vendredi 13 septembre 2019

Retour de flamme pour le gaz naturel

Laurent Horvath
11/09/2019


Dakota du Nord, 2016. © REUTERS

OPINION. Il est climatiquement préférable d’utiliser la pire qualité de pétrole que du gaz, explique notre chroniqueur Laurent Horvath sur la base de nouvelles études sur la pollution des hydrocarbures

Depuis la pression du réchauffement climatique, un féroce combat s’est engagé entre les différentes énergies fossiles. Leur survie, leur suprématie et leur légitimité dans les années à venir sont sur la table. Au menu, des centaines de milliards de dollars de revenus annuels à se répartir. Avec des coûts non maîtrisés et refusant la transparence, l’industrie du nucléaire a fourni les clous pour fermer son propre cercueil. Aujourd’hui se trouvent, face à face, les charbonniers et l’industrie pétro-gazière pour un ultime combat.

Intimement liés, le pétrole et le gaz ne sont souvent que le recto et le verso de la même multinationale. Avec deux balles dans le barillet, l’industrie pétro-gazière s’offre le luxe de jouer sur deux tableaux. Elle thésaurise sur l’invincibilité du pétrole dans la mobilité et utilise le gaz pour attaquer frontalement le charbon, plus prolixe en CO2.


Des mots pour changer la réalité

Dans la bataille de la communication et de la perception, le gaz s’est arrogé l’exclusivité de l’adjectif «naturel». Le charbon a répliqué en s’affublant du «clean». Aux Etats-Unis, cette surenchère de mots frise la caricature. Ce printemps, le gaz de schiste est devenu «Freedom Gas» avec l’ambition d’offrir la liberté énergétique aux Américains. Quant au pétrole, il parade avec l’étiquette «cheap» , bon marché, qui lui va à merveille.

Au-delà des mots, les stratèges du gaz ont positionné leur poulain comme une alternative idéale pour le climat car moins carbonisé que le charbon. De facto, l’industrie se présente comme le sauveur de la transition énergétique. Il y a encore trois ans, l’or bleu semblait avoir définitivement déclassé le charbon. Mais l’évolution technologique a bouleversé ces plans. Désormais, de nouveaux capteurs et satellites repèrent, décèlent et mesurent les émissions de méthane, notamment dans l’extraction et le transport du gaz naturel. Pour le climat, le méthane est 28 fois plus virulent que le CO2 et il est devenu une priorité absolue. Ce qui était alors invisible et incalculable est en train de devenir le pire cauchemar de cette industrie.

Les fuites lors des forages, de l’extraction, des transports par gazoduc représentent 33% de l’augmentation mondiale de méthane. Sur les 17,8 millions de tonnes de méthane relâchées annuellement par les énergies fossiles, le gaz naturel (5,5 tonnes) et le gaz de schiste (9,4) en représentent 85% alors que le pétrole (1,6) et le charbon (1,3) arrivent loin derrière, selon une récente étude du Dr Robert W. Howarth. Dès 2016, l’Union européenne abondait dans cette direction. La Commission avait publié une étude sur le remplacement des résidus de pétrole utilisés par la marine marchande par du gaz. Les résultats ont montré qu’il est climatiquement préférable d’utiliser la pire qualité de pétrole que du gaz.


Le monde à l’envers
Cette nouvelle donne lieu à une situation surréaliste. Donald Trump pensait donner un coup de pouce aux pétroliers. Il vient de proposer d’annuler les limitations dictées par Obama sur les émanations de méthane lors de l’extraction et la production de gaz. Contre toute attente, le support à cette proposition est venu du lobby du charbon. L’occasion est trop belle pour enfoncer le clou. L’opposition vient d’ExxonMobil, de Shell et de BP. Conscients du dégât d’image potentiel, les gaziers demandent une législation plus stricte. Si, aujourd’hui, la hausse de la production gazière mondiale se concentre aux Etats-Unis, l’Arabie saoudite et surtout la Russie arctique offrent un fort potentiel d’extractions tout aussi destructeur pour la planète.


Un remède pire que la maladie
Devant l’augmentation d’études scientifiques qui corroborent cette problématique, des voix s’élèvent pour demander l’interdiction du gaz. En glissant tous les œufs dans le même panier, un grand nombre de pays ont fait confiance à l’industrie gazière pour effectuer leur transition énergétique en attendant une montée en puissance des énergies renouvelables. Avec effarement et choc, on découvre que le remède est pire que la maladie.

Si les cachotteries ont nui au nucléaire et généré quelques accidents localisés, celles du gaz se révèlent coupables. Coupable de n’avoir rien dit alors que le lobby avait identifié ce problème depuis des années et coupable de nous avoir mis dans une situation énergétique et climatique kafkaïenne.


Lire aussi: Les véhicules au gaz naturel peinent à s’imposer

php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire