mardi 4 août 2015

Australie: Rapport sénatorial sur les effets sanitaires néfastes des éoliennes

Source: http://lemontchampot.blogspot.fr/

Commentaire: Dans la chaleur de l'été, professeur RIOU est toujours sur la brèche. De nouveau, un travail colossal de traduction et de réécriture pour que le citoyen prenne conscience que l'éolien va lui pourrir la vie, d'une façon ou d'une autre. Mais devant le peu de réaction et d'engagement de la majorité de la population, on peut se demander si cela ne revient pas à «donner de la confiture à des cochons?» (avec tous mes respects pour le genre cochon).


Bonne lecture.


php



Le Sénat australien met en lumière les effets sanitaires néfastes des éoliennes



Après des centaines d’auditions de scientifiques et de victimes, le sénat australien vient de publier son rapport définitif.


Dans ce même document, un « rapport dissident » des sénateurs du Labour Party rappelle parallèlement la nécessité de réduire les gaz à effet de serre et tente de discréditer les preuves scientifiques du lien de cause à effet entre les éoliennes et les symptômes présentés par les riverains.


La portée de cette tentative semble se limiter à contester la preuve du caractère « direct » du lien de cause à effet. En tout état de cause, ce rapport sénatorial empêche que désormais on en conteste les effets.



Il souligne, en introduction, le décalage croissant entre la position officielle qui affirme que les éoliennes ne sont pas nocives pour la santé humaine et l’accumulation régulière de preuves biologiques et de témoignages des mêmes symptômes physiologiques des victimes d’éoliennes du monde entier: (2.1) (nausées migraines vertiges, acouphènes, anxiété, palpitation, difficulté de concentration….)



Les sénateurs ont été convaincus de l’authenticité des souffrances des très nombreux témoignages de victimes, l’une d’elle en tirant pourtant un revenu considérable, d’autres ayant dû abandonner des maisons qui appartenaient à leur famille depuis plusieurs générations.


Ils stigmatisent les rapports qui mettent en doute la réalité des symptômes, notamment par l’évocation de l’effet « nocebo ». Ces rapports ayant inutilement enflammé le débat et augmenté le préjudice des victimes.



Le Dr Jay Tibbetts mentionne (2.17) les 80 plaintes concernant les éoliennes de Shirley et signale une étude scientifique qui atteste d’effets sanitaires néfastes jusqu’à 7 km (4.5 miles). (Rappelons que les éoliennes de Shirley avaient fait l’objet d’une demande d’étude du gouvernement du Wisconsin par 4 cabinets acoustiques, qui avaient conclu unanimement que leurs infrasons constituaient un problème sanitaire majeur.)



Le professeur émérite Mc Murtry rappelle que ces effets sont connus depuis 30 ans, pour les éoliennes d’ancien modèle comme pour les plus récentes (up wind/down wind, n.d.a).


Il remarque que l’industrie éolienne se refuse à admettre les « effets sanitaires » en préférant parler d’« annoyance » (gène, dérangement, intrusion…) qu’elle ne nie pas et qui, pour l’OMS, est pourtant cause de troubles sanitaires graves comprenant le risque cardio vasculaire et le cancer. Même si cette cause doit s’avérer indirecte.



Le Pr Chapmann avait contesté les preuves apportées par M.Alves Pereira que les éoliennes étaient responsables de la maladie vibro acoustique de la famille R. M.Alves Pereira, qui a consacré 30 ans de sa carrière à cette maladie avait publié une réponse point par point à sa critique. La Cour suprême portugaise avait d’ailleurs demandé le démantèlement des éoliennes.


Le rapport sénatorial fait mention des nombreuses contre vérités des affirmations de M.Chapmann et relève son manque de connaissances sur la question. (2.19 à 2.31)





Le rapport mentionne le peu d’objectivité et les lacunes des analyses du Dr Leventhall, auteur des principales études cherchant à contester les preuves des effets sanitaires. Le rapport mentionne que le Dr Leventhall reconnait cependant l’importance de la modulation d’amplitude du bruit éolien qui, selon lui, en est le facteur le plus intrusif.



L’association des médecins australiens (AMA) avait considéré, en mars 2014 que les basses fréquences et infrasons éoliens ne pouvaient pas entraîner d’effet sanitaire néfaste si la réglementation australienne était respectée. Ce rapport avait suscité quantité de lettres indignées, notamment de la communauté scientifique.
Il est édifiant de constater que l’AMA a décliné l’invitation de venir développer devant le sénat l’argumentation de sa position (2.35).



Le rapport intermédiaire mentionnait une soumission qui dénonçait (p 84) les conflits d’intérêt au sein de la National Health and Medical Research Council, (NHMRC). Le rapport souligne cependant que le NHMRC, qui met régulièrement à jour son avis, est de moins en moins catégorique dans sa négation des effets sanitaires.


Dans son avis de février 2015, le NHMRC ne parle plus d’absence de preuve mais de « preuves fiables limitées » ('limited reliable evidence',) tandis que son « Chief medical officer confesse à la commission qu’absence de preuve ne signifie pas pour autant qu’il n’y a pas d’effet»(2.59).


De même, il mentionne: « Bien que le trouble chronique du sommeil soit connu pour affecter la santé, la preuve, en parallèle, suggère que le bruit des éoliennes est peu probable à perturber le sommeil à des distances supérieures à 1.500 m des parcs éoliens ». Ce qui est déjà moins catégorique. Cependant, la position du NHMRC reste l’objet de critiques très précises (2.41 à 2.79)



Et surtout, ce rapport fait état du calvaire que l'implantation d'éoliennes a fait endurer à un nombre considérable de personnes, leurs symptômes s'atténuant ou même disparaissant lorsque celles ci parvenaient à déménager.



Le rapport préconise la création d’une commission d’experts scientifiques indépendants sur le bruit industriel chargée de rédiger des normes spécifiques à la signature acoustique propre aux éoliennes, notamment concernant leurs basses fréquences et infrasons et d'évaluer le risque sanitaire qu’elles sont susceptibles d’entraîner sur les riverains.


Au sujet des critères de gène, l’agence française de santé (AFSSET) avait confessé, dans son rapport de 2008 sur les éoliennes, que « la plus totale ignorance est de règle quant à l'existence d'effets de seuil, de validité spectrale, d'application aux bruits impulsionnels, de validité en fonction de la durée d'exposition, et de limitations diverses » (p93).


Le Dr Michèle Froment Vedrine avait même mentionné en introduction: « En vue de poursuivre l'approfondissement des connaissances dans le domaine de l'évaluation de la gêne due aux bruits, il convient de définir si les critères retenus dans la réglementation sont adaptés aux propriétés spectrales du bruit des éoliennes, notamment dans le domaine des infrasons ».




La loi sur la transition énergétique vient de décider de ne pas suivre l’avis de l’Académie Nationale de Médecine de mars 2006 qui préconisait une distance minimum de 1 500m entre éoliennes et habitations et d’en autoriser l’implantation à partir de 500m. Parmi les arguments, il aurait été avancé que les infrasons éoliens étaient inoffensifs puisque inaudibles...
Ce manque total de visibilité dans le domaine sanitaire ne témoigne pas du plus grand respect de la santé des riverains.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire