dimanche 13 décembre 2015

COP21, suite et fin: Pas de plan B pour la planète

http://lemontchampot.blogspot.fr/



Commentaire: Il va être très «amusant» ces prochains jours, d'écouter Madame la Ministre de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie justifier l'injustifiable: D'un côté vanter la «réussite» de la COP21 (limité le réchauffement climatique à 1°5) qui signe l'«arrêt de mort» des éoliennes, pollueuses patentées au bilan carbone catastrophique et dans le même temps toujours soutenir «le triplement de l'implantation de fermes éoliennes». Ce n'est plus du domaine de la gymnastique («grand écart»), c'est du domaine de la magie... Mais il est vrai qu'avec les «mougeons» tout est possible...


Bonne lecture,

php



La Cop 21 s’achève sur l’objectif ambitieux d’un réchauffement limité à 1,5° à la fin du siècle.


Cet accord a été largement salué par tous les pays, particulièrement les plus gravement menacés par le spectre du réchauffement climatique.

La France, cheville ouvrière de cet accord qualifié d’historique, se doit d’être exemplaire.

Et devra s’attaquer de façon pragmatique aux émissions de gaz à effet de serre et abandonner, en même temps, tout dogmatisme sur des hypothèses qui se sont révélées inefficaces et même contre productives.


Le triste bilan carbone du développement des énergies renouvelables est éloquent sur ce point, sans même évoquer le fait que le parc de production d’électricité français n’émet pas de CO2, pour 98% de sa production.

Il faut donc se réjouir que l’accord ambitieux arraché hier par la diplomatie française ne mentionne qu’une fois le terme d’énergie renouvelable et que cette mention ne concerne que les pays qui n’ont pas encore d’accès décent à l’énergie, notamment l’Afrique.


Ce texte énonce ses objectifs en matière de climat et garde le silence sur la doctrine qui était réputée y parvenir, mais qui, depuis, a été largement démentie par les faits.


L’échec environnemental d’un quart de siècle de développement d’énergies renouvelables en Allemagne qui la classe aujourd’hui encore au 1° rang des plus gros pollueurs européens doit faire comprendre le rôle prépondérant que devront prendre, à leur place, les nouvelles technologies.


Peu de média ont relayé la véritable révolution solaire de l’Allemagne lors de cette COP 21 http://fr.ubergizmo.com/2015/12/13/fusion-nucleaire-allemagne-stellarator.html


Il est aisé de comprendre qu’en se focalisant jusqu'alors sur la production d’électricité en France, on s’attaquait à un faux problème.
L’Allemagne a prouvé que les énergies renouvelables étaient une fausse solution. Du moins, en ce qui concerne la production intermittente de son colossal parc éolien.


On connait des moyens infiniment moins coûteux pour le contribuable qui limitent effectivement les émissions de GES dans tous les autres domaines que celui de la production d’électricité.


Il n’y aura pas de plan B. 

Loin de tout arrangements électoraliste et doctrinaire sur les méthodes, le pragmatisme de l’accord d’hier et la révolution solaire allemande redonnent espoir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire