lundi 30 juin 2014

Parc Vannier-Amance: tract n°3

Nous venons tout juste de le valider. Bonne lecture et faîtes-en bon usage.




Vannier-Amance : UN PROJET ÉOLIEN DÉMESURÉ

Trop d'éoliennes, trop hautes, trop près des maisons

samedi 28 juin 2014

Parc Vannier-Amance: actions-terrains

Après une phase de concertation, d'élaboration d'une stratégie, nous sommes passés à l'action proprement dite.

25 juin 2014
J.L.F s'est entretenu au nom du collectif avec la journaliste locale du Journal de la Haute Marne (JHM), l'article paraîtra bientôt dans votre journal préféré.

mercredi 25 juin 2014

Haute-Marne, Pressigny : le projet de ZI éolienne Vannier-Amance



Si vous avez aimé les premiers photo montages de nos futurs paysages aux alentours de Pressigny, vous ne serez pas déçus par les petits nouveaux. Et n'oubliez pas :

« NOS PAYSAGES ET NOTRE SANTÉ NE SONT PAS À VENDRE!»

Photomontage: J.L.F
php



Avant

Les recettes fiscales de l'éolien industriel



Comme toute activité économique installée sur un territoire, les parcs éoliens donnent droit à des recettes fiscales pour les collectivités territoriales. La loi de finances de 2010 a modifié cette fiscalité en supprimant la taxe professionnelle (TP) et en la remplaçant, pour les éoliennes, par :

- L'imposition forfaitaire sur les entreprises de réseau (IFER),
- La contribution économique territoriale (CTE) constituée de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) et de la contribution foncière des entreprises (CFE).
Elles sont réparties entre la commune, les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) ou les Communautés de communes, les départements et les régions.
- L 'IFER est partagée entre la commune (20%), l' EPCI, si existant (50%) et le département (30%)
- La CVAE est partagée entre le bloc communal (26,5%), le département (48,5%) et la région (25%)
- La CFE est perçut dans sa totalité par le bloc communal (commune et EPCI)

Concernant la répartition des recettes au sein du bloc communal, celui-ci dépend du régime fiscale de l' EPCI ( fiscalité additionnelle, fiscalité professionnelle de zone, fiscalité éolienne unique, fiscalité professionnelle unique) et aussi de la volonté des communes et de l' EPCI. Notre Communauté de communes (Vannier Amance) a pour régime fiscal la fiscalité additionnelle sans fiscalité de zone (FPZ) et sans fiscalité professionnelle sur les éoliennes (FPE).

Meuse, Verdun et Douarmont : le danger éolien


Une honte pour la France
-Le saccage des lieux de mémoire de la grande guerre

-Des projets éoliens menacent les lieux de mémoire de Verdun et de Douarmont.

La société QUADRAN a déposé en septembre 2013 une demande d’autorisation de permis de construire pour son projet de parc éolien sur la commune d’ Esnes-en-Argonne et Montzeville.

Le projet concerne l’implantation de 10 éoliennes de 150 mètres de haut et de 3,2 Mw à 1200 mètres des habitations en plein cœur de la cote 304 classée Zone Rouge.

Le Collectif "Les Coqs sans éoliennes" a pour but de défendre une Zone Historique en plein Centenaire, de soutenir nos villages et les protéger de la désertification déjà conséquente et de les défendre au cœur de ce bel environnement si lourdement meurtri par le passé et symbole de Paix aujourd’hui.

Le secteur d’implantation projeté est considéré comme « Zone de Respiration ».

De plus l’immédiate proximité des lieux de mémoire que sont le Bois de Mort-Homme, la Butte de Vauquois (classée monument Historique du 22-09-1937), la Zone Rouge du champ de bataille de Verdun et le Fort de Douaumont (classé Monument Historique du 25-11-1970), sont tous situés sur des reliefs de côtes ; par conséquent les éoliennes se verront depuis Douaumont, la butte de Vauquois et de la butte de Montfaucon.

Enfin, un cimetière militaire français sera aux pieds de l’une de ces éoliennes.

Aveyron : les éoliennes, c'est le capitalisme

Grégory Souchay
lundi 23 juin 2014



Extraits
[...À la frontière entre Aveyron et Tarn, Christian Bernard représente, pour sa part, une fédération nationale regroupant pas moins de neuf cents associations, unies sur un slogan : « Zéro éoliennes ». Il rejette toute collusion avec les pro-nucléaire - « d’ailleurs, même AREVA fait de l’éolien maintenant », et ajoute : « Nous ne sommes pas hostiles en soi au nucléaire, mais la solution est avant tout de réduire les dépenses d’énergie ».
Pour achever de nous convaincre, il nous conduit en voiture à quelques kilomètres de chez lui. Au beau milieu de la campagne et des sentiers étroits, nous découvrons effarés une installation électrique de deux hectares. « Ça, ça peut accueillir jusqu’à deux cent éoliennes. » Et voyant notre surprise : « On ne vous avait pas parlé des pylônes et des transformateurs ? »


-Transformateur de plus d’un hectare implanté depuis deux ans à deux pas de la commune de Moulin Mage en rase campagne .


Aux carrefours des autoroutes de l’électricité

C’est l’aspect le plus visuel mais pourtant le moins visible quand on parle des éoliennes. Comme nous l’explique Richard Simon-Labric, syndicaliste CGT chez EDF et mandaté sur les questions énergétiques en Midi-Pyrénées :« L’énergie ne se stocke pas. Il faut donc pouvoir en permanence l’intégrer dans le réseau afin de maintenir la fréquence et la tension. Or, le réseau actuel ne correspond plus à l’arrivée des éoliennes. Il faut créer de nouveaux transformateurs et de nouveaux réseaux. »
Un aspect que Carole Joly, de l’association Plateau Survolté a bien remarqué : « Chaque parc éolien a besoin d’un petit transformateur pour acheminer son électricité sur le réseau. Mais avec le développement de tous ces projets éoliens dans le sud du Massif central, les réseaux sont saturés ».
C’est ainsi que cette conseillère municipale de la commune de Saint-Victor-et-Melvieux, dans le Sud Aveyron, découvre en avril 2010 un projet caché de transformateur électrique géant à un kilomètre de chez elle. « Neuf hectares avec doublement des lignes de très haute tension, soit vingt-quatre lignes au total au dessus de nos têtes ! » énumère Lionel Jacolinot, son compagnon.
L’objectif : « Transformer l’énergie qui passe en 225 000 Volts en 440 000 volts et l’acheminer aux quatre coins de l’Europe. Pas de chance : nous habitons justement sous une de ces autoroutes de l’énergie »...]

php

Les 7 pêchés capitaux de l'éolien industriel

https://reporterre.net/
le 30 juin 2009

Entretien donné par Yves Verilhac 

La prolifération des éoliennes sert-elle l’écologie ou le capitalisme vert ?
Les promoteurs de l’éolien industriel se sont assis sur un nombre important de principes de base enseignés par l’écologie, sans doute dans l’espoir d’un changement du contexte énergétique.

Mais faute d’avoir su encadrer cette volonté politique au niveau local, le pari est déjà perdu quelques années seulement après avoir nationalement « dopé » ce secteur industriel.

mardi 24 juin 2014

Parc Vannier-Amance: L'enquête publique


Ça y est. L'enquête publique a débuté. Mais au fait, c'est quoi une enquête publique? et à quoi cela sert-il? Un peu de temps plus un peu de concentration et voici quelques éléments de réponse :

lundi 23 juin 2014

Parc Vannier-Amance: le Collectif «les vues imprenables»




Tous les membres du collectif «Les Vues Imprenables» vous souhaitent la bienvenue et espèrent vous retrouver à leurs côtés pour défendre les magnifiques paysages haut marnais, la douceur de vivre et au-delà du territoire, protéger l'environnement et la qualité du «vivre libre» dans un monde moderne et en mouvement. En avant toute.

Parc Vannier-Amance: un projet démesuré

L'éolien industriel pose plus de problèmes qu'il n'en résout

-29 éoliennes type offshore de180 mètres de haut chacune,
-Nos paysages défigurés par le nombre et par la hauteur de chaque machine,