mercredi 7 octobre 2015

Air France, EDF, élus et cie: Pour qui se prennent-ils?

Source: http://www.voisinedeoliennesindustrielles.com/






 -«En ce moment même, un bateau contenant trois éoliennes géantes attend dans le port de Chania. Ces éoliennes doivent être transportées en convoi terrestre sous haute-surveillance vers les montagnes de Réthymnon, (Grèce) en début de semaine prochaine, dès que les renforts de policiers anti-émeutes auront débarqué.
De nombreux autres bateaux vont arriver à Chania et Héraklion dans les prochains jours, affrétés par diverses sociétés, parmi lesquelles la principale est la firme française EDF qui prépare à elle seule l’implantation de 47 nouvelles éoliennes géantes avec sa filiale locale». 
Lire la suite ici



- 2900 postes rayés de la carte du travail. Une cravate et une chemise arrachée qui valent peut-être à elles seules la moitié de l'un de ces salaires menacés et les journaux ne parlent plus que de l'indignation des politiques face au geste de colère des travailleurs désemparés... La direction d'Air France s'empresse de porter plainte pour faire payer cette action «inacceptable».

Quelle politique va sauver les indigènes désignés victimes de la folie des ENR industrielles, puisque même la gauche de Tsipras envoie les chiens sur le peuple que l'on vole? Vers quels jugent pourront se tourner ces salariés jetés par la direction d'Air France? À quelle justice toutes ces victimes du système peuvent-elles se fier, elles? La presse s'affole de la violence des travailleurs. Qui s'affole de la violence des décideurs?


Ces gens n'observent que deux règles: Faire de l'argent et garder le pouvoir. Pour y arriver ils écrasent tout ce qui dépassent sur leur chemin. En échange ils attendent loyauté, politesse et résignation...


N'est plus esclave que celui qui atteint leur niveau. En dessous, c'est casse-toi sans froisser les chemises de ces messieurs-dames...


Nous devrions leur renvoyer leur chemise couverte des larmes de ceux qu'ils humilient jour après jour. Parce que derrière la violence il y a d'abord des larmes jamais essuyées.


En Suisse rien de mieux. Dans le Jura, ho la la! Je ne vois que des mous, des faux, des lécheurs qui cherchent leur place au chaud et les jetons de présence. Ils lèchent tous les mollets des faiseurs de frics. Les verts restent les décevants du combat des chefs: En gardant en leur sein le fameux député Frésard (qui envoie grossièrement péter ceux qui ne pensent pas comme lui en assemblée communale et qui laisse passer le critérium jurassien dans une réserve naturelle sans sourciller en invoquant la démocratie), ils démontrent leur incapacité à sortir du lot des résignés. Le gouvernement craint le parlement qui craint ses électeurs et se fiche des minorités. La gauche est morte, la droite pue les petits fours et les salons de coiffure. Et il va falloir voter, trouver dans ce troupeau ceux qui redonneront de la dignité à la politique. Aujourd'hui j'apprends que nos candidats sont horrifiés par la demande d'une association de défense des paysages de la région, qui souhaite publier leur position sur le développement éolien ici. Ils se sentent pris en otage et souhaitent porter plainte. C'est la nouvelle démocratie je vous dis: Pousser les gens à bout et porter plainte quand ils réagissent.


Commentaire: «Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire ; c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques».


Jean Jaurès (1859-1914)

php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire