vendredi 10 octobre 2014

Un heureux changement dans le brouillard de la communication politique concernant l’énergie en Wallonie.

vent de raison http://www.ventderaison.com/index.php


Déclarations de M. Paul Furlan* au journal L’Écho, le 1.10.2014, concernant l’énergie renouvelable.




Monsieur le Ministre,

L’interview que vous avez accordée à l’Écho le 1er octobre 2014 apporte un heureux changement dans le brouillard de la communication politique concernant l’énergie en Wallonie.

Vous y dites des choses «réelles», vous faites une analyse factuelle de la situation des énergies renouvelables et vous proposez des orientations qui semblent réalistes. Bravo, M. le Ministre !

Toutefois, et personne ne s’en étonnera, la nouveauté de votre langage fait immédiatement ressurgir les questions fondamentales auxquelles le précédent gouvernement – dont vous étiez membre, ainsi que l’actuel ministre de l’environnement M. Carlo Di Antonio - avait opposé une fin de non-écoute systématique durant toute la législature. En voici trois :


Vous accusez M. Nollet et le parti Écolo d’avoir poussé le gouvernement 2009-2014 à adopter des ambitions qui «dépassent le raisonnable». Sans doute Écolo a-t-il été moteur dans cette affaire (et pour cause!), mais pourquoi diable! le gouvernement dont vous étiez membre s’est-il laissé manœuvrer aussi «docilement», pour le plus grand dam de la Wallonie et des Wallons?

Vous répondrez peut-être : à cause de la Déclaration de Politique Régionale (DPR) signée en 2009 par le PS, le cdH et Écolo. Mais nous savons tous que les objectifs «dépassant le raisonnable» en matière d’énergies renouvelables et particulièrement celui des 4 500 GWh/an éoliens (réduits, par la force de la pression citoyenne en 2013, aux toujours déraisonnables 3 800 GWh/an) ne figurait pas dans la DPR de 2009. De même, pourquoi la quotepart wallonne de l’éolien offshore a-t-elle été ignorée systématiquement dans les «objectifs déraisonnables» du gouvernement wallon jusqu’au dernier jour de la législature 2009-2014?


Pouvez-vous expliquer aux citoyens cette incohérence à laquelle vous avez participé directement?


Ce que vous déclarez aujourd’hui constituer des «objectifs déraisonnables» est connu depuis des années par toutes les personnes informées de ces questions, le gouvernement wallon y compris. Vent de Raison n’a cessé de le rappeler au gouvernement et au parlement wallons durant la précédente législature. Et cependant, comme si vous découvriez un fait nouveau, vous dites avoir ouvert une consultation avec le «secteur»!

Pouvez-vous expliquer aux citoyens ce que le «secteur» va vous apprendre de neuf en 2014 que le gouvernement wallon n’aurait pu et du savoir en 2009?

Vous nous dites: «on a fait peur aux gens». Vous faites, hélas, fausse route! Ce que les «gens» refusent, c’est de se voir imposer les nuisances environnementales et économiques présentes et à venir d’une politique éolienne dont ni le gouvernement wallon, ni les auteurs des directives européennes auxquelles il est aveuglément fait référence, ni les promoteurs éoliens, n’ont jamais été en mesure de démontrer le bien fondé, preuves matérielles à l’appuis. Jusqu’à ce jour en effet, personne et certainement pas le gouvernement wallon, n’a été en mesure de démontrer, preuves matérielles à l’appui, que le «cycle de vie» d’un MWh d’origine éolienne, rendu chez le consommateur wallon grâce à un réseau stabilisé en permanence par les centrales thermiques, permette de réduire (de combien ?) la dépendance wallonne des combustibles fossiles et permette d’ «éviter» la production de 456 kg de CO2, justifiant ainsi l’octroi au producteur éolien d’un Certificat Vert lui rapportant 65 € au minimum.

Les «gens» savent, eux !, que, hormis ces preuves manquantes, tout le reste est «du vent». La massive expérience éolienne allemande leur donne raison. Il vous incombe, Monsieur le ministre, d’affronter le fait incontournable qu’aucun discours politique ne peut transformer durablement la réalité en un conte écologique.


Pour faire bref, il vous incombe d’expliquer enfin aux citoyens wallons sur quelles bases techniquement démontrables (il s’agit de technologie et de rien d’autre !) il est fondé de déclarer «d’intérêt public» la production d’énergie éolienne en Wallonie. Quand vous entendra-t-on engager sérieusement le gouvernement sur ce point essentiel, Monsieur le ministre? Il y a urgence.


Monsieur le ministre, au nom des 82 comités locaux de «Vent de Raison», je vous prie de croire, pour le moment, à nos sentiments inévitablement les plus incrédules,

Patrice d’Oultremont,
président


* Paul Furlan né à Binche le 3 novembre 1962, homme politique d'origine italienne et belge, membre du Parti socialiste et actuel ministre wallon des Pouvoirs Locaux, de la Ville, et du Tourisme.

php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire