jeudi 13 août 2015

Les éoliennes sont-elles nocives pour l’homme ?

Source : Physikalisch-Technische Bundesanstalt (PTB)
Traduction: http://fr.friends-against-wind.org/



Pour donner plus d’objectivité au débat, une équipe d’experts internationale s’est intéressée aux fondamentaux de l’audition, à la fois dans la gamme inférieure des fréquences audibles (infrasons), et également dans la gamme supérieure (ultrasons).

Cette illustration montre l’activation du cortex auditif pendant les stimulations de l’oreille par des sons à basse fréquence, et par des infrasons. (Source : Max-Planck Institut für Bildungsforschung)


Peut-on vraiment entendre des sons inaudibles ?


Examen des limites de l’audition humaine (infrasons et ultrasons
)


Les éoliennes sont-elles nocives pour l’homme ? 


Certains le pensent, d’autres réfutent cette idée. Ce sujet controversé soulève beaucoup d’émotions. Pour donner plus d’objectivité au débat, une équipe d’experts internationale s’est intéressée aux fondamentaux de l’audition, à la fois dans la gamme inférieure des fréquences audibles (c’est-à-dire les infrasons), et également dans la gamme supérieure (c’est-à-dire les ultrasons). Ce projet, qui fait partie du programme de recherche de métrologie européenne (EMRP), a été coordonné par le Physikalisch-Technische Bundesanstalt (PTB). Au PTB, non seulement des experts en acoustique, mais également en biomagnétisme (MEG) et en imagerie par résonance magnétique (IRM), ont été impliqués dans la recherche. Ils ont découvert que les humains peuvent entendre des sons de fréquences plus basses que ce que l'on avait supposé auparavant et que les mécanismes de perception des sons sont beaucoup plus complexes que ce que l’on pensait. Ce qui ouvre des possibilités de recherches, en prenant en compte l’aspect psychologique. Il y a donc, sans aucun doute, un besoin de recherches plus poussées dans ce domaine.



Lorsqu’il y a un projet de construction d’éoliennes en face d’une propriété privée, beaucoup d'ardents défenseurs de la « transition énergétique » se transforment rapidement en opposants à l’énergie éolienne. Un sentiment de peur se propage rapidement: Les infrasons générés par les pales du rotor et par l'écoulement du vent pourraient rendre des gens malades. De nombreuses personnes vivant aux alentours de ces éoliennes sont en effet sujets à des troubles du sommeil, à une baisse d'efficacité et à d'autres effets négatifs. 


Les infrasons désignent des sons de très basse fréquence, en dessous de la limite d’audition qui se situe à 16 hertz. Le secteur de l’énergie éolienne et les autorités essaient souvent d’apaiser la situation en déclarant que les sons générés sont inaudibles et beaucoup trop faibles pour être à la source de problèmes de santé.



Christian Koch le sait bien « Il est inutile de faire de l’alarmisme, ni des démentis dans cette situation. Par contre nous devons essayer de découvrir plus de choses sur la manière dont les sons sont perçus, dans les zones limites de l’audition ». Cet expert en acoustique de PTB est le directeur du projet international pour lequel des experts en métrologie issus de plusieurs instituts de métrologie ainsi que des scientifiques venant de l’Institut Max Planck pour le développement humain de Berlin, font des recherches sur les fondamentaux de l’audition des sons «inaudibles» depuis 3 ans. 


Les sons de très basse fréquence (ou infrasons, en dessous d’environ 16 hertz), ou les sons de très haute fréquence (ou ultrasons, au dessus d’environ 16 000 hertz) sont présents dans de nombreuses situations de la vie quotidienne: Les infrasons ne sont pas seulement produits par les éoliennes mais également parfois lorsqu’un camion passe bruyamment devant une maison, ou lorsqu’un propriétaire installe un groupe électrogène dans son sous-sol. Les ultrasons peuvent par exemple être générés par les nettoyeurs à ultrasons du commerce, parfois utilisés par exemple pour nettoyer une paire de lunettes. Ils peuvent être générés par des appareils utilisés comme moyen de dissuasion contre les martres, fouines (pour les empêcher de ronger les câbles des voitures). Une variante de ces appareils a été conçue pour tenir éloignés les jeunes de certains endroits. Un sujet très controversé internationalement du point de vue éthique. Ces appareils qui produisent des sons de très haute fréquence ne pouvant être perçus que par des enfants ou des jeunes sont parfois utilisés par des adultes qui aspirent à la tranquillité, au calme « Dans tous ces domaines nous sommes confrontés dans certains cas à des niveaux de bruit considérables », ajoute Christian Koch.



Un son audible assez fort peut vous endommager l’audition tout comme vous énerver. Mais qu’est-ce qu’un son «audible» exactement ? Et que peut entendre réellement un être humain ? Afin de le comprendre, une source infrasonique capable de générer des sons sans aucune harmonique (ce qui n’est pas aussi simple que cela peut paraître !) a été construite dans le cadre de ce projet. On a demandé à des personnes «test» de parler de leur expérience d’audition subjective et leurs déclarations (également de manière quantitative) ont alors été comparées à des magnétoencéphalographies (MEG) et par IRM. Les résultats ont montré que les humains entendent des sons à fréquences plus basses, jusqu'à 8 hertz, ce qui en fait représente une octave en dessous de ce que l’on pensait. Une excitation du cortex auditif primaire a pu être détectée à cette fréquence.


Toutes les personnes concernées ont explicitement déclaré qu’elles avaient entendu quelque chose, alors que cette perception n’avait pas toujours été tonale. De plus, les observations ont montré une réaction dans certaines parties du cerveau qui jouent un rôle dans les émotions « Cela prouve qu’un être humain a une perception plutôt diffuse disant qu’il se passe quelque chose qui pourrait impliquer un danger », explique Christian Koch « Mais nous nous trouvons actuellement au tout début de nos recherches. Nous avons un besoin urgent de recherches plus poussées ». Une demande pour un projet complémentaire a déjà été déposée. Dans ce projet, les recherches seront concentrées sur le fait que certaines personnes sont dérangées par des sons «inaudibles» alors que d’autres ne le sont pas du tout: Beaucoup de propriétaires ne sont aucunement dérangés par le fait d’avoir une éolienne tout près de leur maison. Et nous devons prendre en compte un autre effet, à savoir le fait que certaines personnes deviennent très malades parce qu’elles imaginent des risques qui, en réalité, pourraient ne pas exister. C’est la raison pour laquelle il est important d’impliquer également des psychologues dans le projet.



Mais les chercheurs voient un besoin urgent de recherches plus poussées, également concernant l’autre extrême: Les ultrasons. Bien que les instruments de mesure soient parmi les plus précis dans le monde (PTB est le leader mondial, surtout en ce qui concerne la MEG), les chercheurs n’ont pas pu mesurer si les êtres humains peuvent entendre des sons situés au-dessus du seuil supérieur d’audition, et au cas où ils le pourraient, ce qu’ils perçoivent alors – puisque, néanmoins, ce qui s’applique aux autres gammes de fréquence s’applique également aux sons aigus, à savoir qu’un son très fort peut endommager l’audition – Ici aussi, il y a un besoin urgent de recherches plus poussées.



Les résultats de ce projet de recherche international pourraient mener à l’introduction en Europe de dispositions de protection homogènes et obligatoires concernant ces zones limites d’audition, puisqu’il n’y en a encore aucune à ce jour.


Commentaire: En résumé, nous n'en sommes qu'au balbutiement de nos connaissances sur les fondamentaux de l'audition. De fait, le principe de précaution devrait obligatoirement s'appliquer. Or, l'éolien devant passer coûte que coûte, les apprentis-sorciers élus et les faiseurs d'argent (avec notre pognon) ont «portes ouvertes» pour piller et privatiser notre cher pays, la France.


php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire