jeudi 26 février 2015

Des Vailhourlais soucieux de s'informer auprès de ceux qui ont déjà signé dans le Lévézou et à La Salvetat.

Éoliennes : un collectif en place

Publié le 20/02/2015, Mis à jour le 20/02/2015
Énergie - Vailhourles (12)


image: http://static.ladepeche.fr/content/media/image/zoom/2015/02/20/201502202274-full.jpg
Des Vailhourlais soucieux de s'informer auprès de ceux qui ont déjà signé dans le Lévézou et à La Salvetat./DDM
image: http://www.ladepeche.fr/images/pictos/zoom.png



Le constat est amer. «Signer le bail emphytéotique pour l'implantation d'une éolienne est un acte irréversible. Et quand on sait que la durée de vie d'une éolienne n'est que de 20 ans, il faut tenir compte du coût du démantèlement : 150 000 € pour 300 tonnes d'acier», a précisé Jean Marty, président du collectif Agir pour le Lévézou, aux habitants de Vailhourles venus s'informer, vendredi soir, à la salle des fêtes.

Un film, tourné sur le Lévézou, a été projeté. Un documentaire dans lequel des gens de chez nous expriment leur détresse après avoir accepté - sans en imaginer les conséquences - l'implantation des aérogénérateurs. «Pour des raisons de sécurité aérienne, les éoliennes émettent des flashs lumineux incessants et notre ciel des causses, jadis si réputé, a pris l'allure d'une discothèque», déplore Marcelle, élue du Lévézou.

Le démarchage engagé par les promoteurs relève du boniment de foire : il faut aller vite car les contrats signés avant 2017 ne sont pas soumis à appel d'offres. On essaie de les implanter partout, même là où il n'y a pas de vent, comme à Vailhourles. Mais pourquoi une telle frénésie si l'on considère que les 4 500 éoliennes érigées en France ne fournissent que 2 % de l'électricité ? «Quand le propriétaire du terrain touche 5 000 ou 6 000 €, le promoteur engrange 240 000 € par éolienne et par an», assène Jean Marty. «On est bien loin d'un idéal écologique : en installant des éoliennes, les compagnies allemandes et danoises rachètent des droits à polluer. Un marché spéculatif intense, coté en bourse, qui pourrait déboucher sur une bulle éolienne, après la bulle immobilière qui a éclaté en 2008.»

Alors, en dehors des régions très exposées et du off shore, tout cela ne serait que du vent… Mais au fait, à qui appartient le vent ?

Contact pour Vailhourles : Collectif pour la préservation du causse, tél. 06 34 95 48 80.
La Dépêche du Midi

Commentaire: Quand Jean Marty qui fait un boulot pédagogique et social énorme auprès des populations souvent désemparées par l'arrivée d'éoliennes sur leur territoire, Big Up pour Jean! parle de 150 000€ pour démanteler une éolienne pour le propriétaire terrien responsable, il parle au jour d'aujourd'hui. Aussi, nous vous laissons imaginer ce que devra payer le même propriétaire dans 20 ANS (ou ses héritiers). De même, les montants des loyers perçus varient selon les régions entre 3 000€ et 6 000€/ éolienne. Le gouvernement français a entamé une course contre la montre car l'Union Européenne a changé d'approche concernant les énergies renouvelables depuis juillet 2014. Le vice Président de la Commission européenne chargé de la concurrence, Joaquin Almunia, a clairement annoncé "L'heure est venue pour les énergies renouvelables d'entrer sur le marché"(Union européenne: les problèmes de l'énergie fatale, les Vues Imprenables). Ce qui signifie que l'obligation de rachat de l'électricité éolien par EDF à un tarif garantie et ce, pendant 10 ans, est interdite par les nouvelles dispositions européennes. Mais toujours en vigueur en France (Décret reconduit en juillet 2014). 



php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire