mercredi 26 octobre 2016

Situation énergétique de la Russie en 2016

http://www.connaissancedesenergies.org
26 oct. 2016
Source : EIA

Commentaire: Professeur Riou: " 80% nucléaire et même pas 10 éoliennes en service. Doux rêveurs, les Russes ou ... pragmatiques?"

php



En 2015, les revenus de la Russie liés au pétrole et au gaz naturel constituaient encore près de 43% des recettes budgétaires du pays. La chute des cours du pétrole (le prix moyen du baril de Brent a baissé de 109 $ au 1er semestre 2014 à 40$ au 1er semestre 2016) et les sanctions économiques occidentales liées à la crise ukrainienne de 2014 ont eu un impact majeur sur l’économie russe. Pour rappel, le PIB de la Russie a baissé de 3,7% l’an dernier.


Dans cette note de synthèse en anglais qui vient d'être publiée, l’EIA américaine (Energy Information Administration) actualise ses données sur le géant énergétique russe. Au niveau mondial, ce pays est le 3e producteur de pétrole brut et d'autres hydrocarbures liquides (derrière l’Arabie saoudite et les États-Unis), le 2e plus grand producteur de gaz naturel (derrière les États-Unis) mais aussi le 3e producteur d’électricité d’origine nucléaire (derrière les États-Unis et la France) en 2015.

Plus de la moitié de la consommation d’énergie primaire de la Russie est encore satisfaite par le gaz naturel (53% selon les dernières données de l’EIA portant sur 2013) mais le pétrole rapporte, contrairement à une idée reçue, davantage d’argent à ce pays par le biais de ses exportations.

Malgré des tensions diplomatiques régulières, la Russie et l’Union européenne (UE) restent très interdépendantes en matière d’énergie. Rappelons en effet que l’UE constituait en 2015 la destination de près de 60% des exportations russes de pétrole brut et de 75% des exportations russes de gaz naturel. Pour l'UE, c'est ainsi presque 30% de ses importations de pétrole brut et plus de 30% de ses importations de gaz naturel qui provenaient de Russie en 2015.

En matière de production électrique, signalons que la Russie mise très fortement sur l’énergie nucléaire à moyen et long terme. Son parc actuel, constitué de 36 réacteurs répartis entre 10 centrales, a compté pour 18,6% de la production électrique nationale en 2015. Le gouvernement envisage de porter cette part entre 45% et 50% d’ici à 2050 et entre 70% et 80% à l’horizon 2100. Au 1er octobre 2016, 7 réacteurs nucléaires étaient en cours de construction (seule la Chine en construit davantage à l'heure actuelle) et la construction de 26 tranches supplémentaires est envisagée en vue d’une mise en service entre 2018 et 2035.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire