ÉNERGIE, 2012-2022 : les décisions inappropriées de l' État et leurs graves conséquences pour les Français

  " La réalité ne pardonne pas une seule erreur à la théorie. "
   Léon Trotski, 1879-1940


php

***  

Énergie : “ L’anticipation, c’est admettre qu’il y a des inconnues et se préparer au scénario du pire , déclare la ministre de la Transition énergétique, Agnès Runacher

La réponse de Jean-François Raux, ex- Directeur général de l'Union Française de l’ Électricité, UFE*
   Mme Agnès Runacher, ministre de la Transition énergétique, honte à vous ! Nous sommes plusieurs à avoir alerté ce gouvernement et ses prédécesseurs, depuis 2012, sur les graves conséquences des décisions stupides de fermeture de centrales, le retard de la relance du nucléaire en matière de sécurité d’approvisionnement électrique.
   Les mêmes vous ont alerté sur la dangereuse sous-exploitation du parc nucléaire actuel, la dégradation vertigineuse de sa disponibilité qui n’est pas due totalement à des problèmes de corrosion.
   Vous, et vos prédécesseurs, vous avez laissé EDF faire et vous l'avez découragé en annonçant la fermeture de 14 centrales : décision stupide! Il vrai que la baisse de la production nucléaire, déjà bien engagée, n’aurait plus été à faire ; et, en plus, cette politique satisfaisait pas mal de monde...
   Vous avez bourré le mou des Français avec un discours pompeux et coûteux en manière d’ éolien et de solaire, or, ces deux sources de production n’ont jamais été en mesure d'afficher une puissance garantie**, et donc, elles ne peuvent pas apporter la garantie indispensable d'une sécurité d’approvisionnement. Et pourtant, vous continuez. Vous avez incité Réseau de transport d'électricité, RTE [gestionnaire du réseau de transport d'électricité, qui a pour mission l'équilibre entre production et consommation et ce, à chaque seconde] à publier des scénarios de complaisance qui cochent toutes les cases de l’écologiquement correct, mais aucune de la sécurité d’approvisionnement, sa responsabilité de base. Une trahison des clercs de la République.
   Alors ne venez surtout pas nous dire que c’est la guerre en Ukraine qui sera responsable des problèmes de défaillance de sécurité d’approvisionnement électrique cet hiver, où que les Français n’auront pas remplis leur “ devoir de sobriété ” : vous risquez de grosses manifestations. J’y serai!
   Dans le domaine du gaz, vous avez laissé Engie littéralement démolir les contrats gaz de la France : “ le gaz, c’est un vieux métier, plus à la mode, alors vendons pour faire des ENR ” disait la brillante dirigeante de l’époque. Si la doctrine GDF de gestion des approvisionnements avait été maintenue, on n’aurait même pas senti l’impact de la guerre en Ukraine, en France. Mais non, là encore, on a fait " mode " : le maaaaarché !
   Alors ne venez pas nous dire qu’il faut se préparer au scénario du pire : vous avez deux quinquennats de retard et vous attaquez le troisième sur des bases mensongères, encore pire. C’est irresponsable, pitoyable. Une fois de plus les Français vont payer pour vos conneries.

Pourtant, les solutions idoines pour éviter la catastrophe annoncée existent...
  1. Si, dans les années 90, on avait POURSUIVI les efforts de remplacement du fioul et du gaz par l’électricité nucléaire, on n’en serait pas là, quasiment dans une impasse !!
  2. Si l’on avait poursuivi la doctrine d’approvisionnement à long terme de Gaz de la France, portée par GDF, au lieu de basculer dans le tout marché à CT [produits spot qui permettent aux expéditeurs d'équilibrer et d'optimiser à court terme leur portefeuille], voulu par l’Europe, on n’en serait pas là, quasiment dans une impasse!!
  3. Si l’État, actionnaire à 86% d’EDF, avait exigé une performance normale d’EDF dans le nucléaire nouveau et existant, et fait les choix nécessaires au niveaux des Hommes et du management, on n’en serait pas là, quasiment dans une impasse!!
  4. Si on avait accordé autant d’importance à la sécurité d’approvisionnement qu’à la gesticulation pseudo-climatique qui a conduit à fermer des centrales électriques pilotables, on n’en serait pas là, quasiment dans une impasse!!
  5. Si on n’avait pas laissé se dérouler un face à face mortifère entre l’Autorité de sûreté nucléaire, ASN***, à l'exigence de sûreté jamais égalé dans le monde, " ceinture et bretelles*** ", au nom du principe de précaution, et EDF, dans un jeu du " chat et de la souris "****, et, ainsi, renforcer les impératifs de sûreté au delà du raisonnable, on n’en serait pas là, quasiment dans une impasse!!
  6. Si on n’avait pas eu une Règlementation Thermique [Bâtiment] qui ne parlait pas de CO2 et qui pénalisait l’électricité au profit du gaz dans le neuf et l’existant, on n’en serait pas là, quasiment dans une impasse!!
  7. Si on continue à utiliser la sobriété comme roue de secours des erreurs politiques, et à ne pas mettre en place un vaste plan d’efficacité énergétique avec le passage des fossiles, fioul ET gaz, à l’électricité, on risque de rester dans l’impasse pour longtemps!!
  8. Si on n’allège pas dans le domaine de la sûreté nucléaire tout ce qui est du ressort de la " sur-sûreté ", inutile en termes de couverture de risques raisonnables, on risque de rester dans l’impasse pour longtemps!!
  9. Si on ne simplifie pas les procédures de construction des ENR et du nucléaire, pour gagner du temps et de l’efficacité, on risque de rester dans l’impasse pour longtemps!!
  10. Si on nationalise EDF, sans revoir l’organisation industrielle de toute la filière nucléaire et de l’ingénierie, maintenance et construction, et, sans changer le management, on risque de rester dans l’impasse pour longtemps!!
  11. Si on persiste et signe, avec la nationalisation d’EDF, dans les histoires d’ " Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique ", ARENH, et de prix de l’électricité, sans avoir une exigence de performance en termes de disponibilités du parc et de délais de construction des centrales, on risque de rester dans l’impasse pour longtemps!!
  12. Si l’on ne se rend pas compte que les impératifs de sécurité d’approvisionnement et de souveraineté énergétique sont aussi importants que les impératifs climatiques, on risque de rester dans l’impasse pour longtemps!!
  13. Si l’on ne traite pas une bonne fois pour toute, de manière appropriée et efficace le problème de la précarité énergétique, on risque de rester dans l’impasse pour longtemps!!
   D'autres solutions sont à envisager. Mais celles énoncées ci-dessus sont les priorités absolues. Pour les mettre en œuvre, il faudrait un certain courage politique car ces 13 points notifiés impliquent un choix et une action déterminés de la part de l' État! Oui, du courage et, surtout pas, du... " en même temps "!

* Association professionnelle du secteur de l’électricité. Elle représente les entreprises de l’ensemble de la chaine de valeur du secteur électrique français : producteurs, gestionnaires de réseaux, fournisseurs d’électricité et de services d’efficacité énergétique. https://ufe-electricite.fr/qui-sommes-nous/presentation-de-ufe/
** En électricité, qu’est-ce qui risque de provoquer un blackout ? C’est quand la puissance appelée par les consommateurs, ne peut plus être produite par les usines d’électricité, incapables de fournir toute la puissance demandée. Or, dans un système électrique, la puissance appelée doit être à tout INSTANT égale à la puissance produite, sinon, c’est la “ grande panne ”. La puissance appelée
n’est pas constante. Elle est plus forte le matin et le soir, et, bien sûr, en hiver plus qu’en été.
*** L' ASN est rattachée au programme budgétaire 181 « Prévention des risques » du Ministère de la Transition énergétique. "... Historiquement, le contrôle visait à s’assurer de la conformité technique des installations et des activités. Mais son champ d’action s’est élargi. Aujourd’hui, le contrôle englobe également les facteurs organisationnels et humains : il prend en compte les comportements individuels et collectifs et le management, par exemple. Il prend également en compte les aspects environnementaux ainsi que la radioprotection des travailleurs... " Source
****  Avec un luxe de précautions, sans prendre de risque.
***** Laisser des espoirs à une personne que l'on a vaincu d'avance.

HAUTE-MARNE, FAYL-BILLOT-LÈS-ÉOLIENNES : l'église Notre-Dame-en-sa-Nativité élue par la mission Bern

BRAVO!...
   La Mission patrimoine, parrainée par Stéphan Bern, un des animateurs préférés des Français : 2eme du classement 2021, va ainsi apporter un soutien financier, non négligeable, à la réhabilitation de l'église.
  Passé l'émotion à l'annonce des résultats, vient naturellement la question : mais pourquoi ce projet, en particulier, a été retenu? Les vues ont leur petite idée! Sans nul doute, que cette année, le jury et M. Bern, en particulier, ont du être très sensibles, au fait, que, depuis l'année dernière, le monument est flanqué, de part et d'autre, de 9 cerbères éoliens, sur les 17 machines, au total, que comprend l'usine dit " Vannier amance ". 😁
  De là, à ce que toutes celles et tous ceux, les loueurs de terre, nombre d'élus, dont le conseil municipal de la commune concernée et les autorités, qui ont permis et autorisé la construction de l'usine, s'imaginent que, quelque part, ce don financier, c'est un peu grâce à eux et... à leur ami éolien, il n'y a que " la rue à traverser ".

 Hier

 Photo : © Micheline et Michel BEAUBOUCHEZ (F5PLC)

  Aujourd'hui



Fayl-Billot-lès-Éoliennes : vu depuis les hauteurs de Buissières-lès-Belmont, D125, les Plains bois ; distance à vol d'oiseau : ~7km.  Photos : PHP

  Tu peux, toi aussi, soutenir financièrement le projet de la " rénovation de la Grande église ", en faisant un don : c'est ICI

Les deux églises de Fayl-Billot-lès-Éoliennes
  Le bourg accueille deux églises :

  • L' église Notre-Dame : " L'église Notre-Dame date de la première Renaissance. Elle a depuis 1874, date de sa destruction partielle, les proportions d'une chapelle, mais fut église prieurale de bénédictins avant d'être paroissiale. Il est fait mention de l'édifice en 1260. De cette église ne reste que le choeur et l'abside polygonale, gothique flamboyant, l'ancienne chapelle prieurale au nord, et une chapelle Renaissance au sud, avec fenestrage aux lancettes en anse de panier. Elle est partiellement détruite en 1874. Il subsiste une tourelle couverte de bardeaux de châtaignier et donnant accès aux voûtes. À l'intérieur, présence au nord d'un oratoire. Le nom du maître d’œuvre est gravé au pied d'une fenêtre : Jehan Noirot, maître-maçon à Neuvelle-lès-Voisey. "
  • elle appartient à la commune et est classée au Monument historique, MH, par arrêté du 26 mars 1942. Source

Ancienne église Notre-Dame ; photo : Jean-François Feutriez

  • L'église Notre-Dame-en-sa-Nativité : "... a succédé en 1869 à une église du XVIe siècle, dont il reste le choeur qui est classé. La mobilisation des habitants avait été très importante à l'époque : des dons équivalant à 150 000 € et le soutien de Monseigneur Georges Daboy, archevêque de Paris et natif de Fayl-Billot. L'église témoigne également de l'héritage des vanniers de la commune. La Saint-Antoine, patron des vanniers, y est d'ailleurs toujours célébré. " Source
  • L'église est non classée

 Toute à la fois, sauvegarder le Patrimoine et le détruire, n'est-ce pas la parfaite illustration du " en même temps " ou " tout et son contraire ", si cher à notre guide suprême...

jhmQuotidien 2022 08 30  

 

 php

QUAND LE MOT " LIBERTÉ " S' ÉCRIT AU PLURIEL

Raymond Aron, 1905-1983 14 mars 1905   Naissance de Raymond Claude Ferdinand ARON, à Paris rue Notre-Dame-des-Champs. Dernier des trois gar...