Canada : un autre rapport admet à contrecœur que l'énergie "verte" est un échec désastreux

Peter Foster
22/11/2018

Peter Foster : ce rapport devrait être profondément embarrassant pour le gouvernement de Justin Trudeau...


Le rapport confirme ce qui aurait dû être évident dès le départ : plus le vent et le soleil sont "variables" dans n'importe quel système électrique, plus ils le rendent à la fois plus cher et moins fiable.David McNew/AFP/Getty Images

Au milieu de centaines de graphiques, de tableaux et de tableaux dans les dernières Perspectives énergétiques mondiales (PEM) publiées la semaine dernière par l'Agence internationale de l'énergie, il y a une information fondamentale que vous devez établir vous-même : le pourcentage de la demande mondiale totale d'énergie primaire fournie par le vent et le soleil. La réponse est 1,1 %. Les montagnes politiques n'ont pas travaillé et n'ont pas fait naître qu'une souris, mais - comme le rapport le reconnaît à contrecœur - une souris extrêmement perturbatrice.
L'Agence internationale de l'énergie (AIE) est devenue ces dernières années une organisation de plus en plus schizophrène. En tant que source d'information sur l'énergie et point de mire du programme de développement durable de l'ONU axé sur le climat, elle doit parler de la " transition vers un avenir faible en carbone " tout en signalant que cela ne se produit pas. Mais ce sera le cas !

Ce rapport devrait être profondément embarrassant pour le gouvernement libéral de Justin Trudeau, qui a eu le mérite de se placer en tête d'un défilé qui ne mène nulle part, même s'il peut certainement revendiquer un véritable leadership dans la voie la plus énergique de la transition : tuer l'industrie des combustibles fossiles par décret.

Lire aussi (langue américaine)
Terence Corcoran : Les sept chocs mortels de la nouvelle révolution pétrolière
Lawrence Solomon : M. Trudeau se tient seul alors que le Canada - et le monde - abandonne l'énergie verte
Terence Corcoran : On a une taxe sur le carbone pour les nuls parce qu'ils pensent qu'on est... des nuls.

Le rapport du WEO prévoit une fois de plus que la consommation mondiale de combustibles fossiles - et les émissions connexes - augmenteront jusqu'en 2040, le pétrole, le gaz et le charbon continuant à dominer le paysage énergétique. Mais elle lutte aussi pour donner une tournure positive à l'éolien et au solaire. Solar a connu une année "record" en 2017. L'industrie solaire chinoise est "en plein essor". Les nouveaux ajouts d'énergie éolienne et solaire " ont dépassé ceux des combustibles fossiles en 2017, sous l'impulsion de l'appui aux politiques et de la baisse des coûts."

Le " soutien aux politiques " signifie des subventions d'une valeur de plusieurs centaines de millions de dollars. Quant à la baisse des coûts, l'énergie solaire coûte au moins deux fois plus cher que le charbon et presque deux fois plus cher que le gaz.
Enfin, et surtout, le rapport confirme ce qui aurait dû être évident dès le départ : plus le vent et le soleil sont "variables" dans tout système électrique, plus ils le rendent à la fois plus cher et moins fiable.
Le terme d'énergie renouvelable variable, ERV, pourrait être décrit avec plus de précision comme une énergie renouvelable peu fiable, ERU, en raison du fait terriblement évident que le soleil ne brille pas la nuit, et parfois pas pendant la journée non plus, alors que le vent ne souffle pas toujours. Ainsi, plus le vent et le soleil font partie de votre système, plus ils exigent des contorsions techniques de l'alimentation de secours et de la structure du réseau. La partie efficace du système doit se transformer en bretzel technique pour accommoder la partie inefficace. Le manque de fiabilité des mesures d'accommodement a conduit à la perversité pure et simple. L'adoption généralisée de l'énergie éolienne et solaire dans le cadre du programme allemand Energiewende (" transition énergétique ") s'est traduite par une augmentation des émissions globales, principalement des installations de secours alimentées au charbon. Pendant ce temps, le Godot vert est le stockage de la batterie, qui est toujours sur le point d'apparaître, mais ne le fait jamais tout à fait. L'AIE a quand même un scénario pour cela : "Et si le stockage des batteries devenait vraiment bon marché ?"

L'approvisionnement n'est pas le seul domaine où l'énergie éolienne et solaire coûteuse et peu fiable doit être prise en compte. Il y a aussi la "flexibilité de la demande". Cela comprend l'installation de panneaux solaires sur votre toit ou l'adoption - ou l'adoption forcée - de "compteurs intelligents", qui permettent de surveiller la consommation d'électricité d'un ménage dans les moindres détails. Selon le rapport, "la diffusion du photovoltaïque sur les toits et la baisse des coûts des technologies numériques, combinées à des options éoliennes et solaires abordables, créent une multitude de nouvelles opportunités qui permettent aux consommateurs de participer plus activement à la satisfaction de leurs propres besoins énergétiques".
Mais l'éolien et le solaire ne sont pas "abordables", et peu de gens veulent jouer un "rôle plus actif" dans la satisfaction de leurs besoins énergétiques (c'est-à-dire, à moins qu'ils ne bénéficient d'un "soutien politique" important pour coller des panneaux solaires sur leurs toits). Ils veulent juste appuyer sur un bouton.

En ce qui concerne les compteurs intelligents, l' AIE note que de nombreux pays "ont déployé avec succès des compteurs intelligents à grande échelle, comme le Canada, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, l'Italie, la Norvège et la Suède". Un tel succès serait-il semblable à celui du programme de compteurs intelligents en Ontario, dont la vérificatrice provinciale, Bonnie Lysyk, a critiqué le programme pour avoir coûté un milliard de dollars de plus et ne pas avoir fonctionné comme annoncé, alors que plusieurs milliers de compteurs présentaient un risque d'incendie ?
Bien qu'il ne mentionne rien des absurdités liées à la Loi sur l'énergie verte de l'Ontario, le rapport du WEO confirme que le Canada a le programme de tarification des émissions le plus rigoureux au monde, au moins jusqu'en 2025, à 35 $ la tonne (en dollars américains de 2017), ce qui renforce son handicap concurrentiel. D'autres, comme l'UE et la Corée, sont prêtes à prendre des engagements légèrement plus autodestructeurs jusqu'en 2040 (respectivement 43 et 44 $US), mais ces niveaux sont loin d'être ceux qu'exigerait le " scénario du développement durable ", qui est, pour les pays développés, 63 $US en 2025 et 140 $US en 2040. En fait, ces chiffres, comme la plupart des projections de l' AIE, ne valent pas une figue solaire.

Le Scénario de développement durable ne résout pas seulement le problème du climat, mais s'occupe également de l'accès universel à l'énergie moderne et à la pollution atmosphérique. Plus étonnant encore, elle y parvient en imposant des pans entiers d'énergie coûteuse et peu fiable, mais sans le moindre impact sur la croissance économique. Comment ? En supposant simplement que oui.

La solution du rapport au chaos politique est inévitablement d'exiger des politiques plus nombreuses - et plus complexes. "Une approche intégrée peut-elle accélérer l'action ?", demande-t-il. Étant donné que les gouvernements ont tellement merdé, pourraient-ils le faire moins s'ils essaient d'en faire beaucoup plus ?
Au moins, ils sont assurés d'un soutien ferme de l' AIE.


php


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

QUAND LE MOT " LIBERTÉ " S' ÉCRIT AU PLURIEL

Raymond Aron, 1905-1983 14 mars 1905   Naissance de Raymond Claude Ferdinand ARON, à Paris rue Notre-Dame-des-Champs. Dernier des trois gar...