dimanche 14 août 2016

Isabelle Chevalley au chevet de quelle terre?

http://www.voisinedeoliennesindustrielles.com/
14/08/2016


Extraction de terres rares dans des conditions inhumaine: 2,7 tonnes par éolienne de 3MW
 

Isabelle Chevalley ne rate pas une occasion de se déclarer "scientifique donc je sais comment faire pour savoir" Son voyage au Niger, franchement c'est louable (à lire ici). Enfin, ce serait louable si elle avait la même rigueur scientifique au sujet des éoliennes industrielles. Cela donnerait de la crédibilité à son discours.


Elle aurait pu par exemple visiter les mines d'extraction de terres rares pour démontrer son véritable intérêt pour les choses écologiques et humaines. Extrait d'un article publié dans Contrepoints en 2013, tiré d'un reportage du Daily mail dans une usine de traitement des terres rares:

À l’intérieur de l’usine, de l’acide sulfurique à ébullition coule dans des tranchées ouvertes et de la lave jaune en fusion jaillit des fourneaux rotatifs. L’air remplit de sulfure piquait les yeux et brûlait les poumons. Les vêtements des ouvriers étaient parsemés de tâches d’acide.
« On nous donne des uniformes au début mais ils se font rapidement ronger par l’acide » m’a dit un des travailleurs dont le pantalon était couvert de brûlures d’acide. « On nous donne des gants et des masques. Mais les masques ne font pas grand chose. J’ai du mal à respirer après mes shifts de 12 heures. »

 

Ces terres rares, faut-il le rappeler, sont généralement utilisées dans la fabrication des éoliennes industrielles à raison d'environ 2,7 tonnes par éolienne de 3MW. Vous pouvez lire l'article ici


L'extraction de terres rares est également responsable de:
- Destruction de la végétation naturelle et des terres agricoles
- Dégradation des sols
- Effet sur la qualité de l'eau
- Production de déchets radioactifs
Tous les détails sont à lire ici


Et nous sommes tous consommateurs de ces terres rares, Isabelle Chevalley aussi. Mais bien sûr cela n'arrange pas ses affaires d'en parler. Ce qu'elle veut elle c'est gagner contre le nucléaire. Autour d'elle le monde peut bien s'écrouler pourvu que ce soit en vert... C'est ici que j'ai un problème avec elle.


Elle aurait pu aussi se rendre sur une mine de cuivre en Zambie par exemple, il en faut également plusieurs tonnes pour la construction d'une éolienne industrielle. À lire ceci, même topo que pour l'uranium


Que dire du lithium, utilisé pour le stockage de l'électricité? Pas grand chose de bien, un aperçu ici


Alors oui Mlle Chevalley a sûrement des raisons de s'engager contre le nucléaire, mais elles sont sectaires. Des sermons, de la poudre aux yeux, du blabla de politiciens. Il n'y a pas deux poids et deux mesures dans la destruction de la planète et l'exploitation des hommes. Il n'y a pas de bonnes et de mauvaises victimes. S'engager contre les multinationales rapaces, c'est bien mais cela commence peut-être par ne pas s'acoquiner avec les petits banquiers avides qui ici font leur lit. N'a t-elle pas amené au comité de Suisse Eole un personnage soupçonné de corruption dans l'affaire des SIG? Relaxé faute de preuves, certes. Mais ces fameux 80 millions envolés on aimerait toujours savoir jusqu'au moindre centime où ils ont passé. Voilà un joli travail de transparence pour une parlementaire qui se veut consciencieuse. 



php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire