mardi 30 septembre 2014

Transition énergétique : y-a-t-il un pilote dans l’avion ?

 Jean-Pierre Riou

Connait-on réellement l’objectif du développement éolien ?




Des sommes d’argent public d’une importance sans précédent sont engagées dans le développement éolien, symbole de la transition énergétique, engagement phare du gouvernement. Mais connaît-on réellement l’objectif de ce développement ?

Les éoliennes, bien sûr, ne sont pas plus laides que des pylônes haute tension et leur destruction est bien moins à craindre que celle d’une centrale nucléaire. Deux arguments de poids qui séduisent l’opinion publique. Mais cette opinion ne prêterait-elle pas à ces machines d’autres vertus, auxquelles elles ne sauraient prétendre et ne se ferait-elle pas quelques illusions sur la gratuité du vent ?

Au seuil du grand sommet de Paris 2015 sur le climat, les esprits s’agitent en raison des prévisions alarmantes du GIEC concernant le réchauffement climatique et des pics de pollution qui affectent les grandes villes. Ce contexte justifie l’effort financier considérable demandé à tous.


L’impact limité des énergies vertes sur le changement climatique
Pourtant, il importe de savoir que la production d’électricité ne représente que le dixième des émissions françaises de CO2 (29.5MtCO2 pour 350MtCO2 au total) et que dans notre parc de production d’électricité, exempt d’émission de CO2 à plus de 90%, seule, la production de pointe, chargée de l’adéquation avec la consommation et majoritairement assurée par les centrales « cycles combiné à gaz » (CCG), en est responsable.
Or, non seulement les éoliennes sont bien incapables d’assurer ce rôle, mais leur intermittence aléatoire augmente les besoins de ce recours aux centrales thermiques à flamme. Personne ne semble avoir remarqué que notre « modèle allemand », qui est tout de même parvenu à passer de plus de 1000Mt de CO2 annuels en 1990 à 760Mt de CO2 actuellement, a réussi à réduire ses émissions dans tous les secteurs sauf celui de production d’électricité !

Ce qui est un bien grand paradoxe quand on sait que ses énergies renouvelables lui coûtent plus de 20 milliards d’euros chaque année ! Curieusement, cette absence totale de résultat mesurable dans le domaine de la réduction du CO2 par les éoliennes est pudiquement voilée aux Français.

Elle est pourtant clairement dénoncée en ces termes par le Commissariat Général à la Stratégie et la Prospective (CGSP) : « Trois principales technologies renouvelables ont gagné en diffusion : L’éolien, le photovoltaïque et la biomasse. Reconnaissons qu’aucune de ces technologies ne peut avoir de réel impact sur le changement climatique »
Et surtout, le CGSP remarque : « chose incroyable, il n’existe aucune analyse des impacts des énergies renouvelables sur les émissions mondiales, prenant en compte l’intermittence, les cycles complets du carbone et les substitutions entre production et consommation du carbone dues aux prix élevés ».

Certaines études, comme celles de Civitas établissent même que les éoliennes, en raison de leur intermittence, entraînent une augmentation de CO2.


Le développement éolien serait-il susceptible de créer des emplois ?

Les incantations à la « croissance verte » sont malheureusement démenties par toutes les études indépendantes qui prennent en compte les principaux paramètres. Chacun de ces emplois verts, lourdement subventionné, détruirait plusieurs emplois existants, entre 3 et 4 selon les études.
En tout état de cause, le rapport des 400 experts de l’ ANCRE indique que le secteur éolien emploie 5 fois moins de personnes que n’importe quelle autre filière conventionnelle, en phase d’exploitation. Et que penser de la phase de construction, pour laquelle nos entreprises n’ont pas installé un seul MW éolien sur notre sol en 2013 ?

La Commission Européenne a d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme, par la voix de M. Tajani, son vice-président, qui considère que cette course chimérique entraîne un massacre systématique de notre industrie. Démonter ces aérogénérateurs géants, qui défigurent nos paysages et bouleversent les cadres de vie, serait, assurément, bien plus créateur d’emploi. D’autant que l’impasse qui se dessine pour les énergies intermittentes permettrait, pour une fois à la France, d’être précurseur dans une filière d’avenir.

L’indépendance énergétique a bien été évoquée parmi les atouts de la filière, puisque nous n’aurions pas à importer le vent.

Les prévisions 2014 de RTE dissipent à nouveau les illusions

En effet, pour la première fois, la France, jusqu’alors premier exportateur mondial d’électricité (AIE 2013), ne sera plus en mesure d’assurer sa propre alimentation dès l’hiver prochain. Elle sera dépendante de la production de ses voisins européens, eux-mêmes menacés d’un black-out, aussi bien en cas d’épisode anticyclonique de grand froid qu’en cas de surproduction des énergies aléatoires, comme celle des éoliennes allemandes qui a déjà fait trembler les responsables de l’équilibre du réseau européen et qui est clairement décrite dans le rapport de l’ ENTSOE.

Marché de dupes






La raison de cette fin de notre indépendance énergétique est la concurrence déloyale des aides publiques et du tarif obligatoire accordés aux éoliennes qui ont amené les centrales conventionnelles à fermer leurs portes. Nombre d’élus ne jurent pourtant que par ce développement pour « valoriser » leurs territoires grâce aux retombées fiscales.

C’est faire semblant de ne pas savoir que chaque éolienne (2MW), qui coûte 200 000€ chaque année à la collectivité (860 millions d’euros de surcoût 2014 pour 8 500 MW, selon la délibération CRE du 09/10/2013), ne permet en réalité que le retour d’une bien maigre partie de cet effort de tous les ménages, même les plus modestes, à savoir environ le dixième de la somme versée. Ce qu’on peut bien qualifier de marché de dupes.

Les prophètes de la transition énergétique s’obstinent à vouloir faire rimer « intermittent » et « durable », deux notions qui, par nature, sont pourtant antinomiques.
Et pour tenter de résoudre cette quadrature du cercle, ils multiplient les surcoûts par les subventions rendues nécessaires aux centrales conventionnelles afin d’éviter leur fermeture, par des milliers de km de lignes haute tension supplémentaires pour optimiser les interconnexions dans le but de valoriser le prétendu « foisonnement » des vents français et européens, par les milliards d’euros (7Md€) destinés au développement des « compteurs intelligents » supposés plier la consommation aux caprices météorologiques et par la course insensée au stockage de l’énergie, dans laquelle l’état actuel des technologies et des connaissances ne permet pas d’envisager de solution à moyen terme pour un coût acceptable.

Cette obstination permet ainsi de payer 5 fois chaque KWh… pour aboutir donc à une pénurie et sans même savoir s’il sera possible, un jour, de gérer l’augmentation programmée de cette intermittence. Non seulement il n’est pas raisonnable de consacrer une telle quantité d’argent public dans la promotion de cette intermittence qui ne tient aucune de ses promesses, mais il est difficile de trouver une seule bonne raison pour dispenser cette filière d’assumer elle-même les surcoûts considérables entraînés par l’incertitude de sa production.

L’argent public n’étant pas renouvelable, chaque euro engagé pour ce soutien manquera cruellement dans des domaines comme l’isolation des habitations, infiniment plus créateur d’emploi et dont l’impact sur les émissions de CO2 n’est plus à démontrer. Le tableau ci-dessous, élaboré par « Sauvons le Climat » et présenté par J.M. Jancovici devant le Sénat finira peut être de convaincre ceux qui croient encore au fameux « foisonnement » des vents qui est supposé lisser les productions européennes.

La production nationale, quant à elle, variant avec une amplitude allant de 1 à 100, avec 63 MW le 15 novembre 2012 et plus de 6 000 un mois plus tard, le 27 décembre. (Eco2mix).




Pourquoi nous parle-t-on si peu du formidable potentiel de la géothermie dont les ressources ne sont pourtant pas intermittentes ? Et sommes-nous donc tellement convaincus que les énergies de demain ne sauraient être contrôlables pour échafauder toute l’organisation du secteur électrique autour de cette intermittence ?

En tout état de cause, le recours à l’énergie nucléaire ne semble même pas remis en question, puisqu’au moins un nouvel EPR doit voir le jour d’ici peu. Fort heureusement, des signes explicites annoncent la fin prochaine de la récréation.

La Commission Européenne vient de réduire considérablement les possibilités de subvention, les difficultés financières se multiplient dans la filière, des dévalorisations d’actifs sont cachées aux actionnaires et l’impasse vers laquelle nous précipite le développement forcené des énergies intermittentes se dessine de plus en plus clairement.

C’est la raison pour laquelle le Traité de Lisbonne a cru devoir rappeler la souveraineté des États en matière de mix énergétique, ce que confirme le projet de nouveau cadre d’action de la Commission Européenne en matière de climat et d’énergie pour 2020/2030, qui supprimerait le caractère contraignant pour les États du respect de leurs engagements dans le domaine des énergies renouvelables.

Ce contexte a rendu les banques de plus en plus frileuses dans ce secteur d’investissement. Faut-il y voir la raison du recours croissant à l’argent public par la BPI, la Caisse des dépôts, les « projets citoyens participatifs » ou autres miroirs aux alouettes ?

Warren Buffett aimait répéter que lorsque son chauffeur songeait à acheter, c’était qu’il était grand temps de vendre. C’est bien exactement ce qui se passe dans le domaine éolien. Même le risque financier est désormais engagé avec notre argent.

Peu de politiques ignorent, en fait, les incohérences de ce développement. Elles ont été clairement exposées dans l’avis développé par J.M. Le Guen à l’Assemblée Nationale, enregistré en octobre 2013. Cet avis, qui mérite une lecture attentive, confirme les signaux d’alerte de la Cour des Comptes, du Commissariat Général à la Stratégie et à la Prospective, comme ceux de la Commission Européenne ou des énergéticiens européens. Les études indépendantes sont accablantes pour tous les secteurs dans lesquelles les éoliennes se présentaient comme une solution. D’autres études existeraient-elles, qui plaideraient pour les atouts de ces « Jurassic parcs éoliens » selon l’excellente expression de L. Grangeon ?

En tout état de cause les demandes en ce sens au ministère de l’Écologie restent à ce jour sans réponse. Quand un homme honnête s’aperçoit qu’il s’est trompé, il a le choix entre cesser de se tromper ou bien cesser d’être honnête. Le dilemme étant, bien sûr, encore plus épineux en cas de promesse électorale sur un créneau porteur. Il faut du courage, car il peut en coûter cher de vouloir faire évoluer les choix politiques ». Mais l’art du pilotage ne demande-t-il pas de savoir éviter les obstacles ?

La transition énergétique est strictement contemporaine à la crise économique que traverse l’Europe. Les subventions qui lui sont consacrées sont d’une ampleur inédite. Ses répercussions sur les compétitivités nationales et les finances publiques sont considérables.

La responsabilité de cette politique erratique dans l’effondrement de l’économie européenne devra inévitablement être étudiée. Des slogans publicitaires ne sauront suffire


php

lundi 29 septembre 2014

Champagne Ardenne: Économie avec les chiffres


La réalité des chiffres sur la situation économique catastrophique de la région Champagne Ardenne (RCA, MAG, automne 2014)


Énergies renouvelables: La France meilleure que l’Allemagne

N° 44 - Géopolitique de l’Electricité –
septembre 2014

Vous pouvez recevoir notre Newsletter « Géopolitique de l’Electricité » par simple demande par E-mail à geopolitique.electricite@gmail.com

Énergies renouvelables: Le modèle allemand à bout de souffle

par Lucas Léger
le 28 septembre 2014





Le sommet sur le climat, qui a eu lieu la semaine dernière au siège des Nations Unies à New York, ravive le débat sur le changement climatique, et aussi les peurs qui en découlent.

Les oiseaux ne se cachent plus pour mourir (interdit aux moins de 10 ans)


À nos amis du ciel!

Petite histoire canadienne

Recours collectif contre les Éoliennes de l’Érable : une décision bientôt


dimanche 28 septembre 2014

Lettre de deux victimes de l’éolien à l’Agence Régionale de Santé.



M et Mme Noury Didier                                              Agence Régionale de Santé
Rue…. (info privée)                                                   Médecin Inspecteur de la Santé
Village… (info privée)                                                56120 6 place des Colombes CS 14 253
RENNES 35042



Sujet :Prise en Compte de L’ARS




LETTRE OUVERTE : le 18 Septembre 2014



Monsieur L’inspecteur de la Santé Publique,

samedi 27 septembre 2014

Comment notre politique énergétique va nous faire reculer dans le monde


Publié le 20 mars 2014 dans Matières premières et énergie

La seule invocation de l’engagement contraignant de la France à plus d’énergie renouvelable ne pourra plus convaincre.

Par Jean-Pierre Riou.

jeudi 25 septembre 2014

Apprenons les nouveaux panneaux «éoliens»

«Promenons-nous dans les bois,
Pendant que l'éolienne y est pas,
Si l'éolienne y était,
Elle nous blesserait,
Mais comme elle y est pas,
Elle nous blessera pas,
Éolienne y es-tu?
Que fais-tu?
M'entends-tu?

Quelle sortie du nucléaire désirons-nous ?


Attac Suisse, 1205 Genève
suisse@attac.org
 12 mars 2014



L’éolien industriel, à quel prix ?




Au moment de la construction des deux éolienne de Saint-Brais, en automne 2009, le tsunami qui a déclenché la catastrophe nucléaire de Fukushima n’avait pas encore eu lieu. Pour justifier cette colonisation soudaine d’une région jusqu’ici préservée, il a été alors beaucoup question de pénurie d’électricité menaçante et imminente. La sortie du nucléaire n’était pas vraiment à l’ordre du jour et n’était servie que pour rallier quelques voix à la cause du vent de tempête qui menaçait la région.

dimanche 21 septembre 2014

L’agroécologie ne peut être que paysanne


Une des autres façons de concevoir la survie puis le redynamisme de notre territoire Vannier Amance : L’agroécologie.



En avant toute.

Lettre ouverte à la Compagnie Nationale du Rhône : pourquoi une visite de promotion est malvenue en Auvergne.

Bonjour Madame,
De nombreuses associations ont appris que vous sembliez organiser une visite de « promotion » de l’éolien le 19 septembre dans notre région.

Recensement des cas de souffrance physique ou morale dus aux éoliennes


Aux personnes qui souffrent physiquement ou moralement de la présence d’éoliennes près de chez elles, ou près de leur lieu de travail.

Éoliennes: La sécurité du territoire est-elle négociable ?



Un des députés de la Mayenne (1) a profité de l’audition de Ségolène Royal, par la commission spéciale chargée d’examiner le texte relatif à la transition énergétique, pour tenter de faire annuler les zones d’exclusion d’éoliennes demandées par l’armée française notamment dans son département.

jeudi 18 septembre 2014

Toute première commune électrifiée grâce aux déchets

Par Manon Laplace publié le 01/09/2014
Grâce à sa centrale de méthanisation, le Plessis-Gassot sera bientôt alimenté en électricité grâce à la décomposition de ses déchets non recyclables.


Le Plessis Gassot est la première commune française entièrement alimentée grâce à la méthanisation 

mercredi 17 septembre 2014

Le solaire et l’éolien… marchent au charbon !


30 AOÛT 2014 | PAR PIERRE YVES MORVAN



Imaginons un monde merveilleux, avec profusion d'éoliennes, partout, et de panneaux photovoltaïques, sans aucune centrale à combustibles fossiles... Imaginons maintenant une belle nuit étoilée sans vent, de celles qui font le bonheur des amoureux et des poètes… Ce serait une belle nuit sans électricité ; l’obscure clarté qui tombe des étoiles ne produit pas d’électrons.



Les énergies renouvelables, c'est juste de l'éolien ?

octobre 2003 - dernière modification : juillet 2014
site de l'auteur : www.manicore.com 

contacter l'auteur : jean-marc@manicore.com


À en juger par l'espace médiatique occupé par l'énergie éolienne dès qu'il est question d'énergies renouvelables dans la presse française, voire d'énergies tout court, il est assez tentant de penser, pour nous autres Français, qu'il s'agit là d'une contribution majeure dans l'ensemble des énergies d'origine renouvelable, ou au moins celle qui présente le plus fort potentiel. Passé cette première impression, que disent les chiffres ?

mardi 16 septembre 2014

Renouvelables: Chiffrer le coût de l'intermittence



Écrit par Pierre-Ernest *
Publication : 13 mai 2014
http://www.climatdeterreur.info


Lorsqu'on compare les coûts des différentes façons de produire de l'électricité, il est très fréquent que les partisans convaincus de l'énergie éolienne brandissent le coût de l'électricité produite par ces moulins en divisant simplement les coûts annuels (amortissements compris) des éoliennes par la quantité d'électricité effectivement produite, ce qui conduit très logiquement à un coût unitaire qu'ils arrivent maintenant à comparer au coût de l'électricité produite par les procédés classiques (hydraulique, nucléaire).

lundi 15 septembre 2014

L'éolien, un mirage industriel pour la France


Marché français de l'éolien à l'horizon 2020 : La rentabilité des exploitants de parcs, la structure de la concurrence et les mutations à l'œuvre au sein de la filière.

 par P. Gattet (XERFI, http://www.xerfi.com)


Permis refusés: Une victoire qui en appelle une autre

À la lecture des motifs invoqués, il y a une grande similitude avec le projet du parc Vannier-Amance. Donc, c'est possible! En avant toute.

C'est la même «chanson»


Devesset : vent de contestation contre un projet éolien

La possibilité d’implantation de 6 éoliennes à l’horizon 2014-2015 ne fait pas l’unanimité.


Le haut vivarais serait-il devenu un eldorado pour les promoteurs éoliens ? Depuis quelques années, les projets visant à profiter des pentes venteuses de cette partie de l’Ardèche se sont multipliés. 

samedi 13 septembre 2014

L'éolien confirme sa reprise en France


Par Manuel Moragues - Publié le 03 septembre 2014, à 10h37

Les nouveaux raccordements d'installations éoliennes sont en hausse au premier semestre par rapport à l'an passé. 2014 devrait marquer une reprise de l'activité après trois ans de baisse.

Vestas a créé la plus puissante éolienne du monde

PAR  PUBLIÉ LE  À 13H35

Eolienne offshore V164-8.0 MW
Les énergies renouvelables ne cessent de se développer en tant qu'alternatives durables aux énergies fossiles et au nucléaire. Dernière avancée en date, la puissance record de 8 mégawatts de la nouvelle éolienne offshore de l'entreprise Vestas.

Le fabricant d'éoliennes Vestas prépare la sortie de son nouveau modèle offshoreV164-8.0 MW, dont le premier exemplaire a été récemment installé au Centre national de test de grandes éoliennes du Danemark, situé près d'Østerild dans le Jutland, pour y être évalué. Sa capacité de production électrique de 8 MW, pour un vent atteignant les 25 m/s, en fait la plus puissante éolienne au monde.


La promesse des emplois verts tourne à la farce tragique en Europe, et bientôt en France (extraits)

Par Michel Gay*
emplois-verts

4 emplois sont perdus pour un emploi créé dans le secteur des énergies alternatives

Publié dans Matières premières et énergie
Par Richard North*


Une nouvelle étude confirme ce que d’autres avaient montré : Un emploi vert créé détruit en fait 3,7 emplois autres.


Une étude sur l’énergie renouvelable en Écosse nous informe maintenant que, pour chaque emploi créé dans le secteur des énergies alternatives, presque 4 emplois sont perdus dans le reste de l’économie.

Éoliennes: La grande escroquerie


« Il est temps que les Français, les politiques, les écologistes, un tant soit peu honnêtes, fassent cesser cette gabegie dont les conséquences seront à très court terme irréparables. »
Reportage et enquête d’Armel Joubert des Ouches* | Réinformation TV | 10 sep. 2014



vendredi 12 septembre 2014

Les énergies renouvelables sont loin d'être sans conséquences


  • Les Experts
    Les énergies renouvelables représentent aujourd'hui 5% de l'énergie
    consommée en France (hors hydraulique).
    5
    %

Cet article est une réponse à l'article de M. Daniel Moinier publié sur Economie Matin le 4 août 2014

Il n'y a qu'à... C'est un peu le fond de votre article. Tout est simple. On passe au vert dans une mesure convenable et tout le monde n'a plus qu'à être content. Mais c'est oublier que tout le monde ne l'est pas et à force de l'oublier, les rangs des mécontents grossissent. Le développement des énergies renouvelables a aussi des conséquences, et ce n'est pas parce que le courant est vert qu'elles sont négligeables. Il est même malhonnête de les négliger dans les scénarios.


jeudi 11 septembre 2014

L’Enfer sur Terre

Journal d’une voisine d’un parc éolien (2007)


Ce Journal a été méticuleusement tenu au jour le jour pendant 12 mois (janvier à décembre 2007), par une anglaise, Gail Mair, qui vit avec son mari Walter en Toscane,
Italie. Gail et Walter ont acheté leur petite maison il y a quelques années et ont décidé en octobre 2006, de s’y installer définitivement puisqu’ils arrivaient à la retraite.

mercredi 10 septembre 2014

Parc éolien à Vritz (lettre ouverte) à Monsieur le Préfet

Vritz est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).Elle est située à 30 km au sud-est de Châteaubriant, à 30 km au nord-est d'Ancenis, à 41 km au nord-ouest d'Angers, à 54 km au nord-est de Nantes.



Monsieur le préfet :

Nous ne faisons partie ni d’un groupement politique, ni d’une quelconque association, nous ne sommes que de simples citoyens futurs riverains d’un parc éolien soucieux de notre environnement et de notre cadre de vie.

Le marché de l’éolien en France est gangrené par la corruption

PHILIPPE DESFILHES (REPORTERRE)   mercredi 10 septembre 2014

Photos : 
. Chapô : Wikipedia ( Chris Lim / CC BY-SA 2.0)
. Billets : Pixabay (Unknown / Public Domain CC0)
Les cas d’élus locaux impliqués dans des prises illégales d’intérêt durant les attributions de parcs éoliens se multiplient, constate le Service central de prévention de la corruption. La mafia pourrait aussi être impliquée dans le phénomène, comme c’est le cas dans d’autres pays européens.

mardi 9 septembre 2014

Sortie de route pour la transition énergétique allemande


Wind turbines on a wintry field in Dithmarschen, Germany. December 2010. [BlueRidgeKitties/Flickr]


Factures d'électricité, coupures de courant et émissions de Co2 explosent en Allemagne. Le modèle de la transition énergétique allemande n'est plus. Un article d'EurActiv Allemagne.

Désaccords en Allemagne sur le coût de la transition énergétique

26/08/2014

La Cour fédérale des comptes d'Allemagne a formulé de vives critiques à l'encontre de l’« Energiewende » de la chancelière Angela Merkel, dont l'objectif est d'assurer une transition du système énergétique allemand vers les énergies renouvelables. Un article d'EurActiv Allemagne.

Enercon pose sa millième éolienne



MATTHIEU QUIRET - LES ECHOS | LE 30/01/2013





Contrairement à nombre de ses concurrents, l'entreprise allemande tient bon.

lundi 8 septembre 2014

Portugal : des chevaux et des éoliennes

http://www.voisinedeoliennesindustrielles.com


Les chevaux souffrent du voisinage des éoliennes, selon la thèse de maîtrise d'un universitaire portugais

Voici le résumé d'une étude portée sur un groupe de chevaux lusitaniens qui ont été suivi de très près durant 4 ans. Cette étude a fait l' objet d'une thèse de maîtrise à la Faculté de médecine vétérinaire , à l’Université Technique cas, à Lisbonne, achevée en 2012. (Traduction sommaire d'un article anglais, merci de m'en excuser...)

L'étude a été réalisée par Teresa Margarida Pereira Costa e Curto , conseiller : Dr Maria da Conceição da Cunha et Vasconcelos Peleteiro co-conseiller : Dr Maria Luisa Jorge Mendes

L'étude présente les résultats d'un haras où 11 poulains qui ont développé une déformations en flexion des membres antérieurs, après leur naissance . (déformation de flexion de l'articulation interphalangienne distale ) .



Dans ce haras , le propriétaire a élevé des chevaux normaux et physiquement en bonne santé depuis 2000 . Il n’a rien changé dans le régime alimentaire , l'exercice ou toute autre modification significative dans la gestion . En 2008 , les éoliennes ont été installées à côté de la propriété et des pâturages. Depuis cette date , un bon nombre de poulains et yearlings ont développé des déformations.

Nuisances de l'éolienne: Les mesures arrangées depuis 2004

Le Directeur de l’association australienne de protection de l’Environnement, Max Rheese, a réussi à se procurer un document INTERNE de Vestas. 

Parc Vannier-Amance: Rentables les éoliennes? Faut pas exagérer

Le comité de rédaction vient de boucler le tract n°8. Il sera bientôt dans votre boîte aux lettres mais, le voici présenté en avant-première.


BONNE LECTURE ET EN AVANT TOUTE.

samedi 6 septembre 2014

Éoliennes: L'armée vent debout

Coralie SCHAUB


ENQUÊTE


La possible extension des zones d’exclusion militaires provoque la crainte des professionnels.
L’armée française mettra-t-elle des bâtons dans les roues de l’éolien terrestre au point de compromettre son développement ? C’est ce que redoute la filière, qui s’affole d’un possible durcissement des contraintes militaires pesant sur les projets d’implantations. Bien que technique et discret dans les médias, le sujet devient brûlant : alertée, la ministre de l’Écologie et de l’Énergie, Ségolène Royal, cherche un compromis avec Jean-Yves Le Drian, son collègue de la Défense, avant le 1er octobre, date à laquelle commencera la discussion à l’Assemblée du projet de loi sur la transition énergétique censé doper les énergies renouvelables.

En quoi les éoliennes dérangent-elles les militaires ?

Pour faire simple, elles peuvent gêner les vols à très basse altitude - notamment des hélicoptères - et perturber la détection des radars. C’est pourquoi elles sont déjà non grata (ou très fortement contraintes) dans les couloirs d’entraînement des forces aériennes RTBA (réseau à très basse altitude), comme dans un rayon de 30 kilomètres autour des radars militaires. Ce que personne ne conteste chez les professionnels de l’éolien. La défense est d’ailleurs systématiquement consultée lors de l’élaboration des projets.



Sauf que l’armée supporte de moins en moins la cohabitation avec ces éoliennes de plus en plus hautes (en dix ans, les installations sont passées de 90 mètres à plus de 150 mètres) et de plus en plus nombreuses (au 1er août, le parc en exploitation atteignait près de 10 000 MW, deux fois plus que début 2010).


Résultat: Sur le terrain, notamment en Mayenne et en Aquitaine, l’armée se crispe «L’été dernier, elle a changé sa façon d’interpréter les règles. Du jour au lendemain ou presque, elle a bloqué 3 000 MW de projets quasiment aboutis, dont 2 500 MW avaient pourtant déjà reçu un avis favorable de sa part», déplore Sonia Lioret, déléguée générale du syndicat France Energie Eolienne (FEE) «Aujourd’hui, des milliers de mégawatts sont bloqués, c’est-à-dire qu’ils ont fait l’objet d’un avis négatif définitif de l’armée, confirme Jean de Saint-Chéron, du Syndicat des énergies renouvelables (SER). Et bien plus nombreux encore sont ceux qui pourraient l’être demain si la défense tranchait dans le sens d’un resserrement des contraintes».


«Putsch». Car voilà le sujet d’affolement: L’armée pourrait décider d’élargir la zone «interdite» autour des radars de 30 à 50, voire 60 kilomètres de rayon (en fonction de la taille des éoliennes) et refuser désormais tout projet dans les zones d’entraînement Voltac (secteur de vols tactiques) et Setba (secteur d’entraînement à très basse altitude). Au total, 9 000 à 10 000 MW seraient menacés. Autant que le parc actuel ! «L’armée est en passe d’interdire unilatéralement l’installation d’éoliennes sur près de 60% du territoire. Un vrai putsch !» s’alarme le président de l’association Planète éolienne, Benoît Praderie «Il est normal que l’armée impose des contraintes. Le problème est de savoir où on place la barre. Là, ce serait énorme», ajoute Sonia Lioret.


Le ministère de la Défense confesse que les éoliennes commencent sérieusement à gêner ses opérations. Ni qu’il prépare une nouvelle doctrine en la matière (tout en bloquant nombre de dossiers en attendant) «Le développement de l’éolien doit aussi permettre de maintenir sa compatibilité avec les activités défense. Dès lors que le constat a été fait que cette compatibilité pouvait être remise en cause - multiplication des champs éoliens, augmentation de la taille des éoliennes -, il est apparu nécessaire d’instruire de manière plus approfondie les dossiers, euphémise-t-il. La défense a lancé une étude visant à définir au plus juste ses propres besoins opérationnels en termes de zones très basse altitude en particulier. Il s’agit, pour elle, de ne pas se tromper, car une fois installée, une éolienne l’est pour très longtemps».


«En gros, l’armée dit qu’elle a été trop sympa jusqu’ici. Ce n’est pas complètement faux: Dans certaines zones, il y a tellement d’éoliennes qu’elle ne peut plus s’entraîner, admet Jean de Saint-Chéron, du SER. Mais son retournement est très brutal : les développeurs se retrouvent le bec dans l’eau après avoir engagé des dépenses très importantes. Si l’armée durcit sa position, elle devra au moins revenir sur ses avis négatifs là où elle en avait d’abord émis des positifs. Sans quoi les conséquences économiques seront désastreuses».

Compromis

Plusieurs parlementaires et élus locaux s’en sont émus «J’ai alerté Jean-Yves Le Drian il y a cinq mois», confirme François Patriat, sénateur PS de la Côte-d’Or «J’en ai parlé avec le directeur de cabinet de Le Drian. Pourquoi l’armée française aurait-elle besoin de restrictions plus importantes que dans d’autres pays ?» s’interroge le député EE-LV Denis Baupin. Ségolène Royal, qui souhaite selon son cabinet un compromis «pragmatique et équilibré», a, fin juillet, «confirmé un dialogue» avec son homologue de la Défense .


Des solutions existent: Radars complémentaires là où les éoliennes masquent le signal, pales et mâts «discrets» dotés d’un revêtement ne perturbant pas les radars, logiciel intégrant l’existence d’un parc dans le champ de détection… De quoi affiner les zonages éoliens. Rien n’est tranché. Mais les deux cabinets ministériels doivent se rencontrer physiquement ces prochains jours «Ce qui ne veut pas dire qu’on va se battre», rigole un conseiller.


Sur le site http://www.sia.aviation-civile.gouv.fr, la carte du jour des zones militaires basses altitudes (AZBA) est éditée pour l'ensemble du territoire.

Elle indique aux pilotes les zones d'activités et les précautions à prendre :

Type de restriction : Contournement obligatoire.

Entraînement militaire très grande vitesse très basse altitude. Le pilote militaire n’assure pas la prévention des collisions.


Exemple du 8/09/2014 :


Message AZBA du 08/09/2014 à 07h30 TU au 09/09/2014 à 04h47 TU

R45A BOURGOGNE 0800-1000:ACTIVE

R45B AUTUNOIS 0800-1000:ACTIVE

R45C ARBOIS 0800-1000:ACTIVE 1330-1500:ACTIVE

R45D DOUBS 0800-1000:ACTIVE 1330-1500:ACTIVE

R45NS 0730-1000:ACTIVE 1130-1330:ACTIVE

R45S1 FRANCHECOMTE 0730-1000:ACTIVE 1130-1330:ACTIVE

R45S2 LANGRES 0730-1000:ACTIVE 1130-1330:ACTIVE

R45S3 YONNE 0730-1000:ACTIVE 1130-1330:ACTIVE

R45S4 MACONNAISOUEST 0730-1000:ACTIVE 1130-1330:ACTIVE

R45S5 MACONNAISCENTRE 0730-1000:ACTIVE 1130-1330:ACTIVE

R45S61MACONNAISNORDEST 0730-1000:ACTIVE 1130-1500:ACTIVE

R45S62MACONNAISSUDEST 0730-1000:ACTIVE 1130-1500:ACTIVE

R45S7 JURA 0730-1000:ACTIVE 1130-1500:ACTIVE

R46E2 0800-1000:ACTIVE

R46F1 0800-1000:ACTIVE

R46F2 0800-1000:ACTIVE

R46F3 0800-1000:ACTIVE

R46G 0800-1000:ACTIVE

R46N1 CORBIERES 0800-1000:ACTIVE

R139 CHER 0830-1000:ACTIVE

R142 NIEVRE 0830-1000:ACTIVE

R143 AUVERGNE 0830-1000:ACTIVE

R144 LOIRE 0830-1000:ACTIVE

R145 CREUSE 0830-1000:ACTIVE

R165 VIENNE 0830-1000:ACTIVE

R191A HERAULTEST 0800-1000:ACTIVE

R191B HERAULTSUD 0800-1000:ACTIVE

R191C HERAULTNORD 0800-1000:ACTIVE

R193A TARNEST 0800-1000:ACTIVE

R589A LOT 0800-1000:ACTIVE

R589B LOT 0800-1000:ACTIVE

R590A MENDESUD 0800-1000:ACTIVE

R590B MENDENORD 0800-1000:ACTIVE

R591 ALLIER 0800-1000:ACTIVE




R592 CANTAL 0800-1000:ACTIVE









php

La CSPE: L'impôt pour les plus démunis

Baisse des impôts pour les ménages ?


Une mesure urgente et facile à prendre sur la CSPE pour doubler les économies dès 2014



Dépôt d'une requête au Conseil d'État

Dépôt d’une requête en conseil d’État contre le tarif préférentiel de rachat de l’électricité éolienne

Vent de colère Fédération nationale, la Fédération environnement Durable et l’association Contribuables Associés ont déposé le 2 septembre 2014 une requête conjointe en Conseil d’État pour faire annuler l’arrêté fixant le tarif préférentiel de rachat de l’électricité éolienne signé par Mme Ségolène Royal, Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie et publié le 1er juillet 2014.

mardi 2 septembre 2014

Chômage: 600 000 emplois dans l'agriculture, est-ce possible?


TERRE DE LIENS NORMANDIE
mardi 28 janvier 2014



Alors que le chômage atteint en France un nouveau sommet, économistes et politiques ressassent les mêmes idées qui ne marchent pas, «politique de l’offre», «charges des entreprises», et autres fadaises serinées depuis des années. Il faut changer la donne et la logique. S’engager dans des politiques écologiques. 


Une agriculture écologiste et créatrice d'emplois, c'est possible



RENCONTRES NATIONALES DES AGRICULTURES

mardi 2 septembre 2014



Devant la disparition continuelle du travail agricole et rural, il est urgent de réagir. Il faut réduire les inégalités liées aux revenus en répartissant équitablement les aides entre les grosses exploitations et les plus modestes. Et rompre avec le système agro-industriel qui échoue à créer de l’emploi et à nourrir les hommes.

lundi 1 septembre 2014

Lettre à MonsieurArnaud Montebourg

LETTRE DE JEAN-PIERRE RIOU À ARNAUD MONTEBOURG
Paris, le 25 août 2014


Monsieur le Ministre,



Les énergies renouvelables engloutissent 300 milliards

Ludovic Grangeon*
Les Experts 29-08-2014
http://www.economiematin.fr


À raison de 5 à 6 milliards par an, le modèle inefficace des énergies renouvelables, dont le rendement industriel est détestable, est entièrement à la charge exclusive des ménages, dont la précarité financière et énergétique va être durement frappée. 

Je me présente: Jean Marty, agriculteur à la retraite sur la commune de Vezins

Remplacez le canton de Vezins par le canton de Fayl-Billot,le Lévézou par l'Amance et l'Aveyron par le Sud Haute Marne, et notre avenir est tout tracé si le projet du parc Vannier Amance voit le jour. Alors, un seul mot: RÉSISTANCE.

En avant toute.