jeudi 23 février 2017

RWE plus optimiste malgré une perte record

http://www.lesechos.fr
Thibaut Madelin
correspondant à Berlin
le 23/02/2017

Commentaire:  5,7 milliards d'€ de perte et... le groupe reste optimiste. Nous 200€ de découvert et notre banquier s'affole. Un autre monde assurément.
(...) "Comme ses concurrents européens, RWE souffre de la faiblesse persistante des prix de gros d'électricité et des surcapacités de production liées en partie à l'essor des énergies renouvelables" (...). Encore une victime des ENRi!
RWE: https://fr.wikipedia.org/wiki/RWE
php



http://www.lesechos.fr/medias/2017/02/23/2067145_0211821357726_web.jpg
  RWE plus optimiste malgré une perte record

Le groupe d'énergie allemand a enregistré une perte de 5,7 milliards d'euros en 2016.
Il veut renouer avec les dividendes en 2018.

Coup dur pour les actionnaires de RWE. Le groupe a annoncé mercredi une perte record de 5,7 milliards d'euros au titre de l'exercice 2016 et une suspension du dividende pour les actions ordinaires. Mais le groupe d'énergie allemand a laissé entrevoir des jours meilleurs à ses actionnaires avec la promesse d'un dividende de plus de 50 centimes par action à partir de 2018 et « pour les années à venir ».

Le groupe d'Essen a enregistré une perte de 5,7 milliards d'euros, après un résultat déjà négatif de 170 millions en 2015. A l'origine de cette contre-performance : des dépréciations d'actifs de 4,3 milliards d'euros, dont 3,7 milliards rien que pour les centrales opérées en Allemagne. Le reste porte sur des centrales au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Turquie.

Comme ses concurrents européens, RWE souffre de la faiblesse persistante des prix de gros d'électricité et des surcapacités de production liées en partie à l'essor des énergies renouvelables. Ses centrales à gaz et charbon restent largement déficitaires. « L'environnement de marché difficile a rendu nécessaires ces dépréciations imprévues », a expliqué dans un communiqué le patron de RWE, Rolf Martin Schmitz.

Surcapacités persistantes
Le groupe a par ailleurs dû augmenter ses provisions pour les déchets nucléaires, avant de transférer cette responsabilité l'été prochain à l'Etat. Il avait mis de côté 5 milliards d'euros et, suite à des négociations entre le secteur et le gouvernement, doit porter cette somme à 6,8 milliards d'euros. Il la versera le 1er juillet au gouvernement. Mais après des années de vaches maigres, RWE se veut plus optimiste. « Notre performance opérationnelle et l'introduction en Bourse réussie de (la filiale verte) Innogy nous rend financièrement robustes et nous permet de continuer à réduire notre dette », a déclaré Rolf Martin Schmitz. Le résultat opérationnel a chuté de 23 %, à 5,4 milliards d'euros, mais s'inscrit dans la fourchette haute des prévisions. Compte tenu des surcapacités persistantes, RWE ne table pas sur une explosion des prix de l'électricité sur le marché de gros, même s'ils ont progressé depuis un an. Mais le groupe, qui mène actuellement un programme d'efficacité, pense avoir purgé l'essentiel des mauvaises surprises. Son titre a perdu 0,70 % mercredi, à 13,41 euros. Le rival d'E.ON présente ses résultats détaillés le 14 mars.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire