mercredi 15 avril 2015

Nouvelles d'ailleurs

Le projet d’éoliennes retoqué dans le Dunois (Eure et Loir)





Photos Pascal Chareyron - CHAREYRON Pascal



La cour administrative d’appel a rejeté, hier, le recours des porteurs du projet d’éoliennes de Bouville, Charonville, Ermenonville-la-Petite et Saumeray. Elles risqueraient de perturber le radar militaire de Châteaudun.


Le tribunal administratif d’Orléans avait donné raison aux sociétés “Parc éolien des Ramiers”, “Parc éolien de Bouville” et “Parc éolien de la Grande-Épine”, en annulant, en novembre 2010, un premier refus préfectoral d’élever douze éoliennes à 2 kilomètres du radar militaire de Châteaudun. Mais la contre-offensive préfectorale, en faisant appel de cette décision, a fonctionné. La cour administrative d’appel a en effet validé, hier, l’avis du préfet.

Les trois sociétés estiment que leurs éoliennes ne porteraient pas atteinte à l’environnement local, dans la mesure où leur parc est situé « dans un vaste paysage de plaine dépourvu de caractère remarquable » et qu’il aurait un « impact visuel faible » vis-à-vis des monuments historiques des environs, comme l’église d’Illiers-Combray.

Surtout, les sociétés rejetaient tout risque de perturbation du radar militaire de détection de basse altitude de Châteaudun. Mais les juges administratifs rappellent maintenant que « le parc éolien, composé d’éoliennes d’une hauteur de 50 mètres, pales incluses, doit être implanté sur la zone dite “de coordination”, s’étendant de 5 à 30 km autour du radar militaire de détection de basse altitude de Châteaudun, l’aérogénérateur le plus proche étant situé à 2 km de ce radar ».

En plus clair, les mâts et les pales auraient coupé le champ de vision du radar, empêchant éventuellement la détection d’un appareil volant à basse altitude, « de nature à engager la sécurité des vols et nuire à la réalisation des missions de la Défense ».

Les trois sociétés spécifiquement créées pour l’opération envisagée peuvent encore saisir le Conseil d’État. Leur premier projet avait été présenté en 2008.

Guillaume Frouin


------------------------------------------------------------------------------------

Ils ne veulent pas d'éoliennes à Cintegabelle

Mardi matin, plusieurs dizaines de personnes se sont réunies sur le futur site d'implantation d'éoliennes à Cintegabelle dans la Haute-Garonne. Ces riverains haut-garonnais et ariégeois craignent des nuisances sonores et visuelles.

Par Michel Pech
Publié le 14/04/2015, mis à jour le 14/04/2015 |





© Christine Ravier France 3 Une quarantaine de manifestants s'est réuni sur le site d'implantation

C'est ce mardi que doit être installé le mât de mesure concernant le projet de parc éolien de la commune de Cintegabelle au lieu-dit Mouscaillat. Environ quarante riverains représentant des associations haut-garonnaises et ariégeoises sont venus manifester afin d'empêcher les machines d'entrer sur le site.



Le matériel doit arriver d'Espagne dans la journée


Les manifestants craignent les nuisances sonores et visuelles. Les futures éoliennes de près de 150 m de haut, selon les associations, seraient plus hautes que les éoliennes implantées dans la région.




php


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire