mardi 12 juillet 2016

Spéculation foncière : quand la Touraine flambe...

Communiqué de la Confédération paysanne 37
5/07/2016

Commentaire: À noter que le département de l'Indre et Loire est le seul territoire ne possédant aucune éolienne actuellement. La richesse de son patrimoine architecturale: «(...) Tours concentre 149 de ces protections, soit 17 % du département. Richelieu en compte 93, Chinon 31, Amboise et Loches 25, Beaulieu-lès-Loches 13. 65 communes (23 %) n'en comptent aucun.(...)» le protège de tous projets. C'est déjà ça!

ZÉRO ÉOLIENNE et BASTA!
php



À l’image d’une tendance générale en France, le prix des terres agricoles ne cesse d’augmenter en Indre-et-Loire. Dans le Lochois, plusieurs lots de terres, représentant plus de 200 hectares au total, sont mis en vente avec acquéreurs à 9 000€/ha, soit un prix deux fois supérieur à la moyenne du secteur. Le dossier est à l’ordre du jour du prochain comité technique de la SAFER d’Indre-et-Loire [1], jeudi 7 juillet.


La Confédération Paysanne de Touraine s’alarme de cette flambée soudaine des prix des terres agricoles et craint que ce dossier ne crée un précédent qui ferait référence sur le secteur et sur l’ensemble du département.

De tels montants sont en effet complètement déconnectés de la réalité agricole et du contexte économique actuel qui affiche des prix particulièrement bas aussi bien pour les productions laitières que céréalières.

Cette déconnexion entre réalité économique et spéculation foncière entraîne l’ensemble de la profession agricole dans une situation risquée pour l’avenir du métier.

À ce prix-là, en effet, seuls les acteurs extérieurs au monde agricole et une poignée d’agri-managers pouvant être assimilés à des investisseurs financiers ont les moyens d’intervenir. Ceux là ne voient dans la terre qu’une valeur spéculative refuge et un placement financier sans préoccupation concernant l’avenir de la profession agricole et la sécurité alimentaire de notre territoire.

Rappelons que la terre est le principal outil de travail des agriculteurs qui doivent pouvoir planifier et sécuriser son utilisation dans le temps pour nourrir la population. La gestion des terres agricoles ne peut donc pas continuer à être soumise aux lois du marché et de la spéculation. Il faut un prix maîtrisé des terres agricoles qui doivent rester accessibles aux paysans pour exercer leur métier avec sérénité.

D’autres départements, en France, ont su maintenir un marché du foncier régulé et à des prix raisonnables grâce à la mobilisation des acteurs locaux en charge du marché du foncier. C’est pourquoi la Confédération paysanne appelle l’ensemble des membres du comité technique de la SAFER 37 et en particulier les autres organisations syndicales à se mobiliser et à demander l’ajournement du dossier en question afin de revenir sur son montage financier.

Il ne s’agit pas de bloquer les ventes prévues ou envisagées mais bien de revenir à des prix raisonnables, plus en phase avec la réalité économique agricole du territoire. Il est urgent d’intervenir rapidement pour ne pas laisser faire ces montages financiers sinon nous risquons un emballement des prix, une course en avant qui aura beaucoup de mal à faire marche arrière.

Paysans de tous horizons et institutions agricoles, mobilisons-nous pour stopper la flambée spéculative des terres agricoles.

Communiqué de la Confédération Paysanne de Touraine — 4 Juillet 2016
Tèl. : 02 47 28 52 16
contact@confederationpaysanne37.org

Notes
[1] Les sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) ont pour mission d’améliorer les structures foncières par l’installation ou le maintien d’exploitants agricoles ou forestiers, par l’accroissement de la superficie de certaines exploitations agricoles ou forestières, par la mise en valeur des sols et, éventuellement, par l’aménagement et le remaniement parcellaire. Cf Wikipedia.


php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire