nettement le nombre de décès et de maladies dus à la pollution de l’air d’ici 2030 (ODD 3.9.1), ainsi que de deux autres indicateurs en lien avec la pollution de l’air, à savoir l’ ODD 7.1.2, Proportion de la population utilisant principalement des carburants et technologies propres,  et l’ ODD 11.6.2. Tous les indicateurs sont disponibles en anglais ici.
  Vous trouverez à l’adresse ci-dessous une modélisation mise à jour de l’exposition aux PM2,5 ambiantes et à la pollution de l’air à l’intérieur des habitations, élaborée en collaboration avec l’Université d’ Exeter, Royaume-Uni), ainsi que des estimations connexes relatives à la charge de morbidité pour 2016.
http://www.who.int/airpollution.
  Campagne BreatheLife de lutte contre la pollution de l’air Parallèlement au lancement des données, la campagne mondiale de communication BreatheLife a initié un défi visant à inciter les citoyens à agir afin de réduire la pollution de l’air. Le premier défi de la série intitulé «un marathon par mois» invite les gens à s’engager à laisser leur voiture au garage et à utiliser d’autres moyens de transport pour parcourir au moins la distance d’un marathon, 42 km/26 miles, pendant un mois. BreatheLife est un partenariat entre l’OMS, ONU-Environnement et la Coalition pour le climat et la qualité de l’air en vue de réduire les polluants atmosphériques à courte durée de vie. Son objectif est de mieux sensibiliser à la pollution de l’air et de pousser les gouvernements et les individus à agir.
BreatheLife - Respire la vie

HAUTE-MARNE, DARMANNES : LES USINES ÉOLIENNES SONT-ELLES APPROPRIÉES AU BIEN-ÊTRE ANIMAL ET HUMAIN ? TÉMOIGNAGE

  “ Si les faits ne correspondent pas à la théorie, changez les faits .”   Albert Einstein php *** L’éolien est-il compatible avec l’agricu...