jeudi 3 mai 2018

7 millions de décès par an à cause d’un air pollué…

https://lareleveetlapeste.fr
3 mai 2018



Crédit Photo à la une : Stéphane de Sakutin/ AFP

Un bilan publié aujourd’hui par l’Organisation Mondiale de la Santé estime que neuf habitants sur dix respirent un air trop pollué.

L’air à l’origine de 70% des décès dans la monde
Dans son bilan annuel publié mercredi 2 mai, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) alerte sur la pollution atmosphérique, mais également sur « l’air intérieur ». Accident vasculaire cérébral, maladie cardiaque, cancer du poumon, pneumonie et problème respiratoire seraient en partie causés par la pollution. Alimenté par la combustion du charbon et du bois, par la transformation d’énergie pour l’industrie ou encore par les transports et les pratiques agricoles, l’air serait chargé de particules qui causeraient de plus en plus de maladies.
En effet, les particules présentes dans l’air ambiant seraient assez fines pour s’introduire dans les poumons et le système cardio-vasculaire. Selon les analyses, l’OMS reconnait l’air comme un « facteur de risque majeur des maladies non transmissibles », et serait à l’origine de 70% des décès dans le monde. Le bilan affirme que neuf personnes sur dix, soit 91% de la population mondiale, serait exposées quotidiennement à un air de « hauts niveaux de polluants ». L’OMS estime que la pollution engendrerait 24% des morts liées aux maladies cardiaques, 25% des accidents vasculaires cérébraux et 29% des morts du cancer du poumon.

« La mesure de l’urgence »
Ainsi, chaque année, la pollution causerait 7 millions de morts, soit plus que le sida, les accidents de la route, le diabète et la tuberculose réunis.
Le monde n’est pas touché de manière égale par cette pollution. Dans un premier temps, les pays aux revenus faibles et moyens semblent plus touchés. Les zones les plus polluées au monde se trouvent au Moyen-Orient et en Asie, représentant également les zones les plus à risques. Les régions les plus touchées sont l’Asie du Sud Est avec notamment l’Inde et le Pacifique Occidental, et la Chine, notifiant plus de 2 millions de décès par an chacune. L’Afrique totalise également près d’un million de victimes. L’OMS tire aussi la sonnette d’alarme sur la mortalité infantile, la pneumonie étant la principale cause de mortalité chez les moins de 5 ans.
Les données apportées par l’OMS sont les plus complètes jamais publiées par l’institution sur la qualité de l’air. Celles-ci sont fondées sur les résultats de mesures de plus de 4 300 villes de 108 pays du monde.
Face à ce constat, et souhaitant faire prendre conscience de l’urgence de la situation à l’ensemble des pays, l’OMS organisera, à Genève, la première conférence mondiale sur la pollution de l’air et la santé du 30 octobre au 1er novembre.

php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire