jeudi 6 avril 2017

La transition énergétique, la blague du siècle?

 http://www.voisinedeoliennesindustrielles.com/
3/04/2017

Le monde turbulent et décevant m'a poussé dans les bras d'une île, ou serait-ce la chanson de Serge Lama? Ou encore celle de Brel... Je ne sais pas, mais la nostalgie guidait quelque part ce choix.

Je venais y chercher la coupure, le renouveau, l'isolement au monde, l'inaccessible quoi. Et je n'ai pas été déçue. Même si il fallait la mériter cette île, après une heure de traversée... les vagues de la mer ne sont pas toujours des baisers... (Oui cette île m'a beaucoup fait chanter. 😌) Simple caillou sur l'océan, une centaine d'habitants hors saison, 54 ha à parcourir à pieds avec le vent sans jamais le maudire, sans jamais s'ennuyer. Vivifiantes escapades...

À la seule épicerie du village on vous dit de demander ce que vous ne trouvez pas et que l'on vous expliquera comment vous en passer. 😊


La question de l'alimentation en électricité se pose, et même s'impose...



En sortant du petit jardinet de la maison qui nous abrite, on aperçoit par hasard dans le jardin des voisins un drôle de truc qui tourne à toute vitesse et qui s'arrête. Qu'est-ce que c'est que ça? Non, ce ne sont pas des éoliennes... Nous ne sommes pas voisins d'éoliennes tout-de-même? 😂😂😂


Mon mari part profiter de la marrée basse pour approcher les phares alentours. Je choisis le labyrinthe des rues du village pour sentir de quoi la vie est faite par ici. Et ma curiosité étant piquée, je me dirige du côté des engins aperçus de chez nous.



Les rues sont tellement serrées qu'on ne les voit que de rares endroits. Les voici pourtant. Avec à côté un petit local sur lequel est écrit: entretien des panneaux solaires et des éoliennes. Nous nous étonnions jusqu'ici du peu de panneaux solaires sur les toits et de l'absence d'éoliennes, cette découverte a très vite mis le téléphone arabe en marche...

Le soir même nous engageons par hasard la conversation avec notre voisin de table, on lui demande ce qu'il fait sur l'île et il nous répond qu'il installe des éoliennes... On éclate de rire et on fait mine de partir en courant. Mais finalement on discute, le voisin de droite s'en mêle et tout le monde est d'accord, les éoliennes industrielles sont une course au fric et n'apportent aucune solution à la sortie du nucléaire à cause de leur intermittence. Mais alors quoi? Ne me dites pas qu'une petite île comme celle-ci ne peut prétendre à son autonomie énergétique avec du renouvelable?


Les deux petites éoliennes en construction vont alimenter environs 2000 heures par années, selon leur ingénieur, une maison d'habitation et peut-être l'école, mais cela n'a pas été confirmé. Elles appartiennent à un privé. L'île compte moins de 200 habitants, une centaine en hiver, l'été avec les touristes elle atteindrait le millier de résidents. Les initiatives privées ne pourront pas se multiplier faute de place c'est évident. EDF qui alimente l'île avec ses trois moteurs diesel, a un projet d'éolienne géante de 100kw ou 200kw, entre autres "solutions" mais je vois mal comment elle alimenterait le village avec de telles variations de demandes, sans raccordement à un réseau extérieur? La pleine puissance en hiver pour une centaine d'habitants poserait de drôles de problèmes non? Un élu propose une démarche citoyenne, la guerre des meilleures solutions est déclarée. Ceux qui investissent dans le projet citoyen paieront moins cher leur électricité. Donc les plus pauvres verront leur facture prendre l'ascenseur. Avec EDF les habitants de l'île paient le courant le même prix que tous les français, même si sa production est beaucoup plus chère. Ce qui est normal vu les conditions de vie difficiles qu'ils ont ici. Mais cela n'encourage pas au changement... surtout avec des inégalités de traitement à la clé.


Il y a de l'électricité dans l'air sur l'île. Comme partout la stratégie énergétique divise, fâche et n'apporte pas de solution viable avec des sources intermittentes. Et comme partout on ne cherche pas une solution mais de l'argent: les producteurs se bousculent et se tirent dans les jambes, prennent les habitants en otage et se fichent pas mal du résultat. Vendre des compteurs linky, couvrir des toitures, bâtir des éoliennes géantes c'est tout ce qui les intéresse.


Partout on peut lire que la transition énergétique est en route sur l'île, mais personne ne sait quand elle arrivera ni comment! En 2008 la réflexion a commencé, en 2012 elle franchissait le cap du Conseil Municipale, en 2014 la guéguerre battait son plein et aujourd'hui un citoyen fait son parc tout seul dans son coin...


Le dernier jour, une trentaine d'écolos fébriles ont débarqué sur l'île, (on a d'abord pensé qu'ils venaient pour un séminaire de Qi Qong 😇) en fait ils venaient assister à la mise en route des deux machines. Face à l'échec, le troupeau d'idéalistes s'est indigné: Mais cela doit marcher! Il y a du vent! Le jeune ingénieur qui n'a pas réussi à résoudre les problèmes de réglage a fait l'expérience des adeptes de la secte du vent, incapables de sortir de la simplicité de leur raisonnement qui fait de l'éolien le miracle qu'ils attendent depuis longtemps. Lui n'en revenait pas d'autant de rigidité. Nous nous sommes retrouvés et quittés sur l'immense parking à la sortie du bateau, depuis une semaine sa voiture l'attendait à côté de la nôtre! C'est là qu'il nous a raconté la chute de l'histoire. Certaines rencontres sont inévitables. 😉

php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire