mardi 30 mai 2017

Éolienne verticale: comment les promoteurs bidonnent l’impact paysager

https://www.eoliennes-doubs-adca.fr/
25/05/2017

 

Parmi les stratagèmes utilisés par une société éolienne pour endormir la méfiance des éventuels opposants, il en est une qui revient fréquemment: celle qui consiste à présenter un photomontage très avantageux de l’éolienne verticale en projet.

L’éolienne verticale moins impactant

Éoliennes verticales présentées par un géomètre indépendant, mandaté par l'ADCA


Éoliennes verticales projetées par Opale

Les géomètres d’Opale et consorts s’y entendent comme pas deux pour faire paraître, sur les simulations paysagères en images, l’éolienne verticale plus petite qu’elle ne le sera en réalité, ou moins impactant sur le paysage et les sites classés. Quelques astuces permettent ce tour de passe-passe sans que l’on puisse soupçonner la supercherie: il suffit aux géomètres et aux graphistes maison de choisir la perspective la plus avantageuse de l’éolienne verticale, l’angle le plus favorable et de jouer sur les variables à la baisse.

Or, la pratique du photomontage, indispensable dans les études d’impact d’éoliennes verticales, obéit à des règles édictées par le ministère de l’Écologie et nécessite des logiciels spécifiques. Une firme spécialisée et respectueuse des normes imposées par le ministère, Géophom, n’hésite pas à écrire que «Le photomontage ne présente un intérêt que si celui-ci "pré-visualise" de façon précise le projet une fois construit. Ceci peut paraître évident, mais il n’en est rien. Il est facile de produire de beaux photomontages tout à fait inexacts.»

Truquer la représentation de l’éolienne verticale
Ce «bidonnage» des photomontages est, apparemment, une pratique courante, si l’on en croit Géophom, qui précise que «Tous les paysagistes ne réalisent pas eux-mêmes les photomontages car ils ne possèdent pas toujours les logiciels et les techniques appropriées pour les réaliser de façon fiable. Cette tâche est souvent laissée au développeur commanditaire de l’étude paysagère, ce qui peut poser un problème d’indépendance ou de responsabilité du paysagiste. Les représentations 3D ainsi que les vidéo-montages sont également sous-traités, le plus souvent à des infographistes qui peuvent privilégier l’esthétique visuelle à l’exactitude géométrique.»

Ce qui permet à Opale et Velocita d’annoncer que l’éolienne verticale mesurera 165 mètres de hauteur alors qu’en réalité, elle s’élèvera à 180 mètres. Cette différence est loin d’être négligeable en termes d’impact paysager.

JL Bertron, administrateur de l’ACBFC, aborde ces techniques de jeu sur la perspective d'une éolienne verticale dans son exposé [vidéo]




L’ADCA a donc décidé de réaliser ses propres projections pour le projet des éoliennes de la Côte d’Armont. Nous avons mandaté un géomètre indépendant à qui nous avons demandé d’appliquer la méthodologie préconisée par le ministère de l’Écologie.


Une éolienne verticale dans son jardin
Nous avons réalisé des photomontages au départ de plusieurs maisons ou bâtiments d’Anteuil et Chaux-les-Clerval (Doubs).

Si l’on considère le résultat, on constate aisément que l’impact paysager sera loin, très loin d’être anodin.

 







Encerclés d'éoliennes


Toujours une éolienne verticale bien en vue

Et il faut également tenir compte du fait que ces villages sont déjà dominés par un parc éolien sur la colline qui fait face à celle d’Armont.

Ce qui accentue la sensation d’écrasement dès lors que quelle que soit la direction où l’on regarde, on voit inévitablement une éolienne verticale dans le paysage.

Dès lors, au-delà de notre opposition largement argumentée à toute perspective éolienne pour la Côte d’Armont, nous réclamons de la part des préfectures la plus grande vigilance et des contrôles stricts sur les photomontages présentés par les promoteurs dans leurs études d’impact.


php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire