mercredi 15 juillet 2015

Les parcs éoliens d'Écosse pollue les eaux

Source: http://www.windsofjustice.org.uk/
Publié 13 juillet 2015 
Traduction: Google et php


Anti éolienne militante  Susan Crosthwaite appelle à une enquête immédiate, complète et indépendante sur la pollution des eaux de surface et sur les eaux souterraines 
situées sur les districts hydrographiques à proximité de tous les parcs éoliens écossais. Il a été révélé que la construction d'éoliennes géantes a conduit à l'industrialisation des zones de captage d'eau endommageant la qualité de l'eau avec de possibles répercutions sur la santé publique. Elle exige que la législation pertinente soit rigoureusement respectée pour assurer une protection complète des réservoirs, des lacs d'Écosse et aussi des réserves d'eau privés pouvant être restaurées.


Jusqu'à là, tout allait bien (rivière Stinchar)
Crédit photo: http://www.fishpal.com/

De son domicile de South Ayrshire, Susan Crosthwaite a déclaré:


«Le développement des parcs éoliens en Écosse viole clairement la Directive sur les passifs environnementaux et les directives cadres concernant l'eau. Les promoteurs et les organismes gouvernementaux ont permis ces implantations d'éoliennes en pleine connaissance des risques potentiels pour l'eau. Les autorités telles que la SEPA, Scottish Water, les conseils et le gouvernement écossais ont manqué à leur obligation légale de protéger l'environnement de l'eau. Les autorités publiques devaient assurer la bonne mise en œuvre et l'application du régime prévu par la présente directive».


Les gens se demandent comment les parcs éoliens peuvent éventuellement contaminer notre eau. Premièrement, la plupart sont construits sur des zones de mousse préservée, constituée de bruyère, de tourbe profonde, et souvent 
associées à la foresterie. 


Les véhicules de construction remuent la terre pour rendre praticables les routes d'accès permettant le défrichement des forêts (environ 3 millions d'arbres ont été abattu au Whitelee). Les arbres sont traînés sur le sol et la tourbe ainsi labourée, est entraînée dans les systèmes fluviaux lors des fortes pluies, libérant le carbone excessif que les travaux de traitement de l'eau ne sont pas en mesure de traiter.


«Les équipes de construction puis les «blast carrières» et les «emprunter-fosses» fournisseurs de la roche pour construire les routes d'accès et les socles des éoliennes, 
ont transporté près de 6 millions de tonnes de roches excavées autour du site Whitelee, représentant  six carrières avec 85 camions tombereaux articulés. Ces fouilles ont facilité l'accès aux nombreuses failles (fractures) et dykes (intrusions) qui sillonnent l'Écosse. Elles agissent comme des conduites d'eau. Aussi, chaque déversement de produits chimiques et autres polluants, ont accès immédiatement à un canal menant à l'aquifère.




Illustration par le Dr Connor


«La preuve de la pollution découverte par la radiologue Dr Rachel Connor découle de sa propre expérience, vivant près de Whitelee, le plus grand parc éolien en Europe, et des résultats de l'eau potable 
contaminée. La preuve de la pollution a été découverte dans les rapports de surveillance qui étaient une exigence pour la construction du parc éolien de Whitelee 2006-2009. Ils ont été évoqués devant l'enquête publique ouverte pour la 3 ème extension de Whitelee. Le Dr Connor a subi un contre-interrogatoire de 5 heures. Ils indiquaient un manque de suivi et un nombre de tests insuffisants au sujet de la contamination spécifique liée au déversement de produits chimiques ou de la contamination diffuse à partir de produits dangereux dont certains provenaient des 160 000 m3 de béton qui ont été utilisés dans les fondations des éoliennes et dans d'autres domaines».



«Il y avait aussi des signes de contamination des sources d'eau privées. Les forages les avaient ensablé temporairement et la qualité de l'eau avait été rendu impropre à la consommation. Il n'y a aucun mécanisme efficace de protection des sources d'eau privées si l'autorité locale, chargée de la protection de l'approvisionnemen
t en eau, n'oblige pas le promoteur à protéger la source d'eau, de fournir des suivis (graphiques) et si elle ne le désigne pas comme responsable de l'environnement hydrologique sur lesquels l'approvisionnement en eau dépend».


«Les promoteurs des parcs éoliens n'ont pas été suffisament surveillés ou non pas respectés les exigences juridiques qui, en vertu d'une directive européenne, obligent les États membres à veiller à la mise en place de programmes de surveillance de l'état des eaux afin de dresser un tableau cohérent et complet pour chaque bassin hydrographique concerné. Il est clair que les incidents et les problèmes ont été rapportés par un des agents de surveillance de la planification aux autorités réglementaires, mais n'ont pas été étudiés. En effet, le travail des agents de surveillance n'est pas systématiquement exploité. De plus, ces informations peuvent s'avérer difficile d'accès et coûteuses pour le grand public. D'où la relative tranquillité des promoteurs éoliens».


La construction de parc éolien a coïncidé avec une augmentation de la couleur de l'eau brute à Amlaird et dans d'autres travaux de traitement des eaux écossaises. Les résultats des tests de Scottish Water indiquent des niveaux élevés de la couleur, de fer, de manganèse, de coliformes, E. coli et de la turbidité. Mais ces problèmes n'ont pas été étudiés ni résolus par l'autorité compétente. 



Les campagnes de désinfection ont démontré que l'eau potable ne répondait pas aux normes réglementaires européennes et britanniques du fait de l'augmentation de la concentration importante de trihalométhanes - reconnu par l'OMS comme étant des produits cancérigènes probables pour l'Homme.



«Les résultats des tests de l'eau écossaise (2005-2014) concernant la couleur, le fer, le manganèse, les coliformes et E. coli à Loch Bradan, Afton Réservoir et Penwhapple Reservoir (voir chapitre 4.5) - montrent également une détérioration de la qualité de l'eau associée à la construction de parc éolien et de pré- clairance de la foresterie de la construction. Cela signifie que beaucoup de gens de l'Est et du Sud Ayrshire ont de l'eau potable en dessous des normes de réglementation. Les autorités compétentes n'ont pas informé le public sur les risques potentiels pour leur santé en dépit d'une directive qui préconise aux États membres d'assurer la protection nécessaire pour les masses d'eau recensées afin de prévenir la détérioration de leur qualité de manière à réduire le degré de traitement de purification nécessaire à la production d'eau potable.

«Comme Whitelee est le joyaux des parcs éoliens de Scottish Power Renouvelables, la crédibilité de tous ses projets repose sur la conviction que leurs mesures d'atténuation professées empêchent avec succès toute pollution de l'eau».



Comment le public peut être sûr que ce soit le cas? Puisque les contrôles ne se font pas régulièrement et systématiquement et que les résultats éventuels ne sont que peu accessibles au grand public?».



«Le 
parc éolien Arecleoch Spr, composé de 60 turbines, opérationnels depuis l'automne de 2011, auquel s'ajoutent les parcs d' Hadyard Hill, d' Hadyard Colline Extension, d' Assel Valley, de Millenderdale et de Straid sont tous situés dans la zone de captage d'eau protégée de la rivière Stinchar. Celui de Tralorg plus 5 parcs dont Straiton, Dersalloch sont situés sur les zones de captage d'eau protégée  de Girvan et Doon. Aucun de ces parcs nommés, selon les informations consultées, ont été surveillés ou évalués de manière adéquate. En effet, le non suivi de l'impact sur ​​l'eau en surface et sur les eaux souterraines avant, pendant et après la construction de 60 turbines à Arecleoch constitue une violation directe des directives sur l'eau ».


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire