dimanche 31 août 2014

Les énergies renouvelables engloutissent 300 milliards

Ludovic Grangeon*
Les Experts 29-08-2014
http://www.economiematin.fr


À raison de 5 à 6 milliards par an, le modèle inefficace des énergies renouvelables, dont le rendement industriel est détestable, est entièrement à la charge exclusive des ménages, dont la précarité financière et énergétique va être durement frappée. 



Les 30 milliards d'économie du Gouvernement vont être entièrement mangés sur 5 ans par ce seul gâchis.


Depuis les études approfondies effectuées par l'IFO, institut allemand d'économie très respecté,http://www.cesifo-group.de/ifoHomeainsi que par d'autres organismes comme l'Economic Policy Center au Royaume Uni,http://www.cepr.org la même démonstration revient désormais sans cesse: Les subventions massives injectées à prix d'or dans les énergies renouvelables depuis 8 ans ont abouti dans tous les pays à un modèle industriel inefficace. Bien pire, des lobbies financiers ont en partie détourné cette manne et s'en sont servi comme des instruments de défiscalisation massive, ainsi que de manœuvres spéculatives en zone grise du droit.


Les volumes sont considérables. Au Royaume Uni comme en Allemagne, pourtant souvent cités comme exemple dans le passé, les estimations sont situées entre 80 et 100 milliards d'euros sur une période de 5 à 7 ans.


«Grâce à des subventions pour des technologies inefficaces, pas un seul nouvel emploi n'a été créé, mais la richesse a été détruite». Nous ne la regagnerons jamais.


Le constat est terrible. Le Président de l'IFO, Hans Werner Sinn, le résume ainsi sur la faillite en trois points :


Efficacité des outils: « Celui qui prétend que des emplois nets ont été créés doit prouver que le capital investi pour la production d'énergie dans les nouveaux secteurs est plus faible que dans les anciens. Il n'y a aucune indication dans ce sens» Il aura fallu en plus construire en masse des centrales à charbon pour faire face au risque de coupure généralisée... 



Emploi: Après un mirage annoncé par des actions de communication des lobbies spéculatifs amis, jamais confirmé, la bulle artificielle se dégonfle très vite. Les emplois du secteur ont déjà baissé de 7 % en 2014 et le solde négatif va s'accélérer. Le maximum d'emplois annoncés n'a jamais dépassé le tiers des objectifs. 100 milliards auront été ainsi dépensés pour créer artificiellement 60 000 postes de travail entretenus par une fiscalité supplémentaire à la charge des ménages exclusivement, ce qui ampute d'autant leur pouvoir d'achat en période de crise et de déflation. Payer directement chaque emploi créé reviendrait 5 fois moins cher !!!



Dans une réponse à une question écrite de Madame Guigou, le Gouvernement vient de justifier des tarifs quatre fois supérieurs de l'électricité en faveur de l'éolien par la « création de 10 000 emplois». Aucun observatoire, aucune statistique n'ont jamais étayé un seul de ces emplois, dont la réalité est proche en fait de 650, soit moins de 10 % du mirage annoncé.


Les machines sont totalement issues de l'étranger par importation massive ou par licence locale à bas prix, sans compter les pièces détachées issues d'Inde ou de Chine. Aucune recherche développement n'a été effectuée depuis six ans, hormis un habillage cosmétique. C'est comme si on nous expliquait que la recherche aujourd'hui consiste à améliorer de vieux minitels pour aller sur Internet ...

Ludovic Grangeon est partenaire fondateur de « Parménide », réseau d'appui à l'innovation sociale de l'entreprise, Président de l'Adermob, association de développement local et durable en Auvergne. Promoteur de l'axe «Entrepreneuriat de l'économie sociale» à l'ESDES Lyon, également membre du comité stratégique national Afnor management et services.
Il a successivement exercé  dans l'aménagement du territoire, les collectivités locales, en France et auprès de gouvernements de pays émergents, puis à la Caisse des Dépôts et Consignations en région et à la direction générale Paris (affaires internationales et recherche), gérant de portefeuille industriel dans un groupe international de capital risque, ensuite Président et Directeur Général de sociétés Veolia/Dalkia énergie région Sud Est, expert auditeur Afnor/Communauté Europénne, puis secrétaire Général du GIE Agirc Arrco.




php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire