mercredi 3 février 2016

Bilan RTE 2015: À y regarder de plus près

http://lemontchampot.blogspot.fr/


Commentaire:
Professeur Riou corrige la copie de l'élève RTE et... tout s'éclaire.

php

RTE vient de publier son bilan électrique 2015

Le solde exportateur net de la France est de 61.7 TWh.
La production des éoliennes augmente de 23.3%, avec 21.1 TWh. Le rapport précise fièrement:
« Chaque mois de l’année 2015, la production éolienne maximale a dépassé les 5 500 MW. Un nouveau maximum horaire de production éolienne a été atteint le 29 mars à 13h00 avec une puis­sance de 8 266 MW, ce qui correspond à un facteur de charge de 86,3%, ….. »


Précisons que par « production », il faut donc entendre « puissance instantanée » et non « quantité d’électricité » réellement produite, qui se mesure, elle, en MWh et non en MW. 

Il s’agit donc d’un pic de puissance récurrent et non d’une quantité d’électricité produite chaque mois.

Ce qui est dommage puisque c'est surtout de quantité d'électricité, qu'en fait, on aurait besoin. Particulièrement lors des pics de consommation.

Et c’est d’ailleurs bien là tout le problème des énergies intermittentes qui sont capables, à n'importe quel moment, de s’arrêter de produire, ou presque, comme le 25 juin 2015, où cette puissance instantanée était tombée à 21 MW

Contre performance équivalent à moins de 1% de taux de charge qui n’est d’ailleurs pas mentionnée dans le rapport.


Les 3 centrales à charbon les plus anciennes ont été fermées, réduisant la puissance installée de 5118MW en 2014 à 3007MW en 2015.


La production nette 2015 (546TWh) est sensiblement la même qu’en 2014 (540.6TWh).


Et pourtant, malgré les prouesses éoliennes, les émissions de CO2 ont augmenté et passent de 19 millions de tonnes en 2014 à 23.1 millions de tonnes.


L’explication avancée en est essentiellement la baisse de 10TWh de production hydraulique, qui, effectivement, correspond sensiblement à l’augmentation équivalente de l'hydraulique par du gaz.
Laquelle production de gaz a presque doublé en 2015, passant de 14.3 TWh en 2014 à 22.1 TWh en 2015.


La consommation, corrigée des aléas climatiques, est en légère hausse avec 476.3 TWh, au lieu de 474 TWh en 2014.


En termes de réduction d’émissions, force est de constater que plus de 87% du parc électrique français est déjà exempt d'émission de CO2 sans même compter éoliennes ni photovoltaïque.


On ne tond pas un œuf

On n’enlève pas plus du CO2 à un parc qui n’en émet quasiment pas, surtout en sachant que l’intermittence des éoliennes demande des moyens thermiques pour ajuster leur production à la consommation.

En matière de climat, pourtant réputé être l’objectif prioritaire européen, quelle quantité de CO2 espérait on donc enlever à cette vingtaine de millions de tonnes de CO2, sachant que les émissions de la totalité du secteur de l’énergie s’élèvent à 310 millions de tonnes ?
Comment comprendre que les éoliennes puissent encore demeurer, en France, le symbole omniprésent de cette lutte pour le climat ?


Plus nos braves Shadocks pompaient et plus il ne se passait rien.
Plus nos éoliennes brasseront un vent intermittent et plus il risque de ne pas se passer grand-chose de plus.

Sauf bien sûr dans les porte monnaie des ménages français, avec 1.18 milliard d'euros prévus en 2016 pour le seul surcoût de leur tarif d'achat, selon la CRE (délibération p 6) et dans la sécurité de notre approvisionnement en électricité.


L’évolution des échanges d’électricité est décrite page 40 en faisant mention d’une hausse de 50% du volume des opérations de gré à gré par rapport à 2014 et une augmentation des transactions sur le marché journalier de 57%.

Confirmant ainsi le rôle grandissant des traders d’un nouveau genre opérant au jour le jour dans un marché devenu de plus en plus instable en raison de la part grandissante des énergies intermittentes.
Cette situation aide à comprendre pourquoi les prix du détail s’envolent quand ceux du marché de gros sont au plus bas.


Dans les différents pays de la zone CWE (Central West Europe, zone regroupant la France, la Belgique, l’Allemagne, le Luxembourg et les Pays-Bas sur laquelle les prix des marchés de l’électricité sont couplés depuis 2010 pour faciliter ces échanges), les prix du marché n’auront été identiques que 19% du temps. 

Cette pudique appellation CWE permettant, au passage, de ne plus nécessiter les précédents écrans de fumée qui permettaient d'occulter les besoins allemands de l'électricité française, ses importations massives depuis la France étant remplacées par des données de contrats commerciaux n'ayant rien à voir avec les liens de dépendance d'approvisionnement entre nos 2 pays. 

Le mot Allemagne a désormais disparu du bilan des échanges.
Et l'idée de sa dépendance à nos centrales avec.

Pour « mutualiser les moyens de production à l’échelon local, national et européen », RTE a investi 1.4 milliards d’euros dans le renforcement du réseau.


Cette mutualisation, dans ces conditions de marché, pénalise, bien entendu, la rentabilité des centrales électriques, même les plus modernes et les plus propres, dont l'intermittence de fonctionnement est imposé par la volatilité des cours du MWh de part et d'autre des frontières, ces cours ayant même été négatifs 126 heures (répartie sur 25 jours), pendant lesquelles les centrales qui voulaient faire l'économie d'un arrêt et redémarrage devaient payer pour écouler leur production après que les éoliennes aient bénéficié d'un achat obligatoire par EDF à tarif préférentiel.

Ces circonstances n'étant pas étrangères à la récente sortie de route d'EDF, éjectée sans ménagements du CAC 40 ni à son actuelle descente aux enfers.



http://www.boursorama.com/cours.phtml?symbole=1rPEDF


Parallèlement, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) vient de publier ses statistiques 2015
(sur la base des données 2013)


La France y reste, une fois encore, parmi les pays qui exportent le plus d’électricité, avec la 2° place mondiale, derrière le Canada (50TWh) et un solde export de 48 TWh (p 27).


Le site des douanes (voir l’article « liens utiles »), permet de savoir que ce courant est exporté au prix moyen de 37.9€/MWh pour ces 12 derniers mois, soit infiniment moins que le tarif de rachat garanti de la production éolienne qui est estimé à 90€/MWh par la CRE (délibération 15/10/2015, annexe 1 p5).


Avec 61.7 TWh, c’est donc 3 fois la production éolienne et plus de 10TWh de plus qu’en 2014 qu’elle vient d’exporter en 2015.


Ce qui promet la plus haute marche sur le prochain podium de ce jeu de dupes, avec plus d'1 milliard d'euros de pertes pour le seul équivalent des 21.1TWh éoliens exportés.


Mais si c’est le contribuable/consommateur français qui subventionne ainsi l’énergie verte exportée chez nos voisins, espérons du moins que le vent ne nous ramènera pas les fumées du charbon que nos éoliennes leur auront permis de brûler.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire