mardi 24 février 2015

Éolien: C'est aussi l'union nationale

Louis Marin Paroles Libres 23-02-2015

Tous ensemble


Charlie Hebdo a été le premier média à avoir interpellé en août 2011 l’attention de ses lecteurs sur le développement des prises illégales d’intérêt dans le domaine éolien.


Mettant en avant un conflit d’intérêt dans l’Orne, Laurent léger, seul survivant de la tuerie du 7 janvier, allait être le premier journaliste dévoilant la corruption dans le business du vent.


Éolien : les alertes se multiplient

Depuis lors les alertes se sont multipliées dans la presse écrite et audiovisuelle, et en particulier depuis la publication en juin dernier du rapport du Service Central de Prévention de la Corruption qui a précisé : "Le Service appelle donc l’attention des pouvoirs publics sur la gravité de ce phénomène et rappelle qu'il est impératif d'empêcher et de sanctionner toute confusion entre l'intérêt public, que doivent servir les élus dans le cadre de leur mandat, et l'intérêt personnel qu'ils peuvent retirer d'une opération qui peut s'avérer litigieuse, particulièrement lorsque ces mêmes élus sont susceptibles de percevoir des redevances de location pour l'implantation d'éoliennes sur des terrains leur appartenant ou propriété de leurs proches".



Le lobby éolien continue d'agir dans l'ombre

Cette mise en lumière d’un phénomène d’ampleur par le service interministérielle de lutte contre la corruption n’est pas restée lettre morte et d’après nos informations de très nombreux parlementaires commencent sérieusement à s’interroger sur les tenants et aboutissants de l’industrie du vent et les agissements incroyables des lobbyistes éoliens. D’après nos sources, le courrier en date du 8 décembre 2014 par lequel la Fédération Énergie Éolien (FEE) a demandé aux députés de modifier la loi sur les prises illégales d’intérêt n’est pas passé inaperçue au Sénat et à l’Assemblée Nationale quel que soit la couleur politique de ses représentants.



Les anti-éoliens ne sont pas anti-républicains


Car et c’est un phénomène constant, la cause anti-éolienne transcende désormais les courants et les partis politiques. Non seulement les anti-éoliens sont de tous courants politiques mais en plus les promoteurs ne demandent pas aux victimes de leurs aérogénérateurs pour quel parti elles votent lorsqu’ils installent leurs machines infernales. De leur côté, les promoteurs, par pur opportunisme commerciale, n’hésitent à pas à traiter les anti-éoliens "de militants anti - républicains" essayant vainement de les extrémiser alors même que ce sont les affairistes du vent qui bafouent les Droits de l’homme que constituent le droit de propriété, le droit d’agir en justice et la nécessaire probité publique. Bref par des actions de terrorisme intellectuel ils essaient de museler le peuple bref celui-là même qui constitue l’essence même de la République.


Des alertes lancées envers le Parlement

Face à ce terrorisme et cette corruption endémique l’Union Nationale c’est constituée et des élus de toutes tendances politiques commencent à réagir et à sensibiliser leurs confrères. À gauche tout récemment un sénateur PS a rédigé une note très détaillée datée du 29 janvier intitulée : "Sommes-nous enfumés par les éoliennes géantes".

Dans ce document de six pages que nous avons pu nous procurer, il y exprime son scepticisme sur la politique éolienne et sur son coût pour la collectivité. Il s’insurge également sur la spéculation en la matière et précise :"Alors qu’une analyse plus poussée montre que nombre de promoteurs éoliens sont liés à des sociétés pratiquant la spéculation immobilière ou à des entreprises de transport routier, et que la préoccupation du profit écrase complètement le souci de l’environnement, il est malheureux que le parlement ne se saisisse pas plus des alertes qui sont lancées par des associations, des chercheurs, des médecins mais aussi par la Cour des comptes ou le service interministériel de prévention de la corruption."


L'Union nationale contre les dangers de l'éolien


Sa note sans concession soulève toutes les questions posées par l’éolien : l’impact sur la santé, la question de flux financiers, le coût pour le contribuable et le consommateur, les prises illégales d’intérêt, la cohésion sociale etc….Bref, elle lève un voile nécessaire sur l’industrie du vent. À la suite de cette note, Jean Germain a fait voté une disposition au sénat visant à éloigner les éoliennes de 1 000 mètres des habitations. En août dernier le député PS Marie-Line Reynaud a posé une question parlementaire en attirant l'attention de la Ministre de l'Écologie sur les dangers que représenterait une politique de laisser faire en matière de développement de l'énergie éolienne et en soulignant les dangers pour la population. La sénatrice EELV Hélène Lipietz avait fait de même en interpellant le Gouvernement français concernant les nuisances des éoliennes pour la santé humaine. Régulièrement le Parti Communiste dénonce les affairistes du vent et on se souvient l’opposition frontale des communistes lors du vote de la loi Brottes qui supprimait les ZDE et la règle des 5 mats. Enfin des députés UMP n’ont pas hésité à déposer une résolution visant à la création d’une commission d’enquête parlementaire sur le sujet.


Des victimes de l'éolien entendues

À cet égard un certain nombre de victimes de l’éolien ont pu se faire entendre lors de commissions ou de groupes de travail de droite comme de gauche sur la transition énergétique au Sénat ou à l’Assemblée Nationale. Incontestablement, l’éolien commencent à interpeller un nombre croissant de parlementaires qui ne veulent pas que la France ressemblent dans quelques années à un immense champ de ventilateurs. Le Sénat a également rétabli dernièrement la règle des 5 mats et la mise en place des ZDE qui avait été supprimé par la loi Brottes. Sur ce sujet l’Union Nationale est désormais bien installée et les affairistes du vent ont d’énormes soucis à se faire. Car, c’est acquis, l’éolien n’est plus dans le sens de l’Histoire !

php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire