mardi 31 mai 2016

L’Europe fait la chasse au charbon

Journal de l'environnement
Par: Valéry Laramée de Tannenberg 
31/05/2016

Commentaire: Mais comment faire pour compenser l'intermittence des éoliennes qui dans ses 2 pays étaient essentiellement le fait de centrales à charbon?
php


La production d’énergie à partir de charbon est extrêmement polluante.
[Kentucky Photo File/Flickr]

Près de 4 milliards de subventions vont être utilisées pour fermer des mines de charbon espagnoles et des centrales au lignite allemandes. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

« Après les cow-boys, les roboys… et c’est moins glamour !!

Charles Sannat
31 mai 2016

» 


Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,
Avant nous avions des cow-boys, littéralement les garçons-vachers comme nous le dirions en bon français ! Ils avaient des « Winchester » à levier sous-garde et les cartouches en bandoulière, c’était des hommes, des vrais, des virils, ils faisaient le coup de poing dans les bars, draguaient les « dames » et fumaient (des Marlboro pour la pub) comme des pompiers !

Des renouvelables vraiment écologiques ?

http://cadtm.org/par Robin Delobel
27 mai
 

Photo by Sharada Prasad (CC)


« L’Afrique subit de plein fouet les conséquences du réchauffement climatique alors qu’elle n’est responsable que de 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, dont les pays riches sont historiquement responsables. Il existe une dette écologique que le monde doit régler à l’égard du continent africain »

ERDF devient ENEDIS : Les français paieront cher le changement

http://www.economiematin.fr/
par Paolo Garoscio
31/05/2016


Commentaire: Les français payent déjà cher la transition énergétique pour la croissance verte (+ de 6 Mds€ pour 2016).  Ils ne sont plus à 300 millions € près!? Et puis, ils peuvent faire le plein de leurs réservoirs  d'essence de leurs voitures, alors.... 
«Vache à lait un jour, vache à lait toujours».
Bonne nuit et bonne chance...
php


ECOQUICK

Selon la FNME-CGT le changement de nom d'ERDF coûterait 300 millions d'euros
Sur demande de la CRE, la commission de Régulation de l'Energie, la filiale d'EDF ERDF doit changer de nom. Pour la CRE les deux noms sont trop proches et le consommateur risque de confondre la filiale et sa maison-mère alors qu'ERDF s'occupe du réseau tandis qu'EDF fournit l'électricité. Mardi 31 mai 2016 le groupe devrait annoncer sa nouvelle identité et déjà le scandale a explosé : le changement de nom et de logo risque de coûter cher... et ce seront les Français qui paieront.

lundi 30 mai 2016

Mais à quoi servent ces éoliennes qui défigurent la France ?

Énergie et matières premières
Par Jean-Pierre Riou.
Publié le 2 mai 2016

Commentaire: Pour ceux qui n'auraient pas suivi depuis le début ou pour ceux qui auraient loupé des «épisodes», Professeur Riou vous offre cette remarquable synthèse de la situation. 


Ah oui, un petit cours de droit pénal avec la définition de l'escroquerie: «En France, une escroquerie est une fausse présentation (tromperie) d'une offre, d'une personne ou d'un organisme, souvent appuyée par des techniques de persuasion, et destinée à soutirer des avantages indus, notamment pécuniaires, (...)»    https://fr.wikipedia.org/wiki/Escroquerie_en_droit_p%C3%A9nal_fran%C3%A7ais

php

L’analyse détaillé du bilan énergétique français souligne l’inutilité des éoliennes, voire leur nocivité pour la production électrique





La France a un parc électrique remarquable
KPMG et l’Institut Choiseul avaient publié, fin 2012, le classement des meilleurs parcs de production d’électricité. La France y était numéro 1 mondial pour la qualité de son électricité, sa disponibilité et son accès.

Distances des éoliennes aux habitations : APPEL INTERNATIONAL de soutien à la loi 10 × H

fr.friends-against-wind.org
30/05/2016


« Nous demandons aux personnes de bonne volonté de tous pays, et en particulier à celles vivant proche d’éoliennes industrielles et pensant qu’une telle distance des habitations est une mesure juste et nécessaire, de signer cet appel et de le partager le plus largement possible. »
Setback = 10H

Merci de signer cet appel et de le partager le plus largement possible :

URL raccourcie pour partager la pétition :


Haute-Marne, Fayl-Billot, Pierremont et Pressigny : encore et toujours le projet éolien Vannier Amance


L'association «Les Vues Imprenables» qui a pour buts principaux :
  • La sauvegarde de l'Environnement,
  • La santé publique.
dénonce et lutte contre toutes les politiques gouvernementales qui encouragent l'invasion éolienne en France,en Europe et dans le Monde. 

Au plan local, elle participe à la Résistance contre le «parc» industriel Vannier Amance porté par la majorité de la Communauté de communes Vannier Amance et situé sur le territoire des communes de: Fayl-Billot, Pierremont, Pressigny et La Rochelle, Haute Saône, voir photos* montage :
  • 17 éoliennes de 183m en bout de pale. 
  • Permis de construire et autorisation d'exploiter validés en mars 2015.
* Photos : auteur JLF

Ces 17 éoliennes font parti des 250 machines constituant le futur ÉolienLangres (voir carte). 

Elle apporte son soutien aux associations en lutte en Haute Marne et dans les départements limitrophes.

ZÉRO ÉOLIENNE et BASTA!















250 éoliennes de trop dans le Sud haut marnais 
 
php

Association des petites villes de France (APVF): L'appel des petites villes

http://www.village.tm.fr/

Réunis à La Grande-Motte les 26 et 27 mai 2016 dans le cadre des XIXèmes Assises de l’Association des petites villes de France, APVF, les maires des petites villes appellent le Gouvernement à prendre la mesure de la gravité de la détérioration de la situation des collectivités locales,




ADEME : Un scénario énergétique peu crédible

http://www.sauvonsleclimat.org/
Les énergies renouvelables: Quel potentiel d’ici 2025/2030 ?
L’ADEME a diffusé le 8 novembre 2012 une synthèse de son scénario « Contribution de l’ADEME à l’élaboration de visions énergétiques 2030/2050 », sans mettre à la disposition du public l’étude intégrale. Sauvons le climat (SLC) a analysé ce scénario dans son ensemble (voir le document), complétant ainsi l’examen détaillé, déjà publié sur le site de SLC [1], du mix électrique proposé par l’ADEME.

« Climatiseur gratuit !! »

Charles Sannat 
30 mai 2016

Commentaire: «Donner un peu de bonheur, c'est simple» 
php



 L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Bon, je sais, côté fortes chaleurs nous repasserons, et c’est plutôt calamités et gros orages et j’en sais quelque chose puisque notre week-end champêtre s’est transformé en stage intensif d’utilisation de la raclette et de lutte contre les inondations vu que le village a été sous l’eau, le tout sous l’œil fort amusé des enfants qui ont plus que joyeusement pataugé dans l’eau en s’en donnant à cœur joie étant donné que tous les adultes du coin étaient occupés à parer au plus pressé… Bref, j’en ai des ampoules et je suis obligé de taper cet article les doigts bien écartés… Voilà, vous savez tout.

Temps de travail des fonctionnaires: Mensonges et vérités sur un rapport

http://www.humanite.fr/
35 heures
Adrien Rouchaleou avec Sébastien Crépel
Dimanche 29 mai 2016

Commentaire: Cela va mieux en le disant. Salarié du privé, fonctionnaire, artisan, étudiant, demandeur d'emploi, retraité: Galère à tous les étages. Est-ce pour cela que nous vivons?



php


36 % des fonctionnaires travaillent le dimanche, contre 25 % dans le privé, et que 17,5 % travaillent la nuit, contre 14,9 % dans le privé
Photo : AFP

Le rapport de Philippe Laurent (UDI) sur la durée du travail dans la fonction publique a donné lieu à une campagne médiatique pour accréditer l'idée que ces salariés travailleraient moins que les autres. Une lecture du document montre pourtant une autre réalité. Explications avec le rapporteur.

Région Auvergne-Rhône-Alpes: une délégation représentant une cinquantaine d’associations de défense de l’environnement a rencontré Mr Eric Fournier, vice-président de la Région délégué à l'environnement, au développement durable, à l'énergie et aux parcs naturels régionaux.

http://epaw.org/
12/05/2016



Commentaire:  Ce type de collectif existe dans de nombreuses régions. À quand un travail de résistance interrégionale? Des actions-terrain de grande envergure au niveau local mais organisées au niveau national. Notre lutte pour préserver nos cadres de vie est un combat politique. Agissons en conséquence. Si nous nous arrêtons à ce genre de rencontre sans y apporter des démonstrations de force visibles, nous pouvons être certains que nous avons perdu notre temps, notre énergie et ... déçus profondément ceux qui souffrent. 

Notre mission est de stopper l'invasion éolienne en France pour sauvegarder l'Environnement . Donnons-nous les moyens d'y parvenir. Et cela passe aussi et surtout, par... le «sacrifice» ponctuel de notre confort.

TRAVAILLONS TOUS ENSEMBLE

ZÉRO ÉOLIENNE et BASTA!
php



Une cinquantaine d’associations de défense de l’environnement de la Région Auvergne-Rhône-Alpes dénoncent l’essor incontrôlé de l’éolien industriel dans la Région, d’alerter sur les dérives préoccupantes liées à cette filière énergétique industrielle, et de formuler des propositions pour orienter les politiques publiques dans le sens d’une plus grande efficacité sur les plans énergétique, climatique, économique et environnemental.


Communiqué de presse :

Ce 12 mai 2016, une délégation représentant une cinquantaine d’associations de défense de l’environnement de la Région Auvergne-Rhône-Alpes (AURA) a rencontré Mr Eric Fournier, vice-président de la Région délégué à l'environnement, au développement durable, à l'énergie et aux parcs naturels régionaux.

Cette rencontre a permis aux associations de dénoncer l’essor incontrôlé de l’éolien industriel dans la Région, d’alerter sur les dérives préoccupantes liées à cette filière énergétique industrielle, et de formuler des propositions pour orienter les politiques publiques dans le sens d’une plus grande efficacité sur les plans énergétique, climatique, économique et environnemental.

Dans le contexte régional actuel, le développement de la filière éolienne est de fait :

  • Inutile, au regard des surcapacités de production électrique dans la région, et de l’absence d’emplois locaux induits par la filière ;
  • Coûteux, compte tenu des avantages considérables accordés aux opérateurs éoliens ;
  • Dommageable pour la santé des riverains, le cadre de vie et les paysages, le patrimoine naturel et culturel, et l’attractivité résidentielle et touristique de la Région.

Suite à l’annulation par la justice administrative du Schéma Régional Éolien Rhône-Alpes en 2015, et tout récemment de l’ensemble du Schéma Régional Climat-Air-Energie (SRCAE) pour l’Auvergne, il est urgent de reconsidérer la planification éolienne dans la Région AURA au regard de l’ensemble des enjeux pertinents, et de donner aux politiques publiques en la matière la légitimité démocratique et l’acceptabilité sociale qui, en l’état, leur font défaut.

Le dossier de presse ci-joint précise l’argumentaire et les propositions des associations.
http://epaw.org/documents/Eolien_AURA_Dossier_v12Mai_Final.pdf

Contacts :
Elisabeth Panthou-Renard collectif.auvergne@gmail.com
Daniel Steinbach contact@eole07.fr
Richard Ladet adtc@laposte.net


La France doit garder le contrôle de sa politique électrique

http://www.sauvonsleclimat.org/
par Slc
Publié le Samedi 28 Mai 2016

Commentaire: Allemagne et Portugal sont des pays qui ont fait le choix de l'éolien au détriment du nucléaire. Ils peuvent difficilement dire à leurs administrés que... c'était mieux avant. Quand à SuperRoyal, un dicton la résume: «Fort avec les faibles ou mougeons et faible avec les forts».

N'ayons pas de faiblesses: Optimisons, ZÉRO ÉOLIENNE et BASTA!
php

Après les interventions de la Ministre de l’Environnement allemande, Madame Barbara Hendricks, qui exigeait l’arrêt des réacteurs de Fessenheim et de Cattenom, Monsieur Sigmar Gabriel et la même Barbara Hendricks s’indignent que l’Union Européenne puisse (comme c’était la règle jusqu’à présent) financer la recherche dans le secteur nucléaire. 

L'affaire Iveton, un silence français.

http://www.liberation.fr/
Par Jean-Luc Einaudi,
historien
1 juin 1998


Commentaire: 
«L'homme qui lutte pour la justice et la vérité trouvera toujours le moyen d'accomplir son devoir tout entier».
Victor Hugo (1802-1885)

Lire: «De nos frères blessés; Joseph Andras; Éditeur Actes Sud; ISBN 978-2-330-06322-1. Prix Goncourt du premier roman 2016 (refusé par l'auteur)
 


Qui se souvient de Fernand Iveton*, ouvrier, communiste, rallié au FLN, guillotiné à Alger, en 1957. Et qui se souvient du nom de celui qui était alors ministre de la Justice?
* Fernand Iveton doit son nom, souvent orthographié par erreur « Yveton », à l'administration française. Ce patronyme avait été inventé pour son père, Pascal, recueilli par l’Assistance publique d'Alger et qui, militant communiste et syndicaliste, employé à Gaz d'Algérie fut révoqué par le régime de Vichy (...) https://fr.wikipedia.org/wiki/Fernand_Iveton

dimanche 29 mai 2016

Suisse, Vallorbe :"Climat de peur"

«Ce n'est pas la révolte en elle-même qui est noble, mais ce qu'elle exige»
 Albert Camus (1913-1960)

Optimisons : ZÉRO ÉOLIENNE et BASTA!
php

***

http://www.voisinedeoliennesindustrielles.com/
29/05/2016

La situation est également tendue côté vaudois, où des clans se sont formés. Pour le syndic de Vallorbe Stéphane Costantini, qui défend le projet éolien Sur Grati, ce sont des personnes extérieures à la commune qui sèment le trouble.
Lire:  http://www.voisinedeoliennesindustrielles.com/2016/05/vallorbe-et-charrat-dans-la-tourmente.html

Haute-Marne, Essey-les-Ponts : dire non à l'éolien, c'est maintenant ou...jamais!



L'association «Les Tours de Chateauvillain» (iep@laposte.net) dénonce le projet de l'implantation de 7 éoliennes, 150m en bout de pale (voir photomontage) sur la commune d' Essey-les-Ponts, commune déléguée de Châteauvillain.

Elle vous informe que la société porteuse du projet organise à la demande des élus locaux, une réunion publique le jeudi 16 juin 2016, salle des fêtes de Châteauvillain, à 18h30. Elle vous invite à y participer en grand nombre.

Choisir son avenir, celui de ses enfants et de son village, ce n'est pas un privilège, C'EST UN DROIT!


 
Essey-les-Ponts avec les 7 éoliennes, association «Les Tours de Chateauvillain»


php


samedi 28 mai 2016

Le Gouvernement sacrifie la recherche publique mais arrose le SER[1]

http://sauvonsleclimat.org/
Slc
27/05/2016

Un projet de décret a été présenté à la commission des finances de l'Assemblée Nationale, mercredi 18 mai, annulant 256 millions d'euros de crédits sur la mission « recherche et enseignement supérieur ». En particulier la réduction atteint 134 millions d’euros pour le CEA, le CNRS, l’INSERM, l'INRA, l’INRIA…. correspondant à environ 15% des investissements de recherche. Cette réduction a, pour la première fois, conduit à une protestation unanime des Prix Nobel français parue dans « Le Monde ». Les allégations officielles selon lesquelles il existeraient des solutions sont tellement vagues qu’on ne peut y voir qu’une opération de communication à l’intention des chercheurs.

Et si les ministres devenaient artisans ?

Carine Lauga,
le 27/05/2016


Commentaire: Les politiques ont l'Art de remettre en question bon nombre d'activités professionnelles... excepté la leur!


php


Campagne UPA, Ma Box Loi Sapin II


Ségolène Royal en électricienne, Michel Sapin en boulanger ou Manuel Valls en plâtrier… Voilà des idées de reconversion possible pour nos ministres, si, comme le prévoit la loi Sapin II, il n'y avait plus besoin de qualification pour devenir artisan… C'est le sujet de la campagne « choc » que lance ce vendredi l'UPA pour sensibiliser le public et montrer l'absurdité du projet de loi.


vendredi 27 mai 2016

Plogoff et la Croix Valmer démontrent l’absurdité du photovoltaïque en France

par PH
mardi 8 juillet 2014,

Plogoff est le village bien connu où, il y a quelques décennies, des hordes manipulées par un professeur de collège se sont opposées à la science et au progrès . Ces manifestations firent échouer le projet d’une centrale nucléaire. Aujourd’hui la Bretagne importe son électricité d’autres centrales nucléaires ou bien la produit avec des centrales fossiles comme à Cordemais. On dit que les plogoffistes n’aiment pas évoquer cette période, pourtant le bulletin municipal de l’été 2010 titrait deux pages par :

Le fabricant de l'iphone remplace 60 000 ouvriers par des robots

http://www.economiematin.fr/
par Laure de Charette
27/05/2016

Commentaire: Dans un futur proche, être un salarié payé au «salaire minimum interprofessionnel de croissance» (SMIC)
, horaire brut: 9,67€; salaire mensuel brut pour 151,67 h: 1 466,62€ ( http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?ref_id=NATnon04145) ou en dessous, si celui çi venait à «disparaître», ne vous garantirait même pas l'assurance d'être exploité. Robot arrive... (à ne pas confondre avec automate)!
Bonne chance et bonne nuit

php




Près de 240 000 robots industriels ont été installés dans le monde en 2015

Il y a quelques années, Foxconn, le sous-traitant d'Apple ou de Samsung, possédait des usines parmi les plus grosses du monde, en Chine notamment. De véritables fourmilières où embauchaient tôt le matin des dizaines de milliers de jeunes ouvriers mal payés. Une époque bientôt révolue ?!

jeudi 26 mai 2016

Lois antiterroristes, loi travail : Comment le gouvernement affaiblit la possibilité d’une justice équitable pour tous

par Loïc Le Clerc
26 mai 2016




L’état d’urgence est prolongé jusqu’au 26 juillet, pour couvrir l’Euro 2016 et le Tour de France. Cet « état d’urgence » deviendrait-il permanent ? Réduire le rôle de la justice et des magistrats indépendants, au profit du pouvoir des autorités administratives, policières, politiques, voire même économiques, telle est la logique des récentes lois adoptées. Avec pour conséquences, la multiplication de retenues administratives sans avocat, des assignations à résidence sur décision préfectorale ou des interdictions de manifester, au prétexte d’un « comportement » suspect et non d’un délit avéré. Certains dénoncent une « porte ouverte aux dérives d’un pouvoir arbitraire ». L’État de droit est-il menacé ?

Pour les luttes urbaines. Les enseignements du mouvement de l'Alma-Gare

http://www.contretemps.eu/
26/05/2016



Pour les luttes urbaines. Les enseignements du mouvement de l'Alma-Gare

À travers une lecture du livre de Paula Cossart et Julien Talpin Lutte urbaine. Participation et démocratie d'interpellation à l'Alma-Gare, Antonio Delfini revient sur la question des luttes urbaines à la lumière de la dite "démocratie participative".

L’emploi dans le secteur des énergies renouvelables

26 mai 2016
Source : Irena

Commentaire:  À la lecture de cet article, nul trace du «vivier» d'emplois éolien promis à la fois par les promoteurs, la ministre, les élus, les ONG, etc. Et pourtant c'est pas de faute le marteler. À quoi cela sert que l'on paye si chère la fourniture d'électricité? On nous aurait menti?

Optimisons: ZÉRO ÉOLIENNE et BASTA!
php


Près de 8,1 millions de personnes dans le monde travailleraient dans le secteur des énergies renouvelables hors « grande hydraulique(1) » à fin 2015 selon les dernières estimations de l’Irena (Agence internationale des énergies renouvelables). C’est 5% de plus qu’à fin 2014. Cette progression est en particulier due à la baisse des coûts des technologies renouvelables ainsi qu’aux transitions énergétiques dans certains pays selon Adnan Z. Amin, directeur de l’Irena.

Inutile, coûteux, dommageable pour la santé, le cadre de vie, les paysages, le patrimoine, le tourisme

26/05/2016

Dossier Éolien industriel remis à M. Eric Fournier, Vice-président du Conseil Régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, le 12 mai 2016.

Saint-Jean-Lachalm
Saint-Jean-Lachalm en Haute-Loire

Communiqué de presse :

Ce 12 mai 2016, une délégation représentant une cinquantaine d’associations de défense de l’environnement de la Région Auvergne-Rhône-Alpes (AURA) a rencontré Mr Eric Fournier, vice-président de la Région délégué à l'environnement, au développement durable, à l'énergie et aux parcs naturels régionaux.
Cette rencontre a permis aux associations de dénoncer l’essor incontrôlé de l’éolien industriel dans la Région, d’alerter sur les dérives préoccupantes liées à cette filière énergétique industrielle, et de formuler des propositions pour orienter les politiques publiques dans le sens d’une plus grande efficacité sur les plans énergétique, climatique, économique et environnemental.
Dans le contexte régional actuel, le développement de la filière éolienne est de fait :
  • inutile, au regard des surcapacités de production électrique dans la région, et de l’absence d’emplois locaux induits par la filière ;
  • coûteux, compte tenu des avantages considérables accordés aux opérateurs éoliens ;
  • dommageable pour la santé des riverains, le cadre de vie et les paysages, le patrimoine naturel et culturel, et l’attractivité résidentielle et touristique de la Région.
Suite à l’annulation par la justice administrative du Schéma Régional Eolien Rhône-Alpes en 2015, et tout récemment de l’ensemble du Schéma Régional Climat-Air-Energie (SRCAE) pour l’Auvergne, il est urgent de reconsidérer la planification éolienne dans la Région AURA au regard de l’ensemble des enjeux pertinents, et de donner aux politiques publiques en la matière la légitimité démocratique et l’acceptabilité sociale qui, en l’état, leur font défaut.
Le dossier de presse ci-joint précise l’argumentaire et les propositions des associations.

Contacts :



php

Eolien : le Sénat fait de la résistance

sppef.org
26/05/2016

Les sénateurs sont toujours aussi déterminés à protéger les paysages, le patrimoine historique et... notre cadre de vie.
Soutenons-les : activons-nous dans l'espace public et médiatique. Sortons de notre «réserve». Sacrifions pour quelques temps un peu de notre confort pour en jouir à satiété, après.
L'été sera chaud

ZÉRO ÉOLIENNE et BASTA!

php








Haute-Marne, langres : "EolienLangres", demain en vrai!?

Laissons encore la majorité des femmes et hommes politiques, les promoteurs, les propriétaires et locataires terriens, l'Administration préfectorale et les services annexes définir notre cadre de vie et demain voilà à quoi ressemblera, pour la grande majorité d'entre nous, le quotidien!

«Je ne savais pas que c'était si simple de faire son devoir quand on est en danger»
Jean Moulin (1899-1943)


NON à ÉOLIENLANGRES


Pour rappel: Liste non exhaustive!





création association Les vues imprenables


php

 

Autoconsommation : les Français sont-ils vraiment intéressés ?

http://www.batiactu.com
Carine Lauga,
le 25/05/2016


Commentaire:Après l'éolien «participatif», le gogo se voit proposer un nouveau «terrain de jeu» autopiègeàcons.fr. Avec à la manœuvre en chef d'orchestre comme pour l'éolien: SuperRoyal, le syndicat SER, etc; 
Mougeon un jour, mougeon toujours!?

php

© AS Abwicklung und Solar-Service AG i.L.

À l'heure où des mesures sont prises pour donner un coup d'accélérateur au dispositif de l'autoconsommation d'électricité dans les secteurs tertiaires, combien de Français seraient intéressés par investir dans l'énergie solaire pour leur propre compte ? Des réponses ont été apportées au cours du premier colloque sur l'autoconsommation qui s'est tenu ce mercredi.
Annoncé comme un événement pour le secteur, le 1er colloque national dédié à l'autoconsommation photovoltaïque a tenu ses promesses. Si la ministre de l'Environnement n'était pas physiquement présente pour l'ouverture de la manifestation, ce mercredi 25 mai 2016, elle a néanmoins pu faire passer une annonce importante pour le secteur.

Ainsi, Virginie Schwarz, directrice générale de l'énergie au ministère de l'Environnement, a relayé le lancement d'un appel d'offres dédié à l'autoconsommation, qui ciblera différents secteurs, industriel, agricole ou tertiaire, et sera ouvert à diverses technologies, le photovoltaïque bien sûr, mais aussi l'hydroélectricité (moulin...). D'une capacité de 50 MW, dont 10 réservés à la Corse et à l'outre mer, il concernera des projets entre 100 et 500 kW, soit environ 500 projets, a précisé la représentante de Ségolène Royal. Avant d'ajouter que le cahier des charges de cet appel d'offres sera défini avant l'été.


Jean-Louis BAL, Président du SER et Arnaud MINE, Président de SER-SOLER, se sont réjouis : « Le lancement de cet appel d'offres, que nous attendions depuis de nombreux mois, est une bonne nouvelle. Nous avons fait des propositions pour tester l'autoconsommation dans un contexte financier sécurisé. Cet appel d'offres nous semble être une première étape vers d'autres expérimentations à l'échelle d'un îlot urbain, nécessitant une adaptation du cadre réglementaire. En ce qui concerne les autres segments de marché, nous sommes désormais très impatients que la Ministre annonce les résultats de l'appel d'offres ZNI, lance les appels d'offres pluriannuels dédiés aux bâtiments et aux centrales au sol, et publie le nouvel arrêté tarifaire, pour achever de donner toute la visibilité dont notre secteur a besoin ».


Des Français intéressés mais prudents

Pour remettre dans son contexte, le « phénomène » qu'est devenu l'autoconsommation, comme l'a souligné Daniel Bour, président d'Enerplan, organisateur de ce colloque, un sondage OpinionWay a été réalisé, intitulé « Les Français et l'autoconsommation photovoltaïque »*.

En premier lieu, ils sont une très large majorité (86%) à savoir que l'on peut produire sa propre électricité grâce à des panneaux solaires. Et que produire et consommer de l'électricité avec des panneaux solaires peut surtout s'avérer moins cher que de l'acheter chez un fournisseur d'énergie (68%). La recherche d'un avantage financier est donc la première motivation des particuliers.

Des particuliers qui seraient prêts à investir (47%), d'abord pour devenir autonomes (15%), ensuite pour couvrir entre 20 et 40% de leur consommation (23%), et pour couvrir plus de 50% de leur consommation pour 9% d'entre eux. Cependant, notre le sondage OpinionWay pour Enerplan, quand on évoque la question de l'échéance de leur projet, ils ne sont que 10% à l'envisager dans moins de deux ans, contre 62% dans plus de cinq ans.


Vers un label PV Autoconsommation ?
Ainsi, trois freins principaux ont été identifiés par l'institut de sondage : le cadre réglementaire, connu par seulement 23% des personnes interrogées ; le coût financier pour 37% d'entre eux ; un manque de confiance dans les entreprises installatrices. D'ailleurs, sur ce point, ils sont 63% à déclarer qu'ils auraient plus confiance en une entreprise certifiée QualiPV. Dans une table ronde qui a suivi la présentation de ces résultats, Teddy Puaud, directeur général adjoint de l'organisme de certification Qualit'ENR, a ainsi rappelé que, si 98.4% des clients se disaient satisfaits lors de audits après installation d'un équipement PV, il y avait des craintes à avoir dans la mesure où, à ce jour, il n'existe pas d'éco-conditionnalité pour l'autoconsommation, ni d'obligation de qualification et encore peu de contrôle de la part de Consuel. « C'est un nouveau marché pour certains 'éco-délinquants' », n'a-t-il pas hésité à dire. Laissant entendre qu'un nouveau label PV Autoconsommation pourrait être créé prochainement…

Enfin, une petite moitié des répondants (49%) souhaiteraient un accompagnement de leur fournisseur d'électricité. Rappelons qu'ERDF a décidé récemment, d'agir en faveur des autoconsommateurs, en assumant le coût d'un second compteur et en avançant la mise en place des compteurs intelligents Linky au 1er janvier 2017 au plus tard.

*Enquête réalisée du 27 au 28 avril 2016 par questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI auprès d'un échantillon de 1.010 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Éoliennes: Article de 2011: 3 nouveaux arrêtés précisent le cadre juridique.

https://www.facebook.com/profile.php?id=100009908201303
Véronik Bise Glaciale Glaciale
Sophie Fabrégat: Rédactrice en chef adjointe
Sophie Fabrégat, journaliste
21/05/2016

Après la publication de deux décrets jeudi organisant le classement ICPE des éoliennes, trois textes sont parus au JO ce week-end afin de préciser les dispositions générales liées au fonctionnement et à la cessation d'activité de ces installations.
La semaine dernière, deux décrets relatifs au classement ICPE des éoliennes, très attendus par la profession, étaient publiés au Journal officiel. Dans la foulée, samedi 27 août, trois arrêtés ont été publiés, venant préciser les dispositions générales relatives au fonctionnement et à la fin d'activité des éoliennes.

Nucléaire : la grève gagne les centrales

 (...) En cas d'interruption de la production, des systèmes de sécurité sont en place pour importer de l'électricité des réseaux étrangers, notamment d'Allemagne,(...)»
Sauf que dans ce cas précis, on fait comment? 

php



***



Paolo Garoscio 
25 mai 2016 Toutes les raffineries de France sont à l'arrêt, mais le gouvernement ne semble pas enclin à revenir en arrière sur la loi Travail. Résultat : les syndicats ont haussé le ton et le mouvement de contestation prend de l'ampleur. Désormais, c'est le réseau électrique qui est menacé.

Les centrales nucléaires à l'arrêt
Mardi 24 mai 2016 dans la soirée, un nouveau front contestataire contre la loi Travail s'est ouvert : la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine a voté la grève et entre dans le mouvement. Jeudi 26 mai 2016, huitième journée de mobilisation nationale contre le texte de la loi Travail, deux réacteurs de la centrale seront à l'arrêt, ce qui risque de causer des soucis sur le réseau et des baisses de tension.
Dès mardi 24 mai 2016, des perturbations ont été enregistrées avec des coupures, notamment à Nantes et Marseille. Elles auraient été le fait de divers manifestants, qui ont agi directement sur le réseau et l'approvisionnement en électricité, et ne seraient pas liées à la grève dans les centrales.

Une pénurie d'électricité à craindre ?


Marie-Claire Cailletaud, porte-parole de la CGT Énergie, était l'invitée de BFMTV mercredi 25 mai 2016 dans la matinée. Elle a précisé que le mouvement de grève concerne toutes les centrales de France et non uniquement la production nucléaire. La CGT Énergie demande le retrait de la loi Travail, comme la CGT Pétrole ou la CGT Transports, mais veut également mettre en avant la situation du secteur, dont l'ouverture à la concurrence menace la stabilité.
Néanmoins, aucune pénurie d'électricité n'est à craindre en France jeudi 26 mai 2016: En cas d'interruption de la production, des systèmes de sécurité sont en place pour importer de l'électricité des réseaux étrangers, notamment d'Allemagne, ainsi que pour rediriger la puissance, afin de maintenir un niveau minimum chez les particuliers, au détriment de certaines industries gourmandes en énergie.

11e schéma régionale climat air énergie (SRCAE) et schéma régional éolien annulé par la justice

www.vosgeshorizondurable.fr
25/05/2016

Par arrêté du 19 avril 2016, le Tribunal Administratif de Lille a annulé le SRE de la Région Nord-Pas de Calais.

Cette annulation fait suite à dix autres en Aquitaine, Ile de France, Basse Normandie, Rhône-Alpes, Bretagne, Limousin, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Lorraine, Pays de Loire, Auvergne et Midi Pyrénées (partiellement).

À chaque fois l'État a été condamné et l'hécatombe continue...

mercredi 25 mai 2016

L'éolien offshore français, un gouffre financier pour le consommateur

par André Bertin 
25/05/2016


Commentaire:  Même le Danemark, le cador mondial
 de l'industrie éolienne, prend conscience d'«aller dans le mur» économique avec cette stratégie du «tout éolien» et l'exprime par l'intermédiaire de son gouvernement.
Et en France? «Cela va mieux!» nous dit monsieur le président de la République. Nous avons SuperRoyal qui s'occupe de tout. Faisons lui confiance, elle a l'expérience: Ancienne présidente de la région Charente-Poitou avec les succès que nous savons.
Quand à la majorité de «mougeons»? Ils se préparent à... l'Euro de foot, au Tour de France cycliste, aux jeux olympiques et aux... vacances. Rappelez nous en septembre.
php


Le Danemark vient d'abandonner cinq projets d'éolien offshore

Au moment où la France s'engage à fond dans l'éolien en mer, le Danemark, pays le plus avancé dans ce domaine, pense faire marche arrière en annulant 5 projets offshore. Pourquoi? Parce que l'électricité qu'ils produiraient serait trop chère.

mardi 24 mai 2016

Grande-Bretagne, éolien : les aérogénérateurs causent un stress chronique chez les blaireaux

Et en France, chez les mougeons? Ne le dîtes pas à SuperRoyal, elle et ses «amis» nous prennent déjà assez pour des blaireaux...

RÉSISTANCE

LA VIE, TU L'AIMES COMMENT?
AVEC GOURMANDISE et... SANS ÉOLIENNE!


php
 
***


Agnew, Roseanna ;Smith, Valerie ; et Fowkes, Robert 
21 mai 2016

ABSTRACT: A paucity of data exists with which to assess the effects of wind turbines noise on terrestrial wildlife, despite growing concern about the impact of infrasound from wind farms on human health and well-being.

In 2013, we assessed whether the presence of turbines in Great Britain impacted the stress levels of badgers (Meles meles) in nearby setts. Hair cortisol levels were used to determine if the badgers were physiologically stressed. Hair of badgers living >1 km of a wind farm had a 264% higher cortisol level than badgers <10 km from a wind farm. This demonstrates that affected badgers suffer from enhanced hypothalamo-pituitary-adrenal activity and are physiologically stressed. No differences were found between the cortisol levels of badgers living near wind farms operational since 2009 and 2012, indicating that the animals do not become habituated to turbine disturbance. Cortisol levels in the affected badgers did not vary in relation to the distance from turbines within 1 km, wind farm annual power output, or number of turbines. We suggest that the higher cortisol levels in affected badgers is caused by the turbines’ sound and that these high levels may affect badgers’ immune systems, which could result in increased risk of infection and disease in the badger population.

Roseanna C. N. Agnew, Valerie J. Smith, and Robert C. Fowkes
Royal Veterinary College, Royal College Street, London, UK
Zoological Society of London, Regent’s Park, London, UK
Scottish Oceans Institute, University of St. Andrews, St Andrews, Fife, UK

Journal of Wildlife Diseases, 52(3), 2016

Après les raffineries, grève annoncée dans les centrales nucléaires

Par Denis Cosnard
24.05.2016

Commentaire: Même pas peur! Nous avons les éoliennes  et le vent (si pas en «grève») en secours. Elles ont fait leurs preuves. Confiance. Et le malheur des uns fait le bonheur des autres: Tous les anti-nucléaires déclarés! On dit merci qui?


php



Après les raffineries, les centrales nucléaires vont-elles être bloquées à leur tour ? Telle est en tous les cas la menace agitée par la CGT-Energie. La puissante fédération du secteur a décidé, mardi 24 mai, de lancer un appel au personnel d’EDF pour compliquer la production électrique jeudi, journée d’action syndicale dans l’ensemble du pays. L’objectif consiste à faire pression sur le gouvernement pour obtenir le retrait de la réforme du code du travail.

Lire : Le patron de la CGT se hisse au rang de chef de l’opposition à la loi travail

La CGT, rejointe dans certaines unités par Force ouvrière, a prévu des blocages de sites jeudi, des barrages pour filtrer l’accès du personnel, mais aussi des baisses de production électrique. Elles pourraient aller jusqu’à l’arrêt complet de certaines centrales. La direction d’EDF se prépare à faire face à ces perturbations, même si elle ne peut pas, pour l’heure, en prédire l’ampleur.

« C’est en ce moment que se joue le sort du [projet de] loi travail, donc c’est maintenant qu’il faut agir, argumente Marie-Claire Cailletaud, porte-parole de la fédération CGT-Énergie. Jeudi, nous appelons donc le personnel à participer au mouvement et à faire monter la pression, que ce soit par des baisses de charge ou des coupures sur le réseau. »
Coupure de courant à Plan-de-Campagne

A la centrale de Nogent-sur-Seine (Aube), le personnel réuni en assemblée générale a voté dès mardi après-midi le principe d’une action forte à partir de mercredi à 22 heures « La baisse de charge pourrait conduire à l’arrêt des deux réacteurs », précise Arnaud Pacot, secrétaire général de la CGT-Énergie de l’Aube.

La journée de mardi a aussi été marquée par des coupures de courant revendiquées par les salariés en colère contre la loi El Khomri. A Plan-de-Campagne, près de Marseille, le plus grand centre commercial d’Europe a été victime d’une interruption de ce type, selon la CGT, et d’autres ont eu lieu à Nantes.

« Ce genre d’actions va s’accentuer au fil des jours, assure Marie-Claire Cailletaud. On ne le fait pas par plaisir, et on souhaite que le mouvement soit le plus court possible. Mais c’est le premier ministre qui a les cartes en main… »

Dans les raffineries, la situation s’est durcie dans la journée. L’intervention mardi matin des forces de l’ordre pour débloquer les accès aux dépôts pétroliers de Fos-sur-Mer et de Lorient a incité le personnel à faire bloc. En France, « il y a maintenant huit raffineries sur huit en grève », selon la CGT, qui souhaite clairement paralyser le pays pour que le gouvernement renonce à son projet de loi.

lundi 23 mai 2016

Jura : l'association «les Amis de semange» vous invite

lesamisdesermange.fr


Dimanche 5 juin 2016 à partir de 11H30
L'association des amis de Sermange (Jura) vous invite dans ce village, à un concert suivi d'un pique-nique. 

Cette journée sera un moment de détente placée sous le signe de la convivialité, de rencontre, de nouvelles connaissances ...... venez nombreux, vos ami(e)s, votre famille, vos voisins .... seront les bien venus.













php

« Clients de BPCE, les taux négatifs arrivent !! »

Charles Sannat 
20 mai 2016





 Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Comme nous l’apprend cet article du Monde, le groupe Banques populaires et Caisses d’épargne, ce qui représente tout de même deux des plus grands réseaux bancaires de notre pays, a décidé d’appliquer les taux d’intérêt négatifs à ses clients.

Lozère : les paysages sous la pression des éoliennes industrielles

Moins d'habitants = plus d'éoliennes. Plus d'éoliennes = moins d'habitants. La «diagonale du vide» a encore de beaux jours devant elle.


php

***

Aurélie Delmas (Reporterre)
23 mai 2016




Dans le département le moins peuplé de France, les projets d’implantation d’éoliennes industrielles se multiplient. Les opposants s’inquiètent des dégâts paysagers dans un territoire où le tourisme est une ressource essentielle, mais certaines communes, en mal de financement, se laissent tenter.

Lozère, reportage
Elles sont ici probablement les plus hautes constructions de la main de l’homme depuis la cathédrale gothique de Mende, qui culmine à 84 mètres. Elles, ce sont les éoliennes qui dominent les crêtes de la Lozère, jusqu’à 126 mètres de hauteur. Une vingtaine de mâts sont censés ouvrir la voie à de nombreux autres projets éoliens dans le département le moins peuplé de France, au grand dam de militants mobilisés depuis une dizaine d’années, et toujours vent debout contre une source d’énergie qui, selon eux, ne serait pas vertueuse.
Loin de ceux qu’il appelle les « écolos de salon », Michel Cogoluègnes est un historique de ce combat. Pourtant, il n’a pas été révolté par les premiers projets éoliens. « Quand j’ai entendu parler du projet Lou Paou pour la première fois [sept éoliennes sur les communes du Chastel-Nouvel, et de Rieutort-de-Randon mises en service en 2006], je me suis dit : “Pourquoi pas, c’est très bien.” Ça a été ma première réaction. » Dans l’absolu, les éoliennes, il n’a rien contre. Il a d’ailleurs le projet d’en installer une derrière sa maison, non loin du village de La Villedieu, où neuf éoliennes sont prévues. Sauf que, chez le porte-parole de l’association Les Robins de la Margeride, l’aérogénérateur ne dépassera pas la taille d’un arbre, soit une douzaine de mètres de haut.


Un élément de poids dans l’escarcelle des militants
L’action collective d’une dizaine d’associations réunies dans le collectif Patrimoine lozérien a permis qu’il n’y ait « pas eu de nouvelle éolienne en Lozère depuis trois ans », selon lui. « On fera tout pour qu’il n’y en ait pas une de plus », ajoute-t-il. Pourtant, les projets, plus ou moins avancés, ne manquent pas. Si tous aboutissent, 126 éoliennes parsèmeront le nord du département, une zone pourtant peu battue par les vents.


Michel Cogoluègnes est un historique du combat contre les éoliennes industrielles en Lozère et porte-parole de l’association Les Robins de la Margeride.


D’après EDF Energies Nouvelles, contacté par Reporterre au sujet des éoliennes installées en 2006 (Lou Paou), “le gisement de vent sur la zone de projet, significatif, permet l’implantation d’éoliennes”, et “les chiffres sur l’exploitation et la production (...) sont satisfaisants. Le parc permet de subvenir aux besoins en électricité de 14 000 habitants soit la population de la ville de Mende, située à 10 Km du parc”, nous a-t-on expliqué par courriel.

Gisement de vent ? La carte indique en fait que le département n’est pas vraiment une ressource
éolienne.

 
Les vents les plus lents sont en rouge, les plus rapides en bleu. Le nord de la Lozère est parmi les endroits les moins venteux du Languedoc-Roussillon.
Quant à l’électricité produite, elle repart dans le réseau national. Alain Bertrand, ex-maire de Mende et sénateur socialiste du département nous dit d’ailleurs regretter “qu’on ne puisse pas utiliser localement l’électricité produite”.
En ce mardi ensoleillé du mois de mars, Michel se réjouit de l’avis défavorable qui a conclu, la veille, la seconde enquête publique sur l’extension de Lou Paou avec cinq éoliennes supplémentaires. 418 observations, dont 295 défavorables, ont été déposées. C’est deux fois plus de réactions que pour la première enquête publique qui s’était, elle aussi, terminée par un avis défavorable. Dans son rapport, la commissaire enquêtrice s’interroge : « Pourquoi doit-on insister sur ce projet, alors qu’un cumul de raisons suffisantes peut nous amener à la conclusion que l’agrandissement du parc Lou Paou n’est pas adapté ? » Cet avis n’est que consultatif et la décision sera prise, en bout de course, par le préfet. Mais il constitue un élément de poids dans l’escarcelle des militants.





Car, ici comme ailleurs, l’éolien est à la mode. À peine cinq jours plus tard, et malgré deux enquêtes publiques défavorables, le préfet a donné son feu vert pour l’implantation de cinq éoliennes à Champcate, sur les mêmes communes. Les opposants entendent déposer un recours. Mais la loi de transition énergétique et l’objectif des lois Grenelle de 19.000 mégawatts installés pour l’éolien terrestre en France en 2020 incitent les promoteurs à déployer de plus en plus d’éoliennes.
La Lozère n’est ni un territoire propice, ni un territoire non-propice. Elle fait partie intégrante du territoire français, lequel doit aller vers le développement d’une énergie durable”, considère Alain Bertrand, qui aurait néanmoins souhaité que les projets répondent à un schéma départemental et non régional, afin de réduire les nuisances sur les paysages et “d’évaluer le tribut de chaque département en matières d’énergies renouvelables”.
En 2012, la Direction départementale des territoires lozérienne a fixé à 120 mégawatts le « potentiel maximum » du département en termes d’énergie éolienne terrestre. À ce jour, la Lozère a une capacité de production installée de 34 mégawatts.


« On n’a pas le droit de sacrifier un paysage unique en France et peut-être en Europe »
La faiblesse des vents n’est pas rédhibitoire pour les promoteurs, qui bénéficient d’un prix d’achat de l’électricité par EDF garanti pendant 15 ans, à 82 euros le mégawattheure pendant, au moins, les dix premières années. Ce prix est plus de deux fois supérieur à celui de gros européen. En contrepartie, une contribution au service public d’électricité, ou CSPE, est prélevée sur les factures des clients EDF pour soutenir les énergies renouvelables. « Ils viennent chez nous parce qu’il y a peu de population, que la terre n’est pas chère, et qu’ils pensent qu’il y aura peu d’opposition », dit Pascale Debord, présidente de l’Association de protection des bassins du Bès et de la Truyère


Les éoliennes déjà installées de Lou Paou

Sur place, les élus locaux se laissent souvent convaincre, alors qu’une grande majorité de petites communes fait face à des difficultés financières, car les éoliennes sont lucratives : taxes foncières, cotisations des entreprises, imposition forfaitaire sur les entreprises de réseau (Ifer)… Plus les éoliennes sont nombreuses et puissantes, plus ça rapporte.
Concernant l’extension du parc Lou Paou, EDF-EN précise que “la majorité des communes ont apporté leur soutien à ce projet de densification de l’éolien à l’issue de l’enquête publique (7 sur 10 communes ont répondu favorablement)”, et ajoute qu’”un loyer pour 3 éoliennes sera reversé à la commune d’implantation, la Contribution économique territoriale et l’Impôt forfaitaire sur les entreprises de réseaux reviendra à la Commune et à la Communauté de Communes, au département et à la Région”. Nos demandes d’explications concernant le “loyer” en question sont restées sans réponse.
« Cela revient à se couper un bras pour toucher une rente d’invalidité ! » raille Michel Cogoluègnes, persuadé que la seule motivation des élus « n’est pas le réchauffement climatique, c’est de toucher de l’argent ». Pourtant, les menaces sur l’emploi touristique ne seront probablement pas compensées par la dizaine de postes de maintenance envisagés. Pour les habitants proches des installations pèse aussi la crainte d’une dévaluation de leurs biens.
Alors, en Lozère, même si la population est partagée, les militants locaux sont convaincus : l’industrie éolienne n’a rien à faire dans ces paysages préservés. « On capitalise sur l’image, l’absence d’industrialisation. Si ce capital est bousillé par quelques maires capables de vendre le bien commun, cela rejaillira sur tout le monde », s’emporte Pascale Debord. Dans une délibération du 21 décembre 2012, le conseil général de la Lozère a d’ailleurs donné « un avis défavorable à tout développement de l’éolien sur le territoire de la Lozère au regard de ses espaces dont la forte identité paysagère et environnementale est incompatible avec ce type d’implantation ». « On n’a pas le droit de sacrifier un paysage unique en France et peut-être en Europe », enrage Catherine McLean, présidente de l’Association des riverains du Bès. 


Schéma régional éolien du Languedoc-Roussillon.

Si les paysages sont menacés — les éoliennes du projet Lou Paou II doivent atteindre 126 mètres de haut —, la biodiversité pourrait l’être aussi. Les vautours fauves et moines, les milans royaux, les buses, mais aussi les chauve-souris courent des risques de collision avec les grandes pales des éoliennes. Au sol, après le dessouchage des arbres et la construction des voies d’accès pour les engins, ce sont pas moins de 300 à 450 m3 de béton qui sont coulés pour le socle de chaque éolienne. « Ce n’est pas une mince affaire, les dégâts sur l’environnement sont considérables notamment sur le réseau hydrographique et les sources au sommet des montagnes », ajoute Pascale Debord.


Le sujet cristallise de fortes tensions
« Quand on voit les terrassements, le coût du fioul utilisé, le cuivre nécessaire, on se demande en quoi les éoliennes sont écolos », souligne Michel Cogoluègnes. « Nous avons le désir de conserver le capital environnemental intact pour les générations futures. Je considère que nous sommes les vrais écologistes », abonde Pascale Debord. Sans compter que « l’intermittence de la production conduit à l’utilisation d’autres formes d’énergie sans bénéfice écologique », comme le note Catherine McLean. D’ailleurs en 2012, le parti EELV, pourtant favorable au développement des énergies renouvelables sur le plan national, a pris position contre l’éolien en Lozère.





Le sujet est complexe et il cristallise de fortes tensions : « Des gens ne se parlent plus dans les villages, on en est là », regrette Michel Cogoluègnes, qui note que, pro ou anti, tous les habitants subiront les conséquences de l’implantation des éoliennes. Et selon lui, la situation n’est pas sur le point de s’améliorer car les promoteurs pratiquent la politique du pied dans la porte : les éoliennes installées servent d’argument pour agrandir les zones d’implantation, on parle alors d’« extension » du parc existant. La hantise des militants lozériens, c’est que le scénario aveyronnais se duplique. Dans ce grand département voisin, une centaine d’éoliennes ont été installées et les projets en cours prévoient l’arrivée de 250 aérogénérateurs.

Lire aussi : Les éoliennes de Lozère, au mépris de paysages uniques
Source : Aurélie Delmas pour Reporterre
Photos : © Aurélie Delmas/Reporterre