lundi 15 août 2016

Jean-Baptiste Segard , l’ingénieur qui permet la grande électrification

http://www.energie-crise.frpar PH 
dimanche 14 août 2016, 



Jean-Baptiste Segard est un ingénieur français : classes préparatoires puis EPFL, après une carrière dans la gestion d’actifs, il a lancé l’entreprise EP Tender [1] . Comme, la plupart des nouvelles entreprises, elle est la conjonction d’une invention, dans notre cas une remorque particulièrement maniable ; et d’un concept porteur : la prolongation d’autonomie des véhicules électriques.

On croit à tord que le véhicule électrique est cantonné aux trajets urbains, à cause de son autonomie affichée ; mais comme une voiture doit passer faire le plein pour un long voyage, le véhicule électrique peut récupérer une remorque qui l’autorisera à faire des trajets aussi longs que l’on veut.


Rationalité physique et économique

Aujourd’hui les voitures sont dimensionnées pour leur usage maximal qui ne correspond qu’à quelques pourcents des trajets, on roule donc en zone urbaine et suburbaine avec une puissance et une habilité inutiles. EP Tender dans sa première version adjoint un moteur thermique électrogène, un réservoir d’essence et de quoi accrocher une valise de 120 litres.

On peut imaginer que l’espace bagage deviennent plus important et la génération d’électricité peut aussi provenir d’une pile à hydrogène ou d’une pile métal-air ou encore tout simplement d’une seconde batterie. La remorque étant louée, elle sert plus souvent, le coût est partagé entre plusieurs utilisateurs. La pile à combustible devient accessible de cette manière. Et on peut changer facilement de technique en fonction des conditions. Sous forme de moteur ou de pile, il peut être entretenu indépendamment du véhicule.

Naturellement une partie des conducteurs gros rouleurs préféreront une voiture hybride, mais EP-tender peut conquérir jusqu’à 90 % du marché. Observons l’investissement initial pour des véhicule de même catégorie

Renault Mégane thermique : 22 000 euros pour 200 000 kilomètres

Toyota Prius hybride : 37 000 euros pour 200 000 kilomètres aussi

Toyota Miraï à pile à combustible : 50 000 euros pour 100 000 kilomètres

Renault Fluence [2] électrique (hors batterie et prolongateur loués) : 27 000 euros pour un million de kilomètres !

Il s’agit naturellement des prix TTC sans bonus, pour le véhicule électrique, le véhicule électrique par sa longévité et son entretien réduit a déjà gagné.

Prospective


On peut envisager jusqu’à 5 millions de prolongateurs, pour un parc entièrement électrifié. Ils pourront être loués dans les stations services actuelles ou dans les zones commerciales périurbaines.

Si on imagine que les prolongateurs sont munis de batteries en charge lente, on aurait ainsi jusqu’à 15 GW de puissance modulable sur le réseau électrique. C’est la puissance qui serait appelée par exemple la nuit qui précède un grand départ en été. Le prolongateur évite l’usage excessif des recharges rapides et stabilise le réseau électrique


Derniers obstacles

Malheureusement Renault qui souhaitait pourtant vendre 10 % de véhicules électriques en 2020, n’est pas moteur dans le déploiement des prolongateurs. Les Renault Zoé n’ont pas d’attache arrière, et ne sont pas encore homologuées pour tracter une remorque. Pourtant dès 2013 des conducteurs de véhicules électriques étaient volontaires pour débourser 600 euros de modification et convertir leur voiture en prototype.

La technique est prête, le modèle économique est cohérent et déjà au point , le marché est enthousiaste qu’attend-t-on ?

Voir en ligne : site de l’entreprise EP-Tender



[1] tender est un terme du transport ferroviaire , il désigne le wagon qui suivait la locomotive et qui transportait le charbon

[2] La Fluence n’est plus vendue en Europe, mais c’est le modèle le plus proche des voitures précédentes 




php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire