mardi 9 février 2016

L'accès au très haut débit: Une priorité pour les zones rurales

http://www.amrf.fr/Paris, 28 jan 2016 
(AFP) 


Commentaire: Qui ne serait pas d'accord sur les requêtes émises par l'association des Maires Ruraux de France à Monsieur le Président de la République sur les thèmes de la Santé publique, de l'Éducation nationale, de l'emploi, etc. ?

Mais, avant d’interroger les candidats à l'élection présidentielle de 2017 sur la place qu'ils comptent donner à la ruralité et à l'aménagement du territoire? Ils feraient bien de se poser à eux mêmes cette question. 

Car pour l'instant, leur réponse quasi unanime, c'est ça:


Encore la faute de l'État?


ZÉRO É0LIENNE et BASTA!

php





L'accès à internet à très haut débit est une priorité pour sortir les populations rurales du sentiment d'abandon qui s'est notamment exprimé lors des élections régionales de décembre, a estimé jeudi l'Association des maires ruraux.


«La priorité des priorités, c'est le développement du très haut débit parce que ça touche à tous les domaines de l'activité humaine», a affirmé le président de l'AMRF, Vanik Berberian, lors d'une conférence de presse.

Dans une «adresse au président de la République», l'association demande à François Hollande de prendre en compte d'urgence «les territoires où résident plus de 30% des Français, en développant des actions rapides concernant l'emploi, la fracture numérique, la couverture téléphonique, la mobilité» ou la présence de services publics en milieu rural.

L'AMRF plaide également pour la mobilisation immédiate «de plusieurs milliers de médecins» pour couvrir les territoires les plus démunis ou l'arrêt «des fermetures d'écoles rurales».

Le président des maires ruraux a souligné le «vrai traumatisme» de nombreux élus face à la montée du Front national lors des élections régionales dans les zones rurales. Un vote nourri, selon lui, par le sentiment d'une partie de la population d'être tenue à l'écart, avec notamment la réduction des services publics.

Il a également souligné les difficultés pour les élus ruraux de mettre en œuvre les dispositions de la loi NOTRe, sur la nouvelle organisation administrative du territoire, votée en juillet «Parfois, il est impossible de mettre en application ce qui est proposé», a-t-il affirmé, évoquant notamment le secteur du tourisme.

En vue de 2017, l'association entend interroger les candidats à l'élection présidentielle «sur la place qu'ils comptent donner à la ruralité» et à l'aménagement du territoire.


À lire également

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire