mardi 3 mars 2015

Greenpeace ou la trahison.

J'ai lu qu'un collectif d'associations, dont Greenpeace, et de professionnels "de la branche" comme on les appelle, s'est formé pour dénoncer les mesures votées par la Sénat français, aussi celle de Monsieur Jean Germain qui demande une distance de 1 kilomètre entre éoliennes industrielles et habitations. 

Je suis très affectée par ce genre de réaction qui pour moi s'apparente à une manœuvre politique qui fait fi de ceux qui souffrent ou subissent les conséquences des monstruosités que leur réservent ceux qui prétendent vouloir le bien de l'humanité.


L'actualité prouve à quel point le bruit, la négligence sociale, les nouvelles technologies, j'en passe et des pires, affectent l'humanité dans sa santé physique et psychologique. Chaque fois que le doigt est mis sur une source coupable de ces effets désastreux, ceux qui en tirent un profit quelconque n'ont de cesse que tenter d'étouffer les cris de ceux qui s'en plaignent ou la dénoncent.


Ils me dégoûtent. N'importe quel individu dotée d'un peu de charisme est capable de comprendre le contenu de l'intervention de Monsieur Germain et d'en tirer les conclusions qui s'imposent. Au lieu de cela, ils tirent dessus à boulets rouges dans le simple but de défendre l' os qu'ils rongent, quitte à ce que d'autres crèvent de leur acharnement à détruire des lieux où vivent ceux qu'ils ont rayés de la carte de leur fichu avenir vert et durable!


Les éoliennes ont gravement modifié la régularité de mon sommeil, le vent mauvais qui les a poussées jusqu'ici continue de déverser son lot de misères sur ce qui est devenu le terrain de jeu de ces salopards acharnés, incapables de protéger la beauté de la nature et du silence et de respecter les hommes.




À lire encore ici, des révélations qui seront sans aucun doute minimisées ou dénigrées par ces bons types de l'industrie éolienne et leurs nouveaux copains de Greenpeace et cie.


Bravo Greenpeace! Vous avez fait le grand saut dans le camp de ceux que vous prétendiez combattre. Votre crédibilité se répand sous les pales de vos chères hélices! Quant aux méchants riverains que nous sommes, il nous reste toujours le droit de savoir... et de nous taire.


php




































































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire