mardi 30 juin 2015

Les climato-optimistes

Publié le 30 juin 2015 dans Environnement

Un groupe de scientifiques, économistes, philosophes, résiste encore et toujours à l’envahisseur écologique et refusent les conclusions du GIEC.





À la fin de 2015 se tiendra la COP 21, prochain sommet de la Terre dont la France est l’organisatrice. Il sera question des mesures à prendre pour lutter contre le réchauffement climatique. Car la messe est dite, « tous » les scientifiques en sont dorénavant convaincus, le réchauffement climatique causé par les activités humaines va engendrer des dégâts incalculables si nous ne réagissons pas. Tous ? Non ! Un groupe de scientifiques, économistes, philosophes, résiste encore et toujours à l’envahisseur écologique. Leur but ? Donner plus de visibilité aux arguments divergents de ceux du GIEC, et porter la contradiction pour redonner du sens au débat sur le réchauffement climatique.


Jeudi 17 juin se tenait la réunion de lancement de ce collectif, les « climato-optimistes », issu d’un regroupement de plusieurs associations. À cette occasion, Christopher Horner, avocat spécialiste de la question climatique, a donné une conférence dont l’objet était de montrer l’immoralité de la lutte contre le changement climatique. Son argumentaire peut être résumé ici en quelques lignes.


« La lutte contre le réchauffement climatique, dans sa forme actuelle, tue ». La subvention massive des énergies vertes, dont la productivité est moindre que les énergies fossiles et le nucléaire, provoque une élévation du coût de l’énergie. Or, l’accès à une énergie à bas prix est la condition fondamentale du développement économique et de la réduction de la pauvreté. Partout où le prix s’élève, la pauvreté revient et tout montre que cette pauvreté réduit l’espérance de vie. « C’est donc d’abord sur le plan moral qu’il faut attaquer nos adversaires ». Par ailleurs, les prévisions effectuées par le GIEC lui-même montrent que, même avec les outils mis en place actuellement, ou en phase d’élaboration, n’auront aucun effet sur la tendance au réchauffement. « It’s pain, no gain », résume Horner.


Cette conférence fait suite à celle de Drieu Godefridi parue dans nos colonnes et qui démontrait de manière rigoureuse que le GIEC dans son ensemble ne peut être qualifié d’organisation scientifique.


Espérons que ce collectif, dont les membres viennent de tous horizons, parviendra à élaborer une stratégie efficace pour porter la contradiction au déluge réchauffiste qui ne manquera pas de s’abattre dans les prochains mois.


Ci-joint, la liste des principaux membres des « climato-optimistes » :

Christian GERONDEAU, Président de l’AFCO (Association Française des Climato-Optimistes )
Christian BUSON, Secrétaire générale AFCO
Pierre BOUTEILLE, Porte-parole et animateur des « Grogniarts »
Douce DE FRANCLIEU, Club Courbet
Jean-Philippe DELSOL, Président de L’IREF
Patrick SIMON, Président de l’ALEPS
Alain MATHIEU, Président honoraire de Contribuables Associés
Christophe SELTZER, Président de Students for Liberty France
Marie-France SUIVRE, Déléguée générale Institut Turgot
L’invité : Christopher HÖRNER, avocat




Commentaire: «L’élite de ce pays permet de faire et défaire les modes, suivant la maxime : « Je pense, donc tu suis ».

Pierre Desproges (1939-1988)


Fonds de tiroir / Éditions du Seuil. 


php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire