mercredi 4 novembre 2015

Le beau parleur sera supérieur à tous ceux qui savent

PAR RDN
 

Extraits de l'article http://blogs.mediapart.fr/blog/rdn/041115/platon-nous-parle-de-laurent-wauquiez-et-de-tant-d-autres


Bonne lecture

php


(...)

Dans son Gorgias, Platon pointait le danger que, à ses yeux, les sophistes représentent pour la Cité :

Souvent en effet j’ai accompagné mon frère, ainsi que d’autres médecins, au chevet de quelque malade qui se refusait à boire une drogue ou à laisser le médecin lui tailler ou brûler la chair : celui-ci était impuissant à le persuader ; moi, sans avoir besoin d’un autre art que l’art oratoire, je le persuadais ! Voici venir, d’autre part, en telle cité que tu voudras, un homme qui sait parler, et un médecin ; suppose qu’un débat contradictoire s’engage dans l’Assemblée du Peuple, ou dans quelque autre réunion, pour savoir qui l’on doit choisir pour médecin, le médecin n’y ferait pas longtemps figure, et celui qui bien plutôt serait choisi, s’il le voulait, ce serait celui qui est capable de bien parler. Suppose encore que ce débat s’engage contre n’importe lequel autre professionnel : l’homme habile à parler réussirait, mieux que n’importe qui d’autre, à faire porter le choix sur lui-même ; car, sur quoi que ce soit, devant une foule, l’homme habile à parler le fera d’une façon plus persuasive que n’importe qui d’autre.
(Platon, Gorgias, trad. Léon Robin, Gallimard, coll. Pléiade)


Pour Pascal Bouvier,

Tout semble définitivement dit: L’art oratoire vaut toutes les compétences puisqu’il les domine toutes. Le beau parleur sera supérieur à tous ceux qui savent. Le savoir s’efface devant l’apparence du savoir et un art certain de la flatterie. Si le mot démagogie n’est pas prononcé ici, l’essence en est pourtant saisie. Elle consiste à savoir persuader sans pour autant connaître la matière du sujet traité.
(Petite histoire de la philosophie politique, éd. Ellipses Poche, p. 15)


À ce compte, notre monde politique est un guêpier de sophistes.

(...)

Une propension actuellement très répandue en politique: Raconter n’importe quoi sur des sujets que l’on ne maîtrise pas. Il est dommage que cette simple circonstance ne suffise pas à la condamner aux yeux de la plupart des électeurs: La vie politique et la France ne s’en porteraient que mieux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire