mercredi 6 avril 2016

Allemagne: 1 Md d’euros pour stabiliser le réseau

Publié par Hartmut Lauer
05.04.2016

Commentaire:  En France, pas mieux! Réseau de transport d'électricité (RTE, www.rte-france.com) prévoit une dépense de 15 Mds d'euro sur 10 ans pour la rénovation du réseau électrique pour l'adapter à la production éolienne.

[...] un ménage allemand paie son électricité deux fois plus cher qu’un ménage français. [...]. Allemagne: 20 000 éoliennes; France: 5 500. Pourtant, le Ministère de l'Environnement et blabla accélère les projets de parcs. Mais au contraire du football, ce n'est pas sûr, malheureusement, que ce soit les allemands qui «gagnent» à la fin...

L'addition pour les contribuables européens est de plus en plus «lourde» à digérer.

php

Crédit photo - EDF

Partout dans le monde, le réseau de transport d’électricité constitue la colonne vertébrale du système électrique. Mais outre-Rhin, la pénétration rapide et massive des énergies renouvelables, principalement photovoltaïque et éolienne, entraîne une hausse des coûts de réseau. Selon l’Agence fédérale des réseaux électriques, en 2015 les coûts de stabilisation du réseau représenteraient près d’un milliard d’euros.


De plus en plus d’interventions pour stabiliser le réseau


Dans un rapport publié il y a quinze jours, l’Agence fédérale des réseaux électriques (Bundesnetzagentur) observe une hausse importante des interventions entre 2014 et 2015, notamment les opérations de redispatching (interventions consistant à modifier le plan de production et/ou de charge de manière à modifier les flux physiques sur le réseau de transport d'électricité).

En 2015, la production d’électricité renouvelable était de 195,9 TWh, un volume 20 % plus élevé qu’en 2014 (162,5 TWh). Ce courant « vert » est prioritaire sur le réseau. Toutefois, si le réseau n’est pas en capacité d’accueillir cette production - parce qu’il sature - la loi allemande prévoit d’indemniser financièrement les producteurs d’énergies renouvelables.

Pour la Bundesnetzagentur, les opérations de redispatching et l’indemnisation des exploitants d’énergies renouvelables auraient coûté 670 millions d’euros pour les trois premiers trimestres de 2015. Si la tendance perdure, il est raisonnable de penser que les interventions pour stabiliser le réseau frôleront le milliard d’euros pour les douze mois de l’année 2015.


La lente modernisation du réseau électrique
Cette hausse des coûts provient pour l’essentiel du retard pris dans le développement du réseau. Lequel n’arrive pas à suivre le rythme de développement des énergies renouvelables. À titre d’exemple, en 2015, les nouvelles capacités d’éoliennes terrestres ont dépassé d’un gigawatt la fourchette définie par le gouvernement (2 400 à 2 600 MW par an).

Par conséquent, les gestionnaires des réseaux sont contraints d’intensifier drastiquement les mesures pour éviter une coupure de courant.

Les nouveaux sites de production, éoliens ou photovoltaïques, sont généralement situés dans des zones éloignées des centres de consommation. En Allemagne, d’importants champs éoliens se trouvent dans le nord du pays quand les besoins énergétiques se situent plutôt dans le sud et dans l’ouest.

Cet axe nord-sud du réseau électrique est sous-dimensionné par rapport aux besoins qu’occasionne la répartition géographique des installations de production fonctionnant à partir des énergies de sources renouvelables. Il en résulte une saturation des réseaux lorsque l’électricité est produite en quantité importante. Et un gaspillage physique et économique.

Moderniser le réseau électrique prend du temps. Outre les contraintes administratives, l’installation de nouvelles lignes à haute tension se heurte aux refus des riverains et des associations de protection de la nature.


Coût de réseau: La facture sera payée par le consommateur
La Bundesnetzagentur évalue l'augmentation des coûts de réseau à 5 % en moyenne par ménage: 6,75 cents€/KWh en 2015, puis 7,07 cents€/KWh en 2016 dont un milliard pour la stabilisation du réseau.

Ces montants seront donc alors plus élevés que ceux de la taxe pour le soutien au développement des renouvelables (6,35 cents€/KWh) selon le BDEW (Bundesverband der Energie- und Wasserwirtschaft e.V).

Si bien qu’en 2016 la facture d’électricité d’un ménage allemand sera de 28,69 cents€/KWh, composée de :
-54 % de taxes (dont la taxe pour le développement des renouvelables qui représente la part la plus importante)
-25 % des coûts de réseau
-21 % de production et distribution de l’électricité

À titre de comparaison, en France, la facture d’électricité est répartie en trois tiers : 1/3 de taxes (dont la majorité vise à soutenir le développement des renouvelables), 1/3 de production d’électricité et 1/3 de coûts de réseau.

Enfin, rappelons qu'un ménage allemand paie son électricité deux fois plus cher qu’un ménage français. Cette différence conduit à des écarts de facture importants, même en tenant compte des niveaux plus faibles de consommation.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire