jeudi 4 août 2016

Bientôt quatre nouvelles métropoles dans l'Hexagone

http://www.lefigaro.fr/
Par Julia Blancheton
04/08/2016

Les règles pour accéder au statut avantageux de métropole vont être assouplies. De quoi permettre à Dijon, Orléans, Saint-Étienne et Toulon d'entrer dans la cour des grands.

Avant les vacances, le gouvernement lâche un peu de lest. Lors du dernier conseil des ministres avant les congés d'été, ce mercredi, le projet de loi relatif au statut de Paris a été présenté. Il contient un assouplissement des règles pour que les villes accèdent au statut de métropole.

Dijon, Orléans, Saint-Étienne et Toulon s'ajouteront bientôt à la liste des métropoles françaises. Elles rejoindront Nice, la première métropole créée, et celles qui ont suivi comme Lyon, Bordeaux, Aix-Marseille, Paris, Lille, Montpellier ou encore Nantes. Au total, on en dénombrera 19 dans l'Hexagone. Comme souvent en France, un dispositif avantageux prévu pour avoir un nombre limité de bénéficiaires est élargi...

Pour accéder au Graal, les villes devaient remplir à l'origine plusieurs critères. L'un d'entre eux était la taille de l'EPCI (établissement public de coopération intercommunale), cette structure regroupant plusieurs communes. Les EPCI de plus de 650.000 habitants, au sens de l'Insee, étaient transformés automatiquement en métropole. Pour les EPCI moins importants, l'accès au statut de métropole se faisait sur la base du volontariat. Avec deux cas de figure possibles: les EPCI de plus de 400.000 habitants et où se trouvait le chef-lieu de région pouvaient devenir métropoles ; ceux ayant une zone d'emplois de plus de 400.000 habitants et exerçant une multitude de compétences particulières le pouvaient aussi.


Le statut de métropole est convoité
La réforme de la carte des régions a conduit à s'intéresser au statut des anciennes capitales régionales, qui risquaient d'être déclassées dans cette nouvelle organisation. Nancy, par exemple, s'est ainsi retrouvée sur le banc de touche. Pour ne pas faire de jaloux, un accord de principe lui a été accordé, alors que la communauté compte seulement 266.000 habitants. L'assouplissement proposé par le projet de loi relatif au statut de Paris consiste finalement à remettre les choses au clair suite à la réforme territoriale. Les EPCI de plus de 250.000 habitants, centres d'une zone d'emplois de plus de 400.000 habitants, pourront accéder au statut de métropole beaucoup plus facilement.

Ce statut est convoité notamment parce que l'image et l'attractivité de la ville sont en jeu. L'État, les régions et les départements peuvent déléguer, par convention, certaines de leurs compétences aux métropoles. Leurs pouvoirs sont multipliés en matière de développement, d'aménagement, de protection de l'environnement et de politique. Une métropole peut créer des zones d'activité industrielle, des dispositifs de déplacement urbains et de lutte contre la pollution de l'air par exemple. Les quatre nouvelles métropoles que devraient être Dijon, Orléans, Saint-Étienne et Toulon ont dû se battre des mois pour pouvoir jouer dans la cour des grands. Les maires d'Orléans et de Dijon avaient entamé une démarche commune auprès du Premier ministre et du président de la République pour que toutes les capitales de région puissent devenir des métropoles. Il reste encore à faire voter ce texte par le parlement.

php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire