vendredi 18 décembre 2015

Réunion publique de Sarrey: Résumé

Présentation
C'est avec un peu de retard que débute la réunion devant une belle assistance, 60 personnes environ, à forte dominante masculine et âgée. Cette précision est importante car la majorité des interventions pertinentes et «mordantes» auront pour auteure, des femmes. La majorité des vieux «couillus» présents hésitant entre indifférence et veulerie.... (mougeons?)


Aux côtés des représentants de la société porteuse du projet, les 3 maires des communes concernées avaient pris place ainsi que le président de la Communauté de communes du Bassigny. Celui de Sarrey restera courtois tout au long des échanges; celui de Chauffourt de toute évidence ne «joue» pas dans la même catégorie et le Président de la Communauté de communes du Bassigny, sera à l'écoute et respectueux des intervenants (es).

Le comportement des maires en réaction à la présentation du projet nous fit penser à celui d'un habitant démarché par un vendeur d'aspirateurs. Pouvons-nous parler de «béatitude»? Il faut dire que ces édiles n'étant motivé que par les retombées financières? pour leur commune, la présentation présente avait de quoi les «charmer».

Le temps des questions
La tactique employée ici, est celle de tous les promoteurs face à des contestataires: Ridiculiser leurs propos et leurs auteurs (es) et faire silence et enchaîner quand leurs arguments on fait «mouche». Simple et bien rôdé.

En préambule, les maires s'étonnent de la présence de ces «contres» et se demandent pourquoi elles viennent les «emmerder» chez eux.


Patchwork des réponses du promoteur
-Les infrasons
«Cela n'existe pas. Vous devriez aller voir un psychiatre. Il n'y a que les «fous», des gens comme vous, qui prétendent en avoir, c'est dans la tête, l'ANSES l'a prouvé. Pas de nuisances sonores à 640 ou 800 mètres...»
À noter, une intervention d'un ancien salarié des télécoms qui connait le sujet et qui a vécu dans son activité le problème des infrasons, avec, encore aujourd'hui, des séquelles pour sa santé. Pour le coup, pas de réponse, pas de «psychiatre». Faire silence et enchaîner....
-Langres
«Je ne vois pas pourquoi on fait un tel plat de la vue depuis Langres, ça ne le mérite pas...»
-Capital 
«Les sous boîtes de la boîte principale avec un faible capital, c'est imposé par la loi»
-Rentabilité
«Non, les éoliennes ne sont jamais rentabilisées. On fait ça pour la bonne cause»
-Démantèlement
«Nous on double la caution, 100 000 euros par éolienne (50 000€ obligatoire)»
«Les banques nous obligent à rester propriétaires de l'éolienne pour la saisir en cas de faillite. Pas de risque pour le propriétaire du terrain»
-Les milans
«Vous savez, les éoliennes n'en tuent en France QUE 500 par an, les voitures en tuent plus»
-Production
«La production annuelle estimée est de 36 000 Kw avec 6 machines de 3 Mw»
-Déchets
«Les éoliennes ne font pas de déchets»
-Réchauffement climatique
«Les éoliennes, c'est pour lutter contre le réchauffement climatique»
-Emplacement
«On n'avait pas le choix; En Haute Marne, on ne peut pas implanter des éoliennes à moins de 200 mètres des espaces boisés»

Conclusion
La performance des représentants du promoteur a été parsemée comme d'habitude, d'énormes mensonges (plus c'est gros, plus cela passe, voir en politique), d'approximations et de non-dits. Cela d'autant plus facilement que la salle était en semi léthargie. Quand aux élus, comme d'habitude, ils n'écoutent que «la voix de son maître». Dommage, qu'ils ne fassent pas la démarche auprès de juriste et autre ingénieur indépendants qui les mettraient en garde...

Big Up à ces intervenantes qui, malgré les quolibets et les ricanements moqueurs, ont fait honneur à la citoyenneté et qui par leurs «morsures», nous montrent le chemin à suivre.


php





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire