dimanche 27 décembre 2015

Le projet du barrage de Sivens définitivement abandonné

Laura Fernandez Rodriguez  / Journaliste et Solveig Godeluck / Journaliste 
le 27/12 /2015

Commentaire: Est-il encore nécessaire de le répéter? OUI le pouvoir populaire est plus fort que le pouvoir oligarchique Démocratie oblige! Pour sauvegarder notre environnement et nos qualités de vie du massacre éolien, l'Unité doit être de notre côté.
YES WE CAN!

 Bonne lecture

php



Le projet initial du barrage de Sivens a été définitivement abandonné via un arrêté pris le 24 décembre - SIPA


Le projet initial du barrage de Sivens a été officiellement abandonné, allant dans le sens des décisions prises en mars dernier par le conseil général du Tarn pour réaliser un barrage plus petit.

Sivens, suite et fin: Le projet de barrage, qui semblait déjà sérieusement compromis en mars dernier, a été définitivement abandonné le 24 décembre, via un arrêté signé par les préfet du Tarn, Thierry Gentilhomme, et de Tarn-et-Garonne, Jean-Louis Géraud, selon le sénateur LR François Bonhomme.


Une décision prise «en catimini», et qui marque une retraite du gouvernement, selon l'élu Les Républicains qui a twitté des photos de l'arrêté en question.

Ce projet de barrage avait en effet suscité une vive controverse fin 2014. Militants écologistes et associations de protection de l’environnement avaient dénoncé le coût de ce projet ainsi que son coût environnemental, par rapport aux besoins qu’en avaient les agriculteurs.

Lors d’une des manifestations, un jeune militant, Rémi Fraisse, a trouvé la mort, tué par une grenade offensive lancée par un gendarme le 26 octobre 2014. Un drame qui a définitivement transformé le projet en affrontement politique .


Un recours contre l’arrêté encore possible
L’arrêté, publié par France 3 Midi-Pyrénées, abroge la déclaration d’intérêt général du projet de barrage, abrogation qui devra être affichée pendant une durée minimale d’un mois. L’arrêté est susceptible d’un recours devant le tribunal administratif de Toulouse, précise le texte.

Le 11 décembre, le conseil départemental du Tarn a passé un accord transactionnel proposé par l’État afin de bénéficier de 3,4 millions d’euros de compensation à la suite de cet abandon: 2,1 millions d’euros pour les dépenses en pure perte et 1,3 millions d’euros pour réhabiliter la zone humide.


Un « Sivens light » voté en mars
En mars dernier, le conseil général du Tarn avait en fait déjà voté pour la réalisation d'un barrage réduit, un Sivens «Light» selon le président du conseil, Thierry Carcenac, soit l'une des solutions proposées par la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, à la mi-janvier.

Ce second projet, avec une retenue d’eau réduite de moitié, est à l’étude et devrait être lancé prochainement. Il est défendu par les syndicats agricoles pour des questions d’irrigation. Mais il est combattu par les zadistes qui estiment que le barrage est inutile et que les petites retenues d’eau collinaires alentours sont suffisantes aux besoins d’irrigation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire