mardi 19 juillet 2016

Vivre près d'exploitations de gaz de schiste accroîtrait les crises d'asthme selon une étude américaine

http://www.connaissancedesenergies.org/
AFP
paru le 18 juillet 2016



Les asthmatiques ont jusqu'à quatre fois plus de risques d'avoir une crise s'ils vivent près de puits de gaz de schiste extrait par fracturation hydraulique, selon une recherche publiée lundi et réalisée à partir de patients vivant en Pennsylvanie (Est des États-Unis). Ces risques augmentent comparativement à ceux résidant à de plus grandes distances.

Cette étude parue dans la revue médicale américaine JAMA Internal Medicine, vient conforter d'autres travaux liant ces exploitations à des problèmes de santé, soulignent les auteurs de la faculté de santé publique de l'université Johns Hopkins à Baltimore. Les responsables sanitaires sont préoccupés par les effets de ce type de forage sur la qualité de l'eau et de l'air, ainsi que sur le stress pour ceux qui résident près des puits, où il peut y avoir par exemple plus d'un millier de passages de camion par jour sur des routes rurales normalement peu fréquentées.
L'industrie de la fracturation hydraulique a mis en exploitation plus de 9 000 puits en Pennsylvanie ces dix dernières années"Notre étude est la première à se pencher sur l'asthme et cette activité, mais nous avons déjà plusieurs recherches suggérant des effets néfastes sur la santé liés à la fracturation hydraulique", relève un des auteurs, Sara Rasmussen, chercheuse au département de la santé environnementale à l'université Johns Hopkins.
Les chercheurs ont analysé les dossiers médicaux d'un groupe d'assurance maladie entre 2005 à 2012 dans plus de quarante comtés dans le nord et le centre de la Pennsylvanie, où se concentre l'exploitation des gaz de schiste. Les auteurs ont trouvé plus de 35 000 patients asthmatiques âgés de cinq à 90 ans.
Pendant cette période, ils ont identifié près de 21 000 attaques d'asthme bénignes requérant seulement une ordonnance pour des corticoïdes, 1 870 crises plus fortes nécessitant d'aller aux urgences et 4 782 cas où les patients ont dû être hospitalisés. Ces scientifiques ont établi une carte des endroits où vivaient les malades par rapport aux emplacements des puits, la taille de ces derniers, leur nombre ainsi que leur phase d'exploitation, leur profondeur et le volume de production.
Les asthmatiques qui vivaient au plus près d'un grand nombre de puits ou des plus actifs, avaient un risque de crise d'asthme entre 1,5 et quatre fois plus élevé. La probabilité d'une crise est d'autant plus grande que les puits sont dans une phase de production, qui peut durer de nombreuses années.
Ces résultats ont été confirmés après avoir pris en compte d'autres facteurs pouvant exacerber l'asthme comme la proximité d'un grand axe autoroutier, des antécédents familiaux ou le tabac. Des études ont aussi suggéré que le stress pouvait nettement accroître le risque de crise d'asthme. De précédentes recherches ont déjà lié les activités de fracturation hydraulique à des problèmes de reproduction, des naissances prématurées et à un poids plus faible des nouveaux-nés ainsi qu'à une variété de symptômes cutanés et respiratoires.


php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire