lundi 13 juillet 2015

Les lacunes persistent dans l'application de l'efficacité énergétique des bâtiments

EurActiv.com | James Crisp traduit par Manon Flausch



La rénovation des bâtiments permet de faire des grand progrès en matière d'efficacité énergétique. [Michèle Turbin/Flickr]


Les règles européennes imposant des normes d'efficacité énergétique plus strictes s'appliquent à davantage de bâtiments publics. En l’absence de système de contrôle, elles risquent de ne pas être mise en œuvre.


Les règles en matière d'efficacité énergétique n'ont été appliquées que de manière très partielle au sein de l'UE. En mars 2015, des procédures judiciaires ont été entamées à l'encontre de tous les États membres de l'UE, qui n'ont pas transposé la directive sur l'efficacité énergétique dans leurs législations nationales, à l'exception de Malte.


>> Lire : Bruxelles va sévir contre les mauvais élèves de l’efficacité énergétique


Malgré cette mise en oeuvre lacunaire, depuis le 10 juillet deux seuils ont été modifiés afin d'encourager la rénovation des bâtiments publics. Les bâtiments publics de 250 m2 et plus sont soumis aux obligations de la directive sur l'efficacité énergétique et à une des mesures de la directive sur la performance énergétique des bâtiments. Ces mesures ne s'appliquaient jusqu'à présent qu’aux bâtiments publics de 500 m2 et plus.


Les États membres devront donc s'assurer que 3 % des bâtiments des gouvernements centraux ayant une surface utile de plus de 250 m2 sont rénovés tous les ans. Ils doivent aussi obtenir un certificat de performance énergétique pour les bâtiments publics accueillant fréquemment la population et donc la surface utile dépasse 250 m2.

« Une chance »

« Si elles sont appliquées rapidement et complètement, ces obligations représentent une chance exceptionnelle pour le secteur privé de tenir ses promesses faites aux citoyens européens », estime Susanne Dyrboel, présidente d'EuroACE, l'Alliance européenne des entreprises pour l'efficacité énergétique dans les bâtiments. « Augmenter le nombre de bâtiments publics à rénover permettra aux États membres de montrer l'exemple pour de grandes rénovations ».


« EuroACE s'inquiète du fait que les gouvernements pourraient passer à côté de ces changements, et du retard dans l'application des deux directives », ajoute Adrian Joyce, secrétaire général de l'organisation.


>> Lire : Le plan Juncker boude l'efficacité énergétique


EuroAce espère qu'un cadre de gouvernance plus strict sera mis en place pour l'Union de l'énergie, le projet de européen censé lutter contre le changement climatique et renforcer l'indépendance énergétique de l'UE.



php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire