Démagogie énergétique


Jean-Marc Jancovici
Tribune parue dans Les Echos 
22 mai 2018

La démocratie aime les sondages. Aimez vous le ministre en place, la grève des trains en cours, votre patron, le montant de votre loyer, ou les voitures dans le centre ville ? Selon le résultat, le ministre restera ou pas, le gouvernement lâchera ou pas du lest, le patron d’entreprise publique restera ou pas, le propriétaire devra ou non plafonner ses revenus locatifs, et le maire interdira ou pas la circulation des engins à moteur.
Pourquoi ne pas faire pareil pour l’énergie ? Vous êtes tièdes sur le nucléaire, conclut le sondage ? On en fera de manière tiède, à 50%. Vous plébiscitez les renouvelables ? On financera largement éoliennes et panneaux solaires (121 milliards déjà engagés selon la Cour des comptes, pour aucun gain sur le CO2 soit dit en passant), et tout le monde aura à la bouche l’autonomie énergétique et un avenir 100% ENR.

C’est évident : chaque village ouvrira sa mine de charbon renouvelable et celle de fer renouvelable pour faire son acier renouvelable, son puits de pétrole renouvelable pour faire son plastique renouvelable, et sa mine de lithium renouvelable pour faire ses batteries renouvelables, et tout çà en préservant le pouvoir d’achat !
Vous ne demandez rien de particulier sur le pétrole (65% des émissions de CO2 françaises, 20 à 60 milliards d’importations par an selon le cours du baril) ou le gaz (25% de notre CO2, 10 à 15 milliards d’importations par an) ? On ne s’en occupera pas ou presque, sauf à l’occasion quand le prix du baril monte un peu trop, en se disant à ce moment – mais à ce moment seulement – qu’il aurait fallu faire quelque chose avant.

74% des français croient – à tort – que le nucléaire contribue significativement aux émissions de gaz à effet de serre, ou que Fukushima a fait 20.000 morts ? Il faut en faire le premier ennemi à abattre. Mes concitoyens oublient que le pétrole est la première énergie finale consommée en France ? Quel ministre – ou président – souhaite rappeler que c’est pourtant le cas ?
Le projet de programmation pluriannuelle de l’énergie actuellement en discussion est hélas le résultat logique de cette démagogie énergétique, et accumule en conséquence les angles morts et les incohérences. Comme l’énergie n’est pas un secteur ordinaire de l’économie, mais le sang « physique » de nos sociétés modernes, la désillusion sera cruelle.



Cadeau bonus 1 : quelques graphiques à l’appui de cet article. Vous trouverez ci-dessous quelques graphiques non publiés avec l’article, mais utiles pour comprendre certaines affirmations.



Émissions de CO2 en France par combustible utilisé.
Le pétrole représente environ 2/3 du total. Bien évidemment le nucléaire n’y figure pas : casser un noyau d’uranium en deux ne crée aucune molécule de CO2 !
Données primaires BP Statistical Review, calcul de l’auteur.



 
Montant des importations de pétrole de la France en dollars constant, et de gaz et charbon en dollars courants.

Les importations de pétrole représentent de 20 à 70 milliards de dollars selon les années. Avec un prix en hausse modérée, cette facture augmenterait si on applique la programmation pluriannuelle de l’énergie actuellement en débat !
Données primaires BP Statistical Review, calcul de l’auteur.


 
Extrait d’une enquête d’opinion effectuée sur les causes perçues du changement climatique par les Français.

75% de la population pense que le nucléaire contribue beaucoup (quasiment un français sur deux) ou un peu au changement climatique ! Quand l’expression populaire part d’une croyance aussi peu fondée que l’existence des martiens, que peut bien en faire un « décideur » public ? La seule conclusion évidente est qu’il faut consacrer quelques efforts à faire passer la bonne information, qui est que casser un noyau d’uranium en deux n’est pas équivalent à oxyder un atome de carbone ! Accessoirement (enfin si l’on veut), ce genre de sondage révèle avant tout la faillite de l’enseignement et des media…
Source indiquée sur le graphique












Décomposition par énergie primaire (celle préservée dans la nature) de l’énergie finale consommée en France.

On voit sans difficulté que la première énergie finale utilisée en France provient du pétrole, le gaz arrivant en deuxième position, et le nucléaire en troisième seulement. Certes, si nous n’avions pas le nucléaire, il faudrait rajouter environ 800 TWh de gaz, ou 1000 de charbon, mais le fait d’avoir l’atome a résolu notre problème dans l’électricité, pas dans les autres usages de l’énergie ! Ces derniers devraient être prioritaires dans la PPE, au lieu de nous concentrer sur une promesse de campagne idiote (sur le nucléaire) d’un certain François Hollande qui avait « juste » besoin des voix des Verts…
Analyse Carbone 4 sur base des données mentionnées sur le graphique

Cadeau bonus 2 : analyse des questions proposées à l’internaute sur le site du débat public concernant la programmation pluriannuelle de l’énergieLa France doit réviser en 2018 sa programmation pluriannuelle de l’énergie, un texte de cadrage des politiques énergétiques, qui a le statut de décret, et qui fait 598 pages dans sa version actuelle (il n’y a donc probablement pas plus de 50 personnes dans ce pays qui l’ont lu dans son intégralité). Il a été décidé par le gouvernement que le projet de nouveau texte ferait l’objet d’un débat public, placé sous l’égide d’une Commission Particulière du Débat Public.
Que peut-on faire quand on prétend « débattre avec le public » d’un texte technique, qui s’inscrit dans un corpus plus large totalisant quelques (dizaines de ?) milliers de pages, bourrées de chiffres, et que pour le coup pas un français ne connaît dans son intégralité ? Réponse : entre autres un pseudo sondage !
Le site du débat propose en effet un questionnaire, comportant 12 questions, qui doivent « [aider] la commission à établir une cartographie des avis et des arguments ». Ces questions sont toutes reprises – et commentés – ci-dessous, car elles illustrent à merveille cette « démagogie énergétique » évoquée plus haut.


 
 Première question du questionnaire.
Sachant que la loi de transition énergétique fait 215 articles sans compter les annexes, on se demande bien quel sens cela peut avoir de demander un avis global sur la mise en oeuvre de ce texte ! Si l’internaute pense que l’on est « en avance » sur l’objectif 1, « en retard » sur le 2, « en avance » sur le 3, etc, comment résumer ça en un oui/non ?
Par ailleurs, que doit répondre l’internaute qui, comme moi, pense que certains objectifs de la loi de transition ne sont pas pertinents ? (à commencer par le 50% de nucléaire) Faut-il dire « en retard », en espérant que le dépouilleur du « sondage » comprendra de lui-même que c’est une bonne chose ? « sans opinion », en espérant aussi que l’auteur de la question comprendra que cela signifie « certains objectifs ne sont pas appropriés » ?
Si au moins il y avait la possibilité d’un commentaire, il serait possible de donner ce point de vue, mais cela n’est pas possible. Du coup, qu’est-ce que l’administrateur du sondage peut bien retirer comme argumentaires pertinents de cette question ?

 

Deuxième question du questionnaire.

Le commentaire est presque le même : la transition se décrivant en 215 articles de loi éponyme, 598 pages de PPE, sans oublier des milliers de pages de réglementations de toute nature concernant le bâtiment, les voitures, l’industrie, la fiscalité, etc, on se demande bien qui est à même d’avoir une opinion informée sur le côté juste ou injuste de l’affaire, avec à nouveau un avis global qui doit tout résumer ! (sans plus de possibilité de commentaire que précédemment)
Et, pour ne rien arranger, admettons que 98% des « sondés » trouvent que les efforts sont injustement répartis, ce qui dans notre pays de gaulois ne m’étonnerait pas plus que cela. Ca ne dit rien sur là où le bas blesse exactement, ni quelle pertinence a l’argument que le « répondant » a en tête… et donc la portée pratique de la réponse est nulle.



Troisième question du questionnaire.

Il est bien évident que chacun(e) est parfaitement au courant de ce que fait sa région en la matière, et de ce que font toutes les autres ! Et du reste pourquoi demander un jugement relatif (par rapport aux autres régions) et pas absolu ? (par rapport à ce qu’il faudrait faire de pertinent). On dirait un concours de beauté !
Ensuite, qui sait quelles sont les compétences exactes de la région, et donc les domaines où elle peut agir, et ceux où elle ne le peut pas ?
Ensuite, comme il n’y a pas la possibilité de mettre un commentaire, que répondre quand on pense que sa région en fait plus que la voisine sur l’éolien mais que l’on pense que c’est l’inverse qu’il faudrait faire ?
Pour les économies d’énergie, que répondre quand on souhaite bien noter sa région en matière d’aide à l’isolation des logements mais mal la noter parce qu’elle installe des grandes surfaces partout, pour pousser les résidents à la consommation ? (et donc à la consommation d’énergie, car il faut bien fabriquer et acheminer tous les produits !)
Idem pour la mobilité, que répondre si elle fait mieux pour les pistes cyclables (qui en fait sont souvent de la voirie municipale), dans la moyenne pour les bus urbains (qui ne sont pas de sa compétence), mais moins bien pour le train ? (qui pour le coup est vraiment de sa compétence) ?



Quatrième question du questionnaire.
Pour pouvoir répondre à cette question « en parfaite connaissance de cause », il faut avoir des connaissances approfondies en matière de ressources minières, de courbe de charge sur le réseau électrique, en économie, en capacités industrielles, sur les usages de la mobilité, en travaux publics, sans oublier la possibilité de tirer une « vue système » de tout cela. Cela doit concerner quelques dizaines de personnes dans notre pays tout au plus. Et on ne tire pas le même enseignement pratique de l’incrédulité (ou de l’adhésion) d’un expert encyclopédique du sujet et d’une personne qui passait au hasard dans la rue…
Certes, il y a la possibilité de laisser un commentaire. Mais avec la petite case prévue pour cela, c’est plus 5 mots (voire une phrase) que 10 pages de notes techniques ! Et faute de savoir ce que sait (techniquement) la personne qui laisserait un commentaire, il est impossible de connaître la pertinence de sa réponse…
Admettons que 60% des répondants pensent que c’est possible. Comment savoir si ils le pensent à condition que l’Etat paye une prime de 8000 euros par voiture électrique achetée, ou même si le consommateur doit payer sa voiture électrique 50% plus cher qu’une voiture à pétrole ?
Bref encore une question sans aucun intérêt pour en tirer des enseignements utiles pour une décision publique responsable…

 
Cinquième question du questionnaire.

Pourquoi proposer le chauffage au gaz (qui est une énergie fossile) et pas au fioul (qui est aussi une énergie fossile) ? Pourquoi ne pas proposer le solaire thermique ? Et pourquoi ne pas avoir mis une réponse « ça n’a pas d’importance si le bâtiment est très bien isolé » ?
Et surtout, sachant qu’il n’y a aucune case de commentaires, il n’y a à nouveau rien d’intéressant à tirer des réponses pour éclairer utilement la décision publique, en contradiction flagrante avec l’affirmation d’entrée du questionnaire qui explique que c’est pour « [cartographier] des avis et des arguments » que cet exercice est effectué : que cartographier quand il n’y a aucune possibilité de laisser un argument ??





















Sixième question du questionnaire.

Sachant qu’il n’y a toujours pas la possibilité de laisser un commentaire, il est tout aussi illusoire de penser que l’on peut « cartographier les arguments » de manière utile ici. Ainsi, une personne qui indiquerait qu’il faut arrêter de faire des éoliennes ne peut pas préciser si c’est parce que c’est moche dans le paysage, parce que ça fait du mal aux chauve-souris (ce qui semble être le cas), parce que l’éolien contribue à remplacer un nucléaire qui va très bien merci, ce qui n’a que des inconvénients quand on regarde de près, parce que cela fait monter le prix de la facture, ou pour encore une autre raison.
Par ailleurs, pour certaines ENR la question est trop globale pour que la réponse même ait un sens. Ainsi l’hydroélectricité désigne à la fois des grands barrages (type Grand Maison ou Serre Ponçon), qui sont des aménagements très lourds, qui aujourd’hui donneraient lieu à 20 ans de ZAD, et surtout où il n’y a quasiment plus de possibilité d’équipement, des barrages au fil de l’eau, et de la micro-hydraulique. Si l’on est contre les premiers, pour les seconds, et contre les troisièmes, que répond-on ?
Pour le bois énergie, on peut avoir un avis différent selon que c’est pour le chauffage dans des poêles domestiques ou dans des réseaux de chaleur, et surtout selon que c’est pour en faire de la chaleur ou de l’électricité, puisque dans le premier cas il remplace des combustibles fossiles (donc du CO2 et des importations) et dans le second surtout du nucléaire (sans CO2 ni importations significatives). La même remarque s’applique au biogaz, qui peut servir à faire des carburants, être injecté dans le réseau pour remplacer du gaz fossile (dans ces deux cas il économise du CO2 et des importations), ou servir pour faire de la génération électrique directement à la ferme (auquel cas cela concurrence de l’électricité nucléaire).
Pour la géothermie, la question ne précise pas si on vise les pompes à chaleur (qui concernent le chauffage) ou la production électrique. Et pour l’éolien et le photovoltaïque, il n’est pas fait de distinction entre métropole et outre-mer, alors qu’en métropole l’électricité est déjà décarbonée, mais pas vraiment outre-mer !

 

Septième question du questionnaire.

Cette question, qui porte sur le sujet favori des débats en France, ne laisse le choix au « répondant » qu’entre être d’accord avec le pouvoir politique, ou être presque d’accord. Il n’est pas prévu que l’on puisse penser que l’objectif de 50% est stupide quelle que soit l’échéance ! On peut éventuellement l’indiquer dans la case « commentaire » (car là c’est possible), mais il faut par ailleurs répondre quand même…
Dans le genre « la réponse est dans la question », celle-ci n’est pas mal !

Huitième question du questionnaire. 

La première question ne rappelle pas que la décision administrative d’une fermeture relève normalement de l’Autorité de Sûreté Nucléaire, et que quand le pouvoir politique décide de le faire par dessus la tête de l’ ASN c’est une forme d’imposture. Il est probable que de le dire changerait un peu la proportion de chaque réponse !
La deuxième confond « ouverture » et « mise en chantier », un petit détail…
Et la troisième prend soin de préciser qu’il faudrait prolonger « de très nombreux réacteurs », pas « des réacteurs », on se demande bien pourquoi !
Et à nouveau, aucune possibilité de laisser un commentaire sur un sujet aussi complexe… et donc aucun argument à « cartographier ». De là à penser que le « sondeur » a juste posé la bonne question qui permet de conforter une décision qui n’a aucun fondement rationnel (fermer Fessenheim de manière anticipée et autoritaire), il n’y a pas loin…

 

Neuvième question du questionnaire.
Nous avons ici une variante de la première question : passé un « non » évident (les politiques de l’Etat sont rarement compréhensibles pour le profane, et rarement cohérentes avec tout le reste de ce que fait l’Etat), quel intérêt de poser cette question, qui concerne à peu de choses près l’ensemble de ce que fait la puissance publique (une paille !) à apprécier par un simple oui/non, sans pouvoir laisser le moindre commentaire ?


Dixième question du questionnaire.

La question comporte un commentaire (quand on passe la souris sur le terme « accélération de la concurrence ») : elle précise que la concurrence « permet au consommateur de choisir un fournisseur d’électricité parmi plusieurs acteurs ». Cette question confond donc, comme le premier journaliste venu, énergie et électricité.
Et à nouveau, l’absence de commentaire rend la réponse brute sans aucun intérêt. J’aimerais bien savoir quel argumentaire a en tête la personne qui indique que la concurrence a un effet positif (ou négatif, c’est pareil) sur la transition énergétique !
Sur le niveau des prix, comme ces derniers ont augmenté sous l’effet du financement de l’éolien et du solaire via une taxe sur l’électricité en même temps que la concurrence prenait place, je serais curieux de savoir combien de répondants sont capables de faire la part des choses entre les deux…
Et savoir si la concurrence a un effet positif sur l’égalité entre les consommateurs est une drôle de question : qu’est-ce que l’égalité entre consommateurs ?


Onzième question du questionnaire.

A nouveau, il est impossible de laisser un commentaire à l’appui de la réponse à cette question, qui peut être comprise de plusieurs manières différentes. « Avoir un poids plus important », pour une collectivité locale, cela signifie quoi ? La possibilité de réglementer ce qui est actuellement d’une compétence nationale ou européenne ? Agir surtout sur la consommation par une fiscalité ou une réglementation locale ? Agir sur le mix (ce qui est en pratique souvent une vie de l’esprit, en particulier dans les villes) ? Autre ?
Et surtout, comment savoir si la personne qui répond connaît très bien l’action (pertinente ou stupide, peu importe) des collectivités locales, et leurs compétences respectives, ou si elle n’y connaît rien du tout ? La réponse n’a pas la même valeur dans les deux cas !




 
 Douzième question du questionnaire.

Ah, voici une question qu’elle est bonne (et qui devrait en fait être la première…). Enfin presque… sachant que l’énergie concerne la totalité d’entre nous, pourquoi avoir limité la question au « consommateur usager » et pas au citoyen ? On me dira que tout le monde utilise de l’électricité, presque tout le monde des carburants, et une bonne partie de la population du gaz, donc nous sommes tous consommateurs, mais la formulation a son importance…
Mais surtout, que signifie « agir » ? Baisser son empreinte carbone (et donc s’occuper de son logement, de ses déplacements, de ses achats, de son alimentation, de ses vacances, etc) ? Bien voter ? S’informer puis diffuser de l’information pertinente ? Changer de métier ? Suivre ou reprendre des études ? Tout cela à la fois ?

A nouveau, il n’y a pas la possibilité de mettre un commentaire. Impossible donc de suggérer que l’Éducation Nationale devrait mieux faire son métier en l’espèce, que les cours d’économie sont à revoir, qu’il faudrait faire passer un examen de compétence à tout député faute de quoi il ne pourrait occuper son siège, ou d’autres mesures encore. Il n’y a donc rien de plus à « cartographier » que pour les questions précédentes, sauf exception !
php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

QUAND LE MOT " LIBERTÉ " S' ÉCRIT AU PLURIEL

Raymond Aron, 1905-1983 14 mars 1905   Naissance de Raymond Claude Ferdinand ARON, à Paris rue Notre-Dame-des-Champs. Dernier des trois gar...