mardi 9 août 2016

Thibault Laconde, expert autoproclamé sur l’énergie

par PH 
mardi 9 août 2016


Commentaire: «L'époque et le monde, l'argent et le pouvoir, appartiennent aux êtres médiocres et fades. Quant aux autres, aux êtres véritables, ils ne possèdent rien, si ce n'est la liberté de mourir. Il en fut ainsi de tout temps et il en sera ainsi pour toujours»
Hermann Hesse (1877-1962)





Tintin au Congo

 
Le 28 juillet 2016 se déroulait pendant un peu moins d’une demi-heure, à l’initiative du site Politiques énergétiques un débat entre Isabelle Jouette et Thibaut Laconde sur le sujet nucléaire au XXIe siècle : renaissance ou agonie ?


Thibault Laconde est ingénieur Supélec et consultant en éolien-photovoltaïque. Il édite le site énergie et développement

On ne se demande pourquoi il est invité sur ce sujet. Il interviendra une dizaine de fois, nous avons relevé ses interventions principales.

1) Pour Thibault Laconde l’EPR serait trop gros. Il ne voit pas de débouché dans les pays de développement.

Pourquoi cette opinion est sans fondement :
Même dans les pays en développement, la population devient majoritairement urbaine. Il suffit d’observer le monde, il y a déjà 500 agglomérations de plus d’ un million d’habitants , et pour fournir 1 à 2 kW à chacun des habitants, un réacteur nucléaire de 1 GW est la bonne échelle ; pas des parcs éoliens, ni les panneaux photovoltaïques. D’ailleurs les centrales nucléaires alignent en général plusieurs réacteurs et totalisent plusieurs gigawatts, l’EPR a donc tout à fait sa place. General Electric a développé un réacteur à eau bouillante de même puissance.

2) Pour Thibault Laconde, un réacteur de 1,65 GW, comme l’EPR, est aussi trop gros pour envisager son arrêt inopiné dans un système électrique.

Pourquoi cette opinion est ridicule : dans un parc de production thermique , les centrales ont également une puissance de l’ordre du gigawatt on imagine donc déjà que l’on peut perdre 1 GW sur 10 à 60 GW. Il suffit d’imaginer que l’on garde deux centrales en réserve au lieu d’une. Avec un parc éolien-photovoltaïque qui devrait assurer une puissance de 50 GW ce n’est pas 1 ou 2 GW qu’il faudrait laisser en réserve, mais 50 GW, car un système éolien-photovoltaïque ne garantit, lui, aucune puissance !

3) Pour Thibault Laconde, le nucléaire va mal car il produit un MWh à 50 euros, alors que le prix de marché est de 30 euros.

Thibault Laconde prétend que le nucléaire produit un MWh trop cher, alors que l’éolien est racheté plus de 90 euros le MWh fluctuant et le solaire entre 58 et 246 euros !

4) Thibault Laconde prétend que le prix de production marginal de l’éolien et du photovoltaïque est nul.

Pourquoi c’est une imposture : le coût marginal est un terme d’économie industrielle, c’est le coût de l’unité supplémentaire que l’on peut produire. Dans le cas de l’éolien-photovoltaïque ce sont les conditions météorologiques qui contrôlent la production, ce qui n’a rien à voir.

5) Thibault Laconde prétend que nos centrales sont vieilles et qu’on pourra pas en construire d’autres.

Pourquoi cette opinion est fausse : nos réacteurs subissent moins d’irradiation que les réacteurs américains du même type, qui comme l’a rappelé Isabelle Jouette ont vu déjà leur autorisation prolongées à 60 ans. Politiquement l’opposition antinucléaire est portée par la gauche de gouvernement qui n’a pas beaucoup de perspective, Xavier Bertrand par exemple a déjà envisagé la construction d’un EPR dans sa région.

6) Thibault Laconde prétend que l’éolien et le photovoltaïque émettent aussi peu de CO2 que le nucléaire.

Pourquoi cela est faux : sauf dans de rares cas, comme l’abondance d’hydroélectricité, la production éolienne et photovoltaïque doit être accompagnée d’une production non négligeable d’électricité thermique, ce qui alourdit les émissions de CO2 pour le système électrique global. C’est ce qui se passe en France en continuant à déployer de l’éolien et du photovoltaïque.

7) Thibault Laconde prétend que le nucléaire ne peut pas se développer assez vite. (alors que l’éolien et le photovoltaïque aurait des temps de construction plus courts) 

Pourquoi cette opinion est fausse : l’éolien et le photovoltaïque réclament plus de matières premières que le nucléaire, s’il fallait développer massivement l’éolien et le photovoltaïque, il faudrait développer les productions en amont : acier pour l’éolien et silicium pour le photovoltaïque, ce qui entraînerait un temps de retard plus long que l’exécution d’un programme nucléaire. C’est ce qui s’est produit historiquement :






On voit donc que le milieu anti-nucléaire produit ses propres experts qui racontent n’importe quoi sur le sujet.

https://www.youtube.com/watch?v=bvdXVwzZQ64

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire